L’engagement de la France pour la Responsabilité sociale des entreprises

La RSE, un sujet international important pour la France

La RSE, définie par la Commission européenne comme « la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société », gagne progressivement en importance dans l’agenda international et fait l’objet de négociations dans un grand nombre d’enceintes.

Ces négociations portent sur des enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux et traitent ainsi de sujets multiples (droits de l’Homme, corruption, chaîne d’approvisionnement, prix de transfert, fiscalité, biodiversité…). Elles prennent place dans des institutions très diverses, certaines intergouvernementales (Nations unies, OCDE, OIT, Union européenne, Conseil de l’Europe, G7, G20, société financière internationale), d’autres privées (Organisation Internationale de Normalisation, Global Reporting Initiative) et d’autres mixtes (Pacte Mondial et Principes de l’Investissement responsable sous l’égide du Secrétaire Général des Nations Unies, Initiative pour la Transparence des Industries Extractives, Principes Volontaires sur la Sécurité et les Droits de l’Homme, Principes et processus de Kimberley, etc.).

La France s’est dotée, dès 2008, d’une diplomatie spécialisée dans ce sujet, avec une Représentante spéciale chargée de la bioéthique et de la responsabilité sociale des entreprises (fonction assurée aujourd’hui par Geneviève Jean-Van Rossum), ayant pour première mission de participer activement à la plupart de ces négociations. Elle peut s’appuyer sur le fort engagement de la France envers la RSE à l’échelle européenne et internationale, et sur son action pionnière dans divers domaines (notamment sur le rapportage extra-financier) ainsi que sur la Plateforme RSE placée auprès du Premier Ministre.

Mise à jour : 12.10.17

Dans cette rubrique

PLAN DU SITE