Vanuatu

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (19/04/2021)

Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de Covid-19 et de ses variants (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies). Dès lors, tout déplacement international - depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger - est strictement encadré jusqu’à nouvel ordre. Il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte Covid-19 des conseils aux voyageurs.

En raison d’impératifs sanitaires, le gouvernement vanuatais a annoncé une suspension temporaire de trois jours de tous les vols domestiques et internationaux, ainsi que des déplacements maritimes au départ d’Efaté, à compter du 19 avril 2021 et jusqu’au 21 avril 2021 inclus.

Départ du Vanuatu : recommandations en matière de transit pour un retour en France

Les personnes souhaitant quitter le Vanuatu pour se rendre en France métropolitaine peuvent transiter par Nouméa, Brisbane ou Auckland. Les voyageurs rentrant en France doivent se renseigner sur les attestations à présenter à l’embarquement de leur premier vol sur le site du Ministère de l’Intérieur.
Il appartient aux voyageurs de :

  1. se renseigner sur les vols de rapatriement organisés par Air Vanuatu à destination de la Nouvelle-Calédonie, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande
  2. se renseigner sur les plans de vols disponibles directement auprès des compagnies aériennes qui assurent une liaison avec l’Europe ;
  3. en cas de transit par l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, se conformer aux réglementations locales en vigueur, notamment en termes d’obtention de visa de transit et d’exemption de quarantaine auprès des ministères de la santé australien ou néo-zélandais, en consultant notamment les conseils aux voyageurs pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande, les consignes et réglementations évoluant régulièrement. A noter que les services consulaires des ambassades d’Australie et de Nouvelle-Zélande au Vanuatu ne sont pas compétents pour assister les voyageurs en transit dans ces deux pays.
    1. Pour les transits à l’aéroport de Brisbane (Queensland, Australie)), il convient de demander un visa de transit 7711 si le transit est d’une durée de 8 à 72 heures et obtenir une exemption de quarantaine en ligne auprès du Queensland Chief Health Officer. Les voyageurs peuvent contacter le département de la santé de l’Etat du Queensland si besoin (+61 7 3328 4811).
    2. Pour les transits à l’aéroport d’Auckland (Nouvelle-Zélande), les escales internationales à l’aéroport sont autorisées pour des périodes inférieures à 24 heures. Outre la présentation d’un test PCR négatif, les voyageurs concernés doivent se munir d’un formulaire NZeTA valide, disponible sur le site de l’Immigration néo-zélandaise.
  4. s’inscrire sur la liste des passagers sortant du territoire vanuatais auprès du ministère des Affaires étrangères du Vanuatu nvuti chez vanuatu.gov.vu et ekaltongga chez vanuatu.gov.vu en envoyant les détails du vol au départ de Port-Vila, ainsi qu’une copie du passeport.
  5. Les tests PCR de moins de 72 heures avant le départ peuvent être réalisés à l’hôpital central de Port-Vila (VCH), moyennant la somme de 25 000 VUV.

Arrivée au Vanuatu :

Dans le cadre de la pandémie de coronavirus, les autorités vanuataises ont décidé la fermeture des frontières à compter du 20 mars 2020 et ce, jusqu’au 31 juillet 2021 (prolongation de l’état d’urgence). Les liaisons aériennes commerciales sont suspendues et tous les ports de l’archipel sont fermés aux plaisanciers sans exception (bateaux enregistrés ou non au Vanuatu).

Des vols de rapatriements sont organisés en provenance de Nouméa, Brisbane et Auckland. Seules les personnes remplissant les critères suivants seront autorisées à entrer sur le sol vanuatais, leur arrivée restant soumise à l’approbation finale du Directeur de l’Immigration :

  1. les citoyens vanuatais ;
  2. les résidents permanents (qui ont résidé physiquement au Vanuatu les trois dernières années) ;
  3. les étrangers détenteurs d’un permis de résidence valide obtenu avant avril 2020 (y compris les entrepreneurs) ;
  4. les ayants droits des détenteurs d’un visa de résidence valide qui sont actuellement au Vanuatu, sous réserve de demander un visa de résidence avant d’entrer sur le sol vanuatais) ;
  5. les étrangers détenteurs d’un visa de catégorie spéciale valide, délivré avant avril 2020, sous réserve de présenter une demande aux services de l’Immigration et que celle-ci soit validée avant l’arrivée au Vanuatu ;
  6. les conjoints détenteurs d’un visa de résidence ou de catégorie spéciale valide.

