Droits humains et développement - Une approche de la coopération au développement fondée sur les droits humains

La politique de coopération et d’aide au développement de la France constitue un levier pour sa diplomatie en faveur de la promotion des droits humains. La stratégie interministérielle Droits humains et développement a ainsi pour ambition de formaliser le cadre de l’action française d’appui au respect, à la protection et à la réalisation des droits humains via la coopération. Conformément au nouveau consensus européen pour le développement, elle vise également à intégrer l’approche fondée sur les droits humains (AFDH) dans l’ensemble des actions de coopération au développement menées par la France.

Le présent document, qui s’adresse à l’ensemble des acteurs français du développement, définit la conception française de l’AFDH et les axes stratégiques prioritaires qui structureront sa mise en œuvre. Il est également destiné à présenter les actions françaises à ses partenaires étrangers. Produits d’un dialogue multiacteurs, les orientations fixées seront déclinées dans un plan d’action pluriannuel qui définira les modalités opérationnelles pour la réalisation des engagements de la France.

Grâce à cette stratégie, la France entend promouvoir et réaffirmer le lien indissociable entre les droits humains et le développement durable. Si la réalisation des droits humains est l’idéal commun à atteindre, c’est également le moyen de parvenir à un développement durable. Le développement crée les conditions de jouissance effective des droits humains pour toutes et tous, et le respect des droits humains participe à un développement véritablement durable. Ainsi, il s’agit de continuer à faire évoluer l’approche française, en ne concevant plus les programmes de développement uniquement comme une action de solidarité mais également comme un outil de soutien à la mise en œuvre des obligations internationales des États en matière de droits de l’homme.

Le déploiement transversal de l’AFDH demandera de l’ambition et nécessitera la mobilisation de l’État, des opérateurs du développement, de la société civile et du secteur privé. Il constitue le socle d’une coopération au développement assurément respectueuse des droits humains et résolument plus durable.

PLAN DU SITE