Israël

Partager

Veille scientifique et technologique d’Israël.


Le Service de Coopération Scientifique et Universitaire a pour rôle d’informer de l’actualité scientifique, universitaire et technologique israélienne. Pour cela nous disposons de plusieurs outils :

Dernières actualités

Actualité

L’aide au développement aide-t-elle au développement ? Retour sur le colloque « the afterlives of development »

Israël | Sciences Humaines et sociales
Actualité
13 mars 2020

Géopolitiquement, la question se pose car 10% de la population mondiale et plus de 40% de la population subsaharienne vivent encore sous le seuil international de pauvreté, malgré sept décennies d’aide publique au développement (APD), avec un apport annuel autour de 142,6 milliards de dollars des pays donateurs. L’aide au développement vise à lutter contre la pauvreté dans le monde. Elle recouvre l’ensemble des financements transférés par les États les plus favorisés pour améliorer les conditions de vie dans les pays les moins favorisés. Opérée d’État à État ou via des organisations internationales, elle sert à pallier la faible capacité des pays pauvres à financer en propre l’investissement public (éducation, santé, infrastructures etc.). La question se pose aussi dans le monde universitaire, via les Development Studies. Le phénomène est désormais suffisamment ample et ancien pour constituer un champ d’étude scientifique à part entière. Depuis les années 1990, ce champ est en essor dans les universités du monde entier, et tout particulièrement en Israël, où les tables rondes, événements académiques et formations à destination des pays émergeants font florès. Les 6 et 7 janvier derniers, l’Africa Center de l’Université Ben-Gourion du Néguev (BGU) organisait un colloque international intitulé « The Afterlives of Development », réunissant des universitaires d’Afrique, des Etats-Unis, d’Europe et d’Israël. Revenons sur ce colloque : ses forces en présence, ses débats, ce qu’il révèle de l’état des Development Studies en Israël.

Gestion des déchets électroniques en territoires palestiniens : ce que peuvent les universitaires

Israël | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
Actualité
13 mars 2020

Souvent, la question de la gestion des déchets rebute, car elle touche à ce que nos sociétés refoulent loin des regards. Pourtant les déchets font partie intégrante de l’économie. Leur traitement, leur démantèlement, leur recyclage sont des activités économiques à part entière, entraînant des circulations de capitaux, de main-d’œuvre, de techniques et des externalités, dont les pollutions. En général, le secteur du déchet connaît un essor en situation de crise et de forte précarité : hausse de l’emploi dans le démantèlement des déchets, développement de l’urban mining (récupération de ressources et matériaux précieux sur des produits usagés), développement du secteur informel (Moreno Sainz, 2007). C’est le cas pour les déchets électroniques en territoire palestinien près de Hébron, où la précarité de l’emploi est accentuée par la difficulté du contexte israélo-palestinien et la proximité d’avec la Green Line. 70 à 80 000 tonnes de déchets électroniques y sont acheminés chaque année pour être réutilisés après réparation ou démantelés, notamment par combustion, libérant des quantités industrielles de polluants (Vlahovic, 2020). Depuis 2010, Yaakov Garb, professeur à l’Université Ben-Gourion du Néguev (BGU) et John-Michael Davis, doctorant, ont initié une série de projets visant à décontaminer les sites, accompagner les recycleurs palestiniens dans la transition vers des pratiques “propres” et faciliter la défense des droits des riverains face aux activités industrielles polluantes. Cette initiative inédite articule recherche fondamentale, action de terrain et appui au développement. Nelly Leblond, postdoctorante française engagée à leurs côtés, nous a accordé un entretien dont cette brève fait la synthèse.

L’ADN, nouveau disque dur ?

Israël | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
Actualité
13 mars 2020

Des chercheurs du Technion et de l’Interdisciplinary Center (IDC) Herzliya travaillent sur le stockage de données sur des brins d’ADN. Cette technologie digne d’un film de science-fiction est bien réelle et sera peut-être la seule façon de répondre à la demande grandissante de stockage des données.

Pourrons-nous enfin utiliser l’hydrogène comme source efficace d’énergie ?

Israël | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
Actualité
7 février 2020

Le combustible à hydrogène produit uniquement de l’eau lorsqu’il est brulé. L’avènement d’une économie hydrogène, plus verte, remplaçant notre énergie fossile semble beaucoup plus compliqué que prévu. Un nouveau brevet, détenu par Yeda, basé sur les recherches du laboratoire du Prof. David Milstein de l’Institut Weizmann, pourrait être une des clés nécessaires à ce changement de paradigme.