Toutes les personnes remplissant ces critères et souhaitant se rendre au Vanuatu sont invitées à prendre contact avec la représentation diplomatique vanuataise de leur lieu de séjour, et pourront éventuellement bénéficier de vols de rapatriement vers le Vanuatu. Par ailleurs, aucun visa ne sera délivré aux nouveaux volontaires internationaux jusqu’à nouvel ordre.

Tous les voyageurs doivent présenter un test négatif à la Covid-19 réalisé au maximum 72 heures avant l’embarquement et remplir le formulaire en ligne (Online Travelers Health Registration Form) entre 72 heures et 24 heures avant le départ.

Jusqu’à nouvel ordre, les voyageurs en provenance de pays considérés "à haut risque" dont la France métropolitaine et qui ne sont pas citoyens vanuatais ne sont pas autorisés à entrer sur le territoire vanuatais. Cependant, les ressortissants français en provenance de Paris peuvent solliciter, à leurs frais, une place en quarantaine payante à Nouméa auprès des hôtels Beaurivage ou Gondwana sous réserve de pouvoir justifier d’un motif impérieux. À l’issue de cette quatorzaine en Nouvelle-Calédonie, ils pourront solliciter le Consul général du Vanuatu pour être inscrit sur la liste des personnes à rapatrier depuis Nouméa. Ils devront effectuer une seconde quarantaine également à leurs frais à Port-Vila.

À l’arrivée au Vanuatu, tous les voyageurs sont soumis à une quarantaine de 14 jours, à leur charge.

Compte tenu de ces mesures, il convient de reporter les déplacements au Vanuatu.

Activité sismique (16/02/2021)

A la suite des nombreux tremblements de terre ressentis récemment sur l’île d’Efaté, il convient de prendre connaissance des consignes générales relatives à la conduite à tenir en cas de survenue d’un séisme et de se tenir régulièrement informé, notamment en suivant la page Facebook du Département de la météorologie et des géorisques du Vanuatu (VMGD).

Il est rappelé que des sirènes d’alerte au tsunami peuvent se déclencher dans le centre-ville de Port-Vila mais que celles-ci ne couvrent pas l’ensemble de la ville et qu’elles ne sauraient constituer l’unique signal d’alerte.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Criminalité et petite délinquance

Criminalité et petite délinquance existent au Vanuatu (cambriolages et agressions, voire meurtres). Il est recommandé de s’assurer de la fermeture des portes et des fenêtres la nuit et de mettre en sécurité documents (passeport, billet d’avion -il peut être utile d’en avoir une photocopie, en cas de perte ou de vol-) et objets de valeur.
Les voyageurs doivent surveiller le chargement des bagages dans les véhicules qu’ils empruntent, notamment au départ des aéroports. Il est également recommandé, notamment aux femmes, de ne pas circuler seul(e) le soir, à pied ou en transport public (tels que les bus, minibus et taxis).

Risque cyclonique

La saison des cyclones s’étend de novembre à fin avril. Les autorités émettent des consignes adaptées au niveau d’alerte, disponibles sur le site du National Disaster Management Office. En cas d’approche d’un cyclone, les avis d’alerte et les bulletins météo sont diffusés sur le site du Vanuatu Meteorological and Geological Department, ainsi qu’en anglais, bichlamar et moins régulièrement en français à la radio.

Radio Vanuatu : MW 1125, SW 7260, SW 3945, FM 100
Capital FM 107  : FM 107 (24 h/24 - Vanuatu)
Buzz FM : FM 96 24 (24h/24 - Port Vila)
Paridise FM (Radio Vanuatu) : FM 98 (24 h/24 - Port Vila)
Halo FM : FM 98.1 (06h00/18h00 - Torba, Sanma, Pernama & Malampa)
Radio Life FM : FM 90 (24 h/24 - Port Vila)

En période cyclonique, le bord de mer et les abords des cours d’eau sont à éviter. Lorsque le niveau d’alerte rouge (impact imminent du cyclone) est annoncé à la radio, il est impératif de demeurer à son domicile et de se reporter aux consignes précitées.

Des informations complémentaires sur le risque cyclonique sont disponibles dans la fiche thématique Risques climatiques (cyclones/ouragans).

