Afrique : l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme au programme de la visite présidentielle en Côte d’Ivoire (21 décembre 2019)

Partager

En présence des présidents de la République Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, un accord intergouvernemental entre la France et la Côte d’Ivoire dédié à l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) est signé samedi 21 décembre à Abidjan.

En prévision de son installation sur le site de Jacqueville à proximité d’Abidjan en septembre 2020, cet accord intergouvernemental définit les conditions de mise en œuvre et l’organisation générale de cette académie innovante par son ambition internationale et interministérielle.

Dans la continuité du discours prononcé par le président de la République à Ouagadougou en novembre 2017, ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre des efforts régionaux et internationaux, comme le partenariat pour la sécurité et la stabilité au Sahel (P3S), pour renforcer les capacités des États d’Afrique de l’ouest face à la menace terroriste.

L’AILCT, un partenariat renforcé pour la sécurité en Afrique

Annoncée en novembre 2017 à Abidjan par le président de la République française et par le président de la République ivoirienne, lancée par un séminaire international réunissant 35 pays en novembre 2018, l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme se construit chaque jour grâce à un partenariat franco-ivoirien interministériel coordonné par la Direction de la coopération de sécurité et de défense du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

L’académie s’articule autour de trois piliers complémentaires qui visent à créer une communauté et une culture du contreterrorisme en Afrique permettant la constitution d’un réseau international de spécialistes interopérables :

  • Une école des cadres dédiée aux acteurs de la lutte contre le terrorisme en situation de responsabilité et issus des différents ministères de la justice, de l’intérieur et des forces armées.
    L’ambition est de favoriser la prise en compte globale du terrorisme, depuis le renseignement jusqu’au traitement judiciaire en passant par l’action des forces spécialisées. Accueillant des cadres d’horizons variés, ces formations doivent favoriser les échanges de bonne pratique, la connaissance mutuelle entre acteurs comme le développement de synergies locales et régionales, propice à une interopérabilité des modes d’action.
  • Un camp d’entraînement qui disposera des installations spécifiques (infrastructures de tir, diversité de milieux, urbain, maritime, lagunaire, 3D…) certifiées par les unités d’élite françaises (Commandement des opérations spéciales, Groupes d’Intervention de la Gendarmerie Nationale ou de la police nationale (GIGN et RAID). Ce camp offrira aux unités en stage des conditions d’entraînement et d’enseignement optimales.
  • Un institut de recherche stratégique permettant le partage de doctrines, l’analyse de la menace, l’échange de retours d’expérience entre les différents partenaires.

Les premières formations ont été organisées « hors les murs » depuis janvier 2019 grâce à l’action des trois coopérants français mandatés pour ce projet et à l’expertise des ministères des Armées, de l’Intérieur et de l’École nationale de la magistrature.

165 stagiaires, issus des ministères de la justice, de la défense et de l’intérieur de dix pays africains (RCI, Bénin, Burkina Faso, Ghana, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo, Tchad), tous spécialistes de la lutte contre le terrorisme, ont été formés en 2019 au sein de l’École des cadres de l’AILCT.

Conformément à son ambition internationale, l’AILCT sera ouverte dès 2020 aux contributions des États tiers, qu’elles soient financières ou en matière d’expertise.

Découvrir l’AILCT :