Timor oriental

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire – Coronavirus Covid-19 (17/03/2021)

Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de COVID-19 et de ses variants (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies). Dès lors, tout déplacement international - depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger - est strictement encadré jusqu’à nouvel ordre. Il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs.

Depuis le 28 mars 2020, l’état d’urgence est instauré dans le pays (interdiction de la circulation sur certaines zones, institutions fonctionnant avec un nombre très réduit de personnels, fermeture des commerces, etc.).

Depuis le 13 avril 2020, les autorités de Timor oriental ont fermé les frontières du pays aux voyageurs, sauf exemptions au cas par cas. Les liaisons aériennes commerciales internationales restent suspendues, à l’exception de celle opérée par la compagnie Air North entre Dili et Darwin qui a repris le 10 avril 2020 dans la limite des règles applicables au transit et au séjour sur le territoire australien.

Le confinement décidé le 8 mars 2021 est prolongé à Dili jusqu’au 2 avril 2021 et étendu à Baucau et Viqueque.

Compte tenu de ces mesures, il est formellement recommandé aux Français de reporter leur voyage à Timor oriental.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Avertissement

L’ambassade de France à Jakarta est compétente pour venir en aide aux Français à Timor oriental.

Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, veiller à disposer des moyens financiers pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

En cas d’urgence, l’ambassade de France à Jakarta peut être jointe à tout moment au +62 21 2355 7600 (téléphone d’urgence).

En cas d’incident grave pendant son séjour, penser à rassurer ses proches.

Risques encourus et recommandations associées

Risque sismique

L’île de Timor est située dans une zone d’activité sismique importante. Des tremblements de terre peuvent se produire à tout moment. Pour la conduite à tenir en cas de séisme, se reporter à la fiche réflexe de ce site consacrée à ce sujet, à la rubrique « Informations pratiques ».

Criminalité

La criminalité de droit commun est faible hors de la capitale mais la situation peut évoluer. Bien que les agressions contre les étrangers soient rares, les agressions sexuelles contre les femmes, y compris étrangères, sont en augmentation à Dili. Il est déconseillé de se déplacer seul en soirée ou pendant la nuit.

Risques routiers

Les conditions de circulation sont très aléatoires au Timor oriental, y compris à Dili. La plus grande prudence doit être observée au volant. Veiller à sa sécurité sur la route : port de la ceinture de sécurité en voiture, port du casque à deux-roues.

Les visiteurs qui désirent voyager en dehors de Dili peuvent prendre connaissance des recommandations concernant l’état du réseau routier et les conditions de sécurité auprès de la police nationale au 112.

Il est déconseillé de voyager seul la nuit sur les routes de campagne, qui sont parfois en très mauvais état. De manière générale, il est préférable de circuler dans une voiture de location avec chauffeur.

Zones de vigilance

L’ensemble du territoire du Timor oriental est placé en zone de vigilance renforcée.

Les conditions de sécurité dans le pays sont satisfaisantes, en particulier dans la capitale, Dili. Il n’y a pas eu d’épisodes de violence importants depuis 2008.

Recommandations générales

De manière générale, il est recommandé de :

  • ne pas montrer de signe ostentatoire de richesse et de laisser tous biens de valeur dans un lieu sécurisé (ex : coffre des hôtels) ;
  • ne pas se déplacer avec des sommes d’argent importantes ;
  • laisser ses documents d’identité et de voyage en lieu sûr et se munir de photocopies lors de ses déplacements ;
  • ne pas se déplacer seul la nuit.

Il est recommandé, pour les personnes se trouvant au Timor oriental pour une longue durée, de s’inscrire sur le registre des Français à l’étranger, sur le site de l’Ambassade de France en Indonésie et au Timor oriental. Cela facilite les démarches en matière d’immigration (renouvellement de passeport lors des tournées consulaires à Bali et Jakarta) et l’inscription sur les listes consulaires et électorales.

Il est vivement recommandé aux personnes séjournant dans le pays de faire preuve de vigilance et de prendre toutes les mesures de précaution d’usage. Il est recommandé de s’inscrire sur Ariane afin de recevoir des recommandations de sécurité et d’être informé en cas de crise dans le pays.