Risque volcanique

Le Vanuatu est une terre de volcans, qui se répartissent en deux catégories : les volcans fréquemment actifs (mont Yasur, situé sur l’île de Tanna ; mont Garet, sur l’île de Gaua ; mont Lopévi, sur l’île de Lopévi ; monts Maroum et Benbow, sur l’île d’Ambrym ; mont Manaro Vui, sur l’île d’Ambae) et les volcans « dormants » (mont Suretamatai, sur l’île de Vanua Lava).

Certaines îles de l’archipel sont placées sous la surveillance d’organismes officiels, qui disposent d’un système d’alerte sur une échelle comportant 5 niveaux, échelonnés par gravité croissante de 0 à 4. Même lorsque le niveau d’alerte semble peu élevé, il est fortement recommandé de suivre les directives des guides locaux. Un accident dû à la projection de lave ou à une chute ne peut jamais être exclu à proximité des volcans actifs. La plus grande prudence s’impose.

Il est conseillé de se renseigner sur l’activité volcanique du pays, en consultant régulièrement les informations et les recommandations disponibles sur le site du Vanuatu Meteorology & Geo-Hazards Department (en anglais).

Risque sismique

Vanuatu étant situé dans une zone d’activité sismique, des tremblements de terre et des raz-de-marée ne sont pas exclus. Ils peuvent notamment provoquer des glissements de terrain et endommager les axes de transports.

Zones de vigilance

Vanuatu est placé en vigilance renforcée (en jaune sur la carte sécuritaire).

Activités sportives à risque

Les plages n’étant pas surveillées au Vanuatu et les courants pouvant s’avérer extrêmement dangereux, il est fortement recommandé d’éviter de se baigner dans des endroits isolés.

Des requins sont parfois présents au large du Vanuatu, notamment autour des îles d’Espiritu Santo et de Malicollo. Il convient donc de se renseigner auprès des autorités locales avant toute activité aquatique et de respecter les consignes de sécurité.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Passeport et Visas

Les ressortissants français ne sont pas soumis à demande préalable de visa (cf. le site du Département de l’Immigration vaouataise, en anglais).

Un visa visiteur valable un mois sera délivré à l’arrivée sur le sol vanouatais, quelle que soit la durée du séjour. Il pourra ensuite être étendu selon les modalités indiquées plus bas. Les visiteurs doivent présenter un passeport dont la durée de validité dépasse d’au moins six mois la date de fin de séjour envisagée, ainsi qu’un billet retour valide pour une date de départ n’excédant pas trois mois à compter de la date d’arrivée.

Les voyageurs utilisant un titre périmé (dont la date de validité est insuffisante) ou ayant été déclaré perdu ou volé puis retrouvé (même si l’utilisation de ce titre n’a jusqu’alors posé aucun problème) risquent, selon les cas, de se voir infliger une amende ou refuser l’admission au séjour et d’être renvoyés vers leur destination d’embarquement.

Il est possible d’étendre un visa visiteur jusqu’à 12 mois auprès du Département de l’Immigration (coordonnées ci-dessous), selon les modalités présentées sur leur site (en anglais).

Pour les plaisanciers : seuls les ports de Port-Vila et de Luganville, sur l’île de Santo, sont ouverts aux opérations de douane et d’immigration. De fortes amendes sont applicables en cas de non-respect de ces points d’entrée.

Pour toute information relative à la délivrance d’un visa ou d’un permis de résidence, il convient de contacter le Département de l’Immigration à l’adresse suivante :
Département de l’Immigration
Lini Highway, (situé au centre-ville, face Jungle Café)
Private Mail Bag 092 Port-Vila
Vanuatu
Tél. : +678 22354
Fax : +678 25492
Courriel : kjoshua chez vanuatu.gov.vu

En Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu dispose d’un Consulat généralEn Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu dispose d’un Consulat général (Voir les coordonnées ci-contre).

L’ambassade du Vanuatu en Belgique est également compétente pour la France : 3/125 avenue Paul Hymans, 1200 Bruxelles (Tél. : +32 2 736 90 93 / Fax : +32 2 732 17 11).

