Les ambassadeurs thématiques

Partager

Le ministère compte vingt et un ambassadeurs thématiques nommés en Conseil des ministres.

Ce type de fonction permet de répondre aux besoins suivants :

  • confier une mission particulière sur un sujet précis, souvent délimité dans le temps (ex : secrétariat général d’un sommet - Afrique-France, Forum Génération Egalité en 2020- , d’une présidence du conseil de l’UE, d’une présidence G20 ou G7)
  • confier une mission de coordination interservices ou interministérielle (investissements internationaux, migrations, numérique, Méditerranée, sport, etc.)
  • assurer à haut niveau la représentation de la France à des négociations qui nécessitent une mobilisation à plein temps et à haut niveau qu’il s’agisse d’un cadre multilatéral formalisé (négociation pour le climat, pour l’environnement) ou ad hoc (groupe de Minsk)
  • porter la voix de la France sur des sujets prioritaires pour notre diplomatie (droits de l’Homme, environnement, climat, pôles) qui peuvent être traités dans différentes instances (numérique, santé mondiale).

Les ambassadeurs thématiques travaillent étroitement en lien avec les services du ministère et, en fonction de leurs attributions, également avec les services d’autres ministères (ex : investissement étrangers).

Propos de Jean-Yves Le Drian lors de l’examen du Projet de loi de finances 2020 au Sénat (29.11.19)

« Ces ambassadeurs (…) ne sont pas des ambassadeurs d’opportunité : (…) ce sont de vrais ambassadeurs ! Lorsque j’ai affaire à tel ou tel grand sujet, comme celui des migrations, l’ambassadeur thématique qui en est chargé, en l’occurrence M. Pascal Teixeira Da Silva, se rend dans plusieurs pays pour traiter de cette question. S’il n’était pas ambassadeur, il ne pourrait pas rencontrer certaines personnes avec lesquelles il doit s’entretenir, y compris des chefs d’État et de gouvernement. Ce sont pleinement des ambassadeurs, au même titre que les autres, et ils sont comme eux nommés en conseil des ministres. Nous ne sommes pas le seul pays à avoir une telle pratique. Notre ambassadeur chargé des migrations rencontre son collègue d’un autre pays. Lorsqu’il y a une crise particulière, nous faisons appel à telle ou telle personnalité pour assurer cette responsabilité. Tout cela est d’une grande clarté. La nomination se fait en conseil des ministres et, quand la mission est terminée, le poste l’est avec elle. Cela fait partie de l’ensemble de l’activité du Quai d’Orsay. Je veux bien entendre tout ce qu’on veut, mais il n’y a pas d’ambassadeurs particuliers, même si en l’espèce les missions sont thématiques : ils sont tous ambassadeurs, ils sont tous des fonctionnaires du Quai d’Orsay, ou ils y sont assimilés, ils sont tous sous ma responsabilité. »