COP24 : un rendez-vous déterminant pour le climat (Katowice, 3-14 décembre 2018)

La 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP24) se tient du 3 au 14 décembre à Katowice en Pologne. Elle doit permettre d’adopter les règles d’application de l’accord de Paris, de rassurer sur la mobilisation des financements, de lancer le signal de l’indispensable rehaussement de l’ambition collective et d’accélérer l’action. La COP24 est fondamentale pour la mise en œuvre de l’accord de Paris. Elle s’annonce complexe mais l’échec n’est pas une option et nous avons tout pour réussir.

La COP24 : un rendez-vous déterminant

Les résultats du rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’une augmentation des températures au-delà de 1,5 °C, commandé par la COP21, est sans appel : la fenêtre d’opportunité pour limiter la hausse de la température à 1,5°C est en train de se fermer. Nous subissons actuellement déjà les conséquences du réchauffement de 1°C depuis l’époque pré-industrielle et il ne nous reste, au rythme actuel des émissions, qu’entre 12 à 15 ans de « budget carbone ». L’objectif de l’accord de Paris est néanmoins toujours atteignable si une transition rapide et profonde est menée, grâce aux aux moyens technologiques et financiers mobilisés.

Le succès de la COP24 sera évalué sur la base de quatre résultats :

  • la finalisation du programme de travail de Paris afin d’en assurer la mise en œuvre intégrale et immédiate ;
  • les résultats du dialogue Talanoa, qui au travers d’un échange d’expériences réunissant les États et la société civile, doit jeter les bases d’une révision à la hausse des contributions déterminées au niveau national (NDC) d’ici 2020.
  • les progrès en matière de finance climat ;
  • la poursuite de la mobilisation de tous les acteurs à travers l’Agenda de l’Action.

Afin d’atteindre ces objectifs, la délégation française, dirigée par le ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, poursuivra son travail de fond auprès de l’ensemble des parties : au sein de l’Union européenne, qui négocie au nom des États-membres, et dans le cadre des relations bilatérales avec les délégations des autres États présents.

Plusieurs temps forts

La COP24 sera rythmée par plusieurs temps forts.

3.12.18
Ouverture de la COP

La Présidence polonaise a souhaité donner une impulsion politique forte et positive dès le premier jour de la COP. Les chefs d’États et de gouvernements sont réunis le 3 décembre à Katowice pour encourager les négociateurs à trouver des compromis, sur le modèle de ce que la présidence française de la COP21 avait organisé en 2015.
La présidence polonaise porte une « déclaration sur la solidarité et la transition juste » qu’elle souhaite voir endossée par les chefs d’État et de gouvernement lors de cette journée. La France soutient cette initiative.

10.12.18
Bilan sur l’action pré-2020

L’action pré-2020 est un sujet politiquement très important pour les pays en développement, en particulier les plus vulnérables. La COP23 a décidé qu’un bilan de l’action pré-2020 serait mené lors des COP24 et 25. Ce bilan prendra la forme d’un dialogue ministériel.

Dialogue ministériel sur la finance
Un dialogue ministériel de haut niveau sur le financement climatique se tient tous les deux ans. Les débats cette année porteront sur les actions à mettre en œuvre pour répondre aux besoins de « financement climat », avec la mobilisation de la finance et des investissements

11.12.18
Dialogue Talanoa

Le dialogue Talanoa, réunissant ministres et représentants de la société civile de tous les pays, effectue une évaluation collective des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’objectif principal de l’accord de Paris. Pour la France, ce dialogue doit encourager les Parties à revoir leurs contributions nationales (NDC) à la hausse en 2020.
En amont de cette réunion, la France a organisé le 6 juillet 2018 un dialogue Talanoa à l’échelle nationale avec des représentants de la société civile pour réaliser un bilan de ses mesures et de l’évolution des émissions françaises.

Différenciation selon les pays et financement au cœur des négociations

Les deux sujets les plus complexes pour cette COP24 sont la différenciation entre pays et la question du financement.

La différenciation : l’accord de Paris est universel, comme la lutte contre le changement climatique, mais tous les pays n’ont pas les mêmes capacités techniques et financières. L’objectif est par conséquent de proposer un ensemble de règles relativement flexibles sans nuire à l’ambition des objectifs de l’accord de Paris. L’idée est de permettre aux pays en développement de démarrer la mise en œuvre de leurs engagements et d’augmenter leur ambition au fil du temps.

Le financement : l’objectif est d’avoir plus de clarté sur les financements fournis par les pays développés, et un meilleur suivi de l’usage de ces financements par les pays en développement. La finance est un enjeu essentiel pour que les pays en développement aient les moyens de mener leur action climatique.

PLAN DU SITE