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Elles ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Les infrastructures sanitaires sont incomplètes au Vanuatu (absence de certaines spécialités ou appareils nécessaires à des analyses pointues). Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et, de manière générale, aux dépenses de santé qui peuvent être très élevées à l’étranger, notamment auprès des établissements privés qui offrent parfois des services plus adaptés, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance et d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (opération chirurgicale, hospitalisation et rapatriement). Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place. Faute de pouvoir justifier d’une couverture sociale, le voyageur s’expose au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, analyser les risques sanitaires et bénéficier de recommandations adaptées, notamment sur les vaccinations nécessaires ou recommandées.

Les principaux médicaments connus en France sont disponibles sur place ainsi que leurs équivalents génériques ou anglo-saxons (se munir d’une ordonnance).

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

  1. Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines sont recommandées : s’assurer d’être à jour dans ses vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  2. La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que la vaccination rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  3. Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  4. La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, durant une durée variable selon le produit utilisé. Durant le séjour, et durant les deux mois qui suivent le retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

Les autorités sanitaires locales attirent l’attention sur la multiplication des cas de dengue. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre cette infection mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).

Chikungunya

La transmission du chikungunya s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement aucun traitement préventif ni vaccin. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf ci-après). Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter la page de Santé publique France.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage).
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 62,8 Ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 808 Ko).
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Infection par le virus HIV – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

Mesures d’hygiène alimentaire

L’eau est potable à Port-Vila et à Luganville. Dans les autres localités, il est recommandé de :

  • ne boire que de l’eau, des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
  • Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine).
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.
  • Éviter les contacts avec des personnes malades.
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Précautions

  • Ne pas acheter de poissons de récif sur les marchés locaux car ils risquent d’être contaminés par la ciguatera (aussi appelée la « gratte »).
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux que l’on rencontre.
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

L’absence de toute signalisation, l’état du réseau routier (goudronné uniquement sur les îles d’Efate, de Santo et, partiellement, de Tanna, et fréquemment parsemé de nids-de-poule) rendent la conduite difficile et, en certains endroits, dangereuse. Les stations-service en dehors de Port-Vila et de Luganville (Santo) sont rares et peu reconnaissables. De nombreux taxis et mini-bus circulent à vive allure ; l’entretien des véhicules peut parfois être sujet à caution.

Pour un séjour touristique, le permis de conduire français est accepté pour louer ou conduire un véhicule ; il est recommandé de se signaler auprès du Bureau des permis de conduire.

Transport aérien

La compagnie nationale Air Vanuatu dessert la Nouvelle-Calédonie, l’Australie, la Nouvelle Zélande, les Fidji et les îles Salomon. Les compagnies Air Calin, Air New Zealand, Qantas, Virgin Australia, Solomon Airlines et Air Niugini desservent aussi le Vanuatu.

Les aéroports suivants disposent de pistes goudronnées : Bauerfield sur Vaté, Luganville sur Santo, White Grass sur Tanna, Langana sur Ambae, Norsup sur Mallicolo, Lonorore sur Pentecôte.

Les déplacements vers les autres îles sont soumis aux aléas climatiques car les pistes en herbe ne peuvent être utilisées en cas de pluies abondantes.

Législation locale

L’importation et la consommation de stupéfiants sont interdites sous peine d’amende et d’expulsion du pays.

L’achat d’alcool est interdit du samedi au lundi (sauf dans les hôtels, les restaurants et les clubs).

Toute forme de prostitution est proscrite. L’importation de documents (magazines, vidéos, etc.) à caractère pornographique est interdite sous peine d’amende.

Us et coutumes

Le Vanuatu est un pays de traditions coutumières et de morale chrétienne, parfois puritaine. Une tenue décente est de rigueur : le port du maillot de bain est à proscrire en ville. De nombreux établissements refusent de servir les clients masculins sans chemise ou sans chaussures.

Il est recommandé de disposer de la permission des habitants avant de les photographier.

Divers

Devises

L’utilisation de la carte de crédit est courante à Port Vila et Luganville, mais nettement moins développée dans le reste de Vanuatu.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Les voyageurs d’affaires doivent disposer d’un visa d’affaires.

Pour plus d’informations, consulter le site de l’immigration (en anglais).

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Vanuatu.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Le Vanuatu relève du Service économique régional de Canberra :
Service économique régional de Canberra, Australie
Adresse : Ambassade de France en Australie – 6 Perth avenue – ACT2600 Canberra - Yarralumla
Tél. : +612 62 16 01 16
Site internet

CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Site internet : Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

BAD

Le Vanuatu est membre de la Banque asiatique de développement (BAD).
Page du Vanuatu

FMI