Présentation

Données générales

Carte de l'Ukraine

Nom officiel : Ukraine, république
Chef de l’Etat : Petro Porochenko (Président) élu le 25 mai 2014.

Données géographiques

Superficie : 603 700 km².
Capitale : Kiev.
Villes principales : Kharkiv, Dnipro, Odessa, Donetsk, Lviv.
Langue officielle : ukrainien. Le russe est couramment parlé à Kiev est dans les régions de l’Est et du Sud.
Monnaie : Hryvnia (UAH)
Fête nationale : 24 août.

Données démographiques

Population : 45 millions d’habitants (2016) soit 75 hab./km².
Croissance démographique annuelle moyenne (2010-2015) : - 0,6% (PNUD).
Espérance de vie (2015) : 71 ans (femmes : 76,1 ans ; hommes : 66,3 ans ; source : OMS).
Taux d’alphabétisation : 99,8%.
Religion(s) : environ 75% des Ukrainiens se disent croyants.
Indice de développement humain : 78ème rang (classement PNUD 2016).

Principales données économiques (source : DG Trésor http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/ukraine)

PIB (2016) : 93,27 Mds USD (sans la Crimée – source : FMI).
PIB par habitant (2016) : 2185,76 USD (2013 : 3960 USD/hab., avant la dévaluation de la hryvnia.).
Salaire moyen : 220 USD.
Taux de croissance (2017) : 2%
Taux de chômage (2016) : 9%.
Taux d’inflation (2017) : 14,2%
Solde budgétaire (2017) : - 3 % Balance commerciale (2017) : - 0,2% du PIB (DGT).
Dette publique (perspective 2017) : 92% du PIB (2014 : 72,7%)
Part des principaux secteurs d’activité dans le PIB (2016) : Agriculture (38%) et Industrie (métallurgie) (28%)
Exportations de la France vers l’Ukraine (2016) : 722M€.
Importations françaises depuis l’Ukraine (2016) : 570M€.

Présence française

Consulat général de France : Kiev.
Communauté française en Ukraine : 940 personnes inscrites au registre.
Site Internet de l’ambassade de France en Ukraine : http://www.ambafrance-ua.org/

Eléments d’actualité

Politique intérieure

L’Ukraine est un pays en pleine transition ; elle a entrepris après la révolution du Maïdan de 2014 un processus ambitieux de démocratisation et de réformes économiques dans un contexte difficile de conflit avec la Russie sur la Crimée et le Donbass. Depuis 2014, le conflit russo-ukrainien a fait 10 000 morts et 21 000 blessés. Il a par ailleurs entraîné le déplacement de 2,7 millions de personnes vers les autres régions d’Ukraine (1,7M), vers la Russie (plus de 900 000) et vers la Biélorussie (81 000).

Petro Porochenko, élu au premier tour le 25 mai 2014 avec 54,5% des voix, a fait campagne sur le rapprochement avec les structures euro-atlantiques et un règlement du conflit avec la Russie. Le gouvernement Hroïsman est entré en fonction le 14 avril 2016, à l’issue d’une crise politique qui avait conduit au départ du Premier ministre Arsenyi Yatsenyouk. Le gouvernement actuel est soutenu par une majorité parlementaire fragile (226 députés sur 450). Les prochaines élections auront lieu en 2019 (présidentielles au printemps et législatives à l’automne).

Situation économique

L’économie de l’Ukraine est la 3ème de la CEI (PIB : 93,3Mds$ en 2016). Le pays bénéficie d’un potentiel économique important : ressources minières, énergétiques et agricoles. L’Ukraine est également un pays industriel, le 10ème producteur mondial d’acier et l’un des 10 premiers exportateurs d’armes. Le secteur privé représente 60% du PIB. La croissance du PIB s’est élevée à 2% en 2017. Une reprise de 2-3% annuels, sous l’effet de nouveaux crédits et d’investissements, pourrait intervenir en 2017-2018.

L’accord de confirmation (Stand By Arrangement) du FMI (7,1 Mds $ sur 2014-2015, 4,6 Mds $ versés en 2014) a été converti en Extended Fund Facility de 17,5 Mds $ sur 4 ans à partir de 2015. 7,7 Mds $ ont déjà été versés. Tous les bailleurs internationaux (FMI, BERD, UE, G7, BM) exercent une surveillance étroite et nécessaire du respect des conditionnalités qu’ils partagent, en particulier sur la lutte contre la corruption et la réforme du secteur énergétique. L’Union européenne est le 1er contributeur financier net à l’Ukraine en 2014 et a décidé d’apporter une troisième assistance macro-financière de 1,8Md€ à l’Ukraine.

Politique étrangère

Processus de Minsk et participation de l’Ukraine aux négociations en format Normandie : la crise ukrainienne fait l’objet de discussions dans deux formats distincts :

  • Le format Normandie, qui réunit la France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine.
  • Le Groupe de contact trilatéral, qui réunit des représentants de la présidence en exercice de l’OSCE (en 2017, l’Autriche), de la Russie et de l’Ukraine et associe des représentants séparatistes. En outre, quatre groupes de travail ont été mis en place sous l’égide du Groupe de contact trilatéral pour faire avancer la résolution de la crise dans les domaines de leur compétence (sécurité, politique, économie et humanitaire).

Le Paquet de mesures pour la mise en œuvre des accords de Minsk du 12 février 2015 (« Minsk 2 ») fixe la feuille de route pour le règlement du conflit. L’esprit de cet accord est de faire avancer conjointement, sans logique de préalables, l’amélioration de la situation sur le terrain et le processus politique, qui vise à réintégrer les zones séparatistes dans le cadre de la souveraineté ukrainienne selon un modèle décentralisé. Il a été négocié en format Normandie au niveau des chefs d’État et de gouvernement, qui l’ont endossé par une déclaration conjointe. Il est signé par le Groupe de contact trilatéral ainsi que les représentants des deux « républiques » séparatistes. La résolution 2202 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 17 février 2015, a appelé à la pleine mise en œuvre de ce Paquet.

Les relations avec la Russie se sont fortement dégradées depuis l’annexion illégale de la Crimée par la Russie (18 mars 2014) et le début du conflit russo-ukrainien dans le Donbass. Depuis 2015, les liaisons aériennes sont interrompues. A partir du 1er janvier 2018, l’Ukraine compte instaurer le contrôle biométrique à sa frontière avec la Russie. L’Ukraine n’achète plus de gaz à la Russie.

L’Ukraine cherche à diversifier ses contacts extérieurs. Elle entretient des relations privilégiées avec le Canada (large diaspora), avec la Pologne (2M d’Ukrainiens disposant d’un permis de travail polonais), et avec la Turquie (1M de touristes ukrainiens en 2016). Plusieurs zones de libre-échange sont en cours de négociations avec le Canada, la Turquie et Israël.

Mise à jour : 28.12.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE