Etablissements d’enseignement français à l’étranger - Q&R - Extrait du point de presse (27 novembre 2017)

Q - Le syndicat des enseignants du secondaire SNES-FSU a appelé à la grève aujourd’hui dans les 500 lycées et établissements d’enseignement du français à l’étranger pour dénoncer les économies et suppressions d’emplois prévues par l’Etat dans le réseau. Quelle est votre réaction ? Quel va être l’impact des annulations de crédits sur les postes d’enseignants et les frais de scolarité ?


R - L’agence pour l’enseignement français à l’étranger a pris sa part de l’effort de régulation budgétaire nécessaire sur l’exercice 2017. De ce fait, la subvention pour charge de service public à l’agence a été réduite de 33 MEuros par rapport à la notification initiale cette année. C’est un effort important dont les effets seront néanmoins atténués par les dispositions suivantes :

  • les suppressions de postes ne toucheront pas d’enseignants en cours de contrat et l’agence continuera ses efforts en direction des établissements dont le taux d’encadrement par des personnels titulaires demeure faible ;
  • le plafond d’emploi de l’agence est préservé, ce qui permet le recrutement d’agents en contrat local ;
  • les établissements recevront bien les subventions prévues pour travaux de sécurisation ;
  • enfin, la participation financière des établissements à la vie du réseau reviendra à son niveau actuel en 2020.

Jean-Yves Le Drian est attaché à la promotion de l’enseignement français à l’étranger. C’est un service public que nous devons à nos compatriotes à l’étranger. C’est aussi un instrument précieux du rayonnement de notre pays. Il a donc veillé à ce que les crédits de l’agence soient augmentés en 2018. Le président de la République a en outre annoncé qu’ils seraient maintenus en 2019.

PLAN DU SITE