Il convient également de prévenir le Bureau français de coopération de Dili de ses projets de voyage. Cette information, qui facilitera les démarches de l’ambassade en cas d’accident, de catastrophe naturelle ou de disparition, peut être communiquée par mail à contact chez ambafrance-id.org ou par téléphone +62 21 23 55 76 00.

Activités sportives à risque

Plongée sous-marine

La pratique de la plongée sous-marine doit faire l’objet d’une attention particulière. En cas d’accident, les caissons de décompression les plus proches se trouvent à Darwin (Australie) et Bali (Indonésie). Il est vivement recommandé de disposer d’une assurance couvrant ce type d’activité et prenant en charge le rapatriement sanitaire.

Randonnées

Le trekking, généralement pratiqué sur les chemins balisés des abords de Dili et du mont Ramelau, doit faire l’objet d’une préparation sérieuse car aucune carte des abris, refuges et autres points de ravitaillement n’est mise à disposition par les autorités ou les associations.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Visas

Pour un séjour inférieur à 90 jours, sur une période maximum de 180 jours, il n’est pas nécessaire de disposer d’un visa. Seule la présentation d’un passeport valide au moins six mois après la date prévue d’entrée à Timor oriental est exigée. Cette dispense s’applique également aux séjours liés à une activité rémunérée.

Pour tout séjour supérieur à 90 jours, il convient de consulter le site du Service de l’Immigration du Timor oriental ou de s’adresser à la représentation diplomatique la plus proche de votre pays de résidence.

Points d’entrée

Par voie aérienne : jusqu’aux mesures prises en réponse à la pandémie Covid-19, l’aéroport international Nicolau Lobato à Dili desservait Denpasar/Bali, Darwin (Australie) et Singapour. A noter que certaines compagnies indonésiennes qui desservent le Timor oriental sont susceptibles d’être interdites par l’Union européenne. La liste de ces compagnies est disponible sur le site : https://ec.europa.eu/transport/modes/air/safety/air-ban_fr.

Par voie maritime : le port de Dili. Attention, tous les navires venant au Timor oriental doivent se signaler au port de Dili avant de se rendre dans d’autres ports est-timorais.

Par voie terrestre : Batugade, situé à 100 km de Dili, est la seule voie directe pour rejoindre l’Indonésie, point d’entrée pour l’enclave d’Oecussi /Ambeno.

A noter qu’en raison des mesures prises en réponse à la pandémie Covid-19, le pays a fermé ses frontières aériennes, maritimes et terrestres aux voyageurs, sauf exceptions au cas par cas.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Dili ne comporte qu’un hôpital et deux cliniques privées, tous caractérisés par des capacités limitées. En dehors de la capitale, aucune structure médicale ne permet une prise en charge optimale. En cas d’éruption volcanique importante, les vols peuvent être suspendus dans un large périmètre, bloquant ainsi toute possibilité de transfert vers un hôpital par voie aérienne.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France à Jakarta.

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires.

Consulter éventuellement son dentiste avant son départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et emporter uniquement les médicaments nécessaires. Il est déconseillé de consommer des médicaments achetés dans la rue (risques de contrefaçon).

Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune peut être exigée à l’entrée sur le territoire du Timor oriental, pour les voyageurs en provenance de pays où elle est endémique. Se renseigner auprès de la représentation diplomatique la plus proche de son lieu de résidence.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, de même que la vaccination rubéole, oreillons et rougeole chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.

En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

Risques sanitaires

Covid-19

La maladie provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 a été nommée COVID-19 par l’Organisation mondiale de la Santé - OMS. Depuis le 11 mars 2020, l’OMS qualifie la situation mondiale du COVID-19 de pandémie ; c’est-à-dire que l’épidémie est désormais mondiale.

Pour plus d’informations (symptômes, transmission, prévention, etc.), consulter la fiche Coronavirus.

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement mortelle) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Il est vivement recommandé d’appliquer les mesures classiques de protection contre les moustiques (cf. ci-après), particulièrement la nuit et en soirée.

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé.

