Partenariat entre le ministère et l’association Ressources humaines sans frontières (15.06.20)

Partager

La crise du coronavirus ne doit pas être une excuse pour bafouer les droits fondamentaux ni de risquer de remettre en cause les progrès dans la lutte contre le travail des enfants, le travail forcé, toutes les formes d’esclavage et le trafic des êtres humains.

Sous l’égide de l’ONU, des États, organisations internationales, entreprises et membres de la société civile unissent leurs forces au sein d’un partenariat mondial : l’Alliance 8.7, dont l’objectif est d’éradiquer d’ici 2025 le travail des enfants et le travail forcé, et ainsi atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable (ODD).

La France, qui a pris la présidence de ce partenariat en juin 2019, entend se montrer exemplaire et faire émerger des solutions. Elle s’est portée candidate pour faire figure de « pays pionnier » afin d’ « aller plus loin et plus rapidement », aux côtés de tous les acteurs impliqués. Elle souhaite ainsi accélérer la mobilisation des entreprises et diffuser la loi sur le devoir de vigilance.

Pour contribuer de façon tangible à l’éradication du travail des enfants et du travail forcé, le défi à relever pour les pays pionniers est de taille car il n’existe à ce jour aucune solution prête à l’emploi. Les clés de succès résident dans l’expérimentation, une notion au coeur du statut de pays pionnier.
Dans ce cadre, le ministère de l’Europe et des affaires étrangères a notamment noué un partenariat avec l’association Ressources humaines sans frontières (RHSF).

Fondée à Toulouse en 2006 par des professionnels de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et des ressources humaines, RHSF développe actuellement le « Lab 8.7 » : un projet d’incubateur de solutions opérationnelles pour prévenir le travail des enfants et le travail forcé.

A partir d’une analyse fine des risques et des causes profondes, RHSF expérimente à travers le monde des actions de prévention concrètes avec les acteurs de la chaîne de sous-traitance, en coopération avec les gouvernements et les organisations de la société civile.

Ainsi, RHSF a été plusieurs fois récompensée, par exemple pour avoir prouvé, après avoir vécu deux ans en immersion complète dans une entreprise chinoise, qu’il est possible d’améliorer les conditions de travail sans sacrifier à la compétitivité économique.

RHSF pilotera dès 2020 des projets d’expérimentation dans les secteurs manufacturiers et agricoles en Asie, en Europe et en Amérique centrale.

Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et RHSF voient dans ce nouveau partenariat une source de solutions pour placer les droits humains au coeur de l’activité économique mondiale.

Le projet « Lab 8.7 » donne l’exemple d’une approche partenariale indispensable entre pouvoirs publics, entreprises et société civile pour atteindre les ODD.