En cas de fièvre durant le séjour et les deux mois qui suivent le retour, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Chikungunya et dengue

Des cas de transmission du chikungunya et de la dengue ont été rapportés. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet principalement en zone rurale par piqûres de moustiques. Dans le cadre d’un voyage touristique en Asie ou en Océanie, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas systématiquement recommandée. Prendre conseil auprès de son médecin ou d’un centre de vaccinations internationales.

Zika

Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques tigrés (Aedes). Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.
Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves a été signalée, notamment des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques comme le syndrome de Guillain-Barré.

Il est recommandé à tous :

  • de respecter les mesures habituelles de prévention contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après), tant la nuit que le jour ;
  • de consulter un médecin, en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage ou, à défaut, de respecter les mesures de prévention contre les piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage ou avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika.

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

En savoir plus :

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

Autres maladies

Grippe aviaire

Les mesures suivantes sont recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux, volailles et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage vivants.
  • Se laver les mains régulièrement au savon ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter un médecin.

Rage

La rage sévit de façon endémique au Timor oriental, aussi bien en milieu rural qu’urbain. La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus, par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. Plus d’informations ici.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente. Il est recommandé de prendre les précautions d’usage en matière d’hygiène alimentaire (cf. ci-après).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Assurance

Une assurance, y compris au tiers, peut être contractée pour les véhicules de location. Il est recommandé de prendre connaissance des clauses du contrat et de s’assurer que les frais de réparation du véhicule en cas d’accident de la circulation sont pris en charge intégralement ; les coûts engendrés peuvent s’avérer très importants. Il n’existe pas d’entreprise susceptible d’effectuer les réparations en dehors de la capitale, Dili.

Permis de conduire

Les visiteurs résidant moins de trois mois à Timor oriental ont la possibilité de conduire un véhicule s’ils sont titulaires d’un permis international ou d’un permis de conduire national, pour la classe de véhicule figurant sur leur permis. Pour les visiteurs souhaitant séjourner plus de trois mois, une demande de permis de conduire doit être formulée auprès du bureau central chargé des véhicules automobiles (Motor Vehicle Office).

Législation locale

Drogues

Les autorités locales ne font preuve d’aucune tolérance en matière de stupéfiants. La possession et l’usage de drogues, quelle que soit leur nature ou leur quantité, exposent les contrevenants à de lourdes condamnations.

Divers

Devises

La seule monnaie en circulation au Timor oriental est le dollar américain (USD). La banque ANZ dispose de plusieurs guichets automatiques à Dili. Il existe par ailleurs un contrôle des changes, qui limite le montant des importations de devises. Les voyageurs doivent, préalablement à leur déplacement, prendre des renseignements auprès de la Banque centrale (Banco Central), aux numéros de téléphones suivants : +67 03 31 37 12, +67 03 31 37 14 ou +67 03 31 37 18 ou par courriel : cpayments chez yahoo.co.uk.

Des distributeurs sont accessibles seulement à Dili et à Baucau (situé à trois heures de la capitale). Dans les districts, les billets de 100 USD sont souvent refusés. Il est conseillé d’avoir toujours de l’argent liquide sur soi.

Seule la carte VISA est acceptée au Timor oriental.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Les ressortissants de l’Union européenne bénéficient d’une exemption de visa pour tout séjour inférieur à 90 jours, sur une période maximale de 180 jours. Cette règle s’applique aux voyageurs d’affaires (développement commercial, conduite de négociations, participation à une rencontre officielle), ainsi qu’aux sportifs et artistes réalisant une activité occasionnelle et aux journalistes envoyés par un organe de presse de leur pays de résidence.

Les prestataires de service réalisant une mission pour une entreprise locale doivent en général solliciter un visa de travail.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Timor oriental.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence et le soutien public au développement international des entreprises.

Le service économique de Jakarta est compétent pour le Timor oriental.
Service économique de Jakarta
Jalan MH Thamrin n°20 - Jakarta 10350, Indonésie
Tél. : +62 21 23 55 79 67
Télécopie : +62 21 23 55 79 68
Courriel : jakarta chez dgtresor.gouv.fr
Site internet : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/ID

FMI

Le Timor oriental et le FMI