Retraite

Partager

Lorsque vous travaillez à l’étranger, vous continuez à cotiser pour votre retraite selon des modalités différentes en fonction de votre statut et du pays concerné. Pour vivre votre retraite à l’étranger, des démarches spécifiques auprès de votre caisse de retraite en France sont nécessaires.

Calculer sa retraite lorsque l’on part travailler à l’étranger

Dans le cas d’un détachement

Vous êtes maintenus aux régimes obligatoires français. Vous continuez à relever du régime de la sécurité sociale française et votre période de travail effectuée à l’étranger sera validée pour la liquidation de votre retraite, comme si vous étiez resté en activité professionnelle en France.

Dans le cas d’une expatriation

Vous travaillez ou avez travaillé dans les différents États de l’Union européenne, la Suisse, le Liechtenstein, l’Islande ou la Norvège

Vos droits à pension de vieillesse seront déterminés de la manière suivante : chaque institution nationale d’assurance vieillesse calculera le montant de la pension nationale en fonction de la durée d’assurance dans son pays. Elle calculera également le montant de la pension théorique comme si toutes les périodes d’assurance avaient été accomplies dans son pays. Cette pension théorique sera réduite au prorata des seules périodes d’assurance effectivement accomplies dans le pays. Le montant ainsi déterminé est la pension proportionnelle. La plus élevée des deux pensions, pension nationale ou pension proportionnelle, vous sera alors attribuée. Vous recevrez directement de chacun des États votre pension de vieillesse.

L’âge auquel il est possible d’obtenir une pension est différent selon les États et chacun fixe le point de départ de la retraite en fonction de cet âge.
Vous travaillez ou avez travaillé dans un État ayant signé une convention avec la France

Dans les conventions incluant l’assurance vieillesse, le mode de calcul de votre pension se fera :

  • en totalisant vos périodes d’assurance et en les proratisant en fonction de la durée de travail effectué dans les différents États dans ledquels vous travaillez ou avez travaillé avec lesquels la France a signé une convention ;
  • au choix, suivant la méthode décrite au point précédent ou par liquidation séparée, si vous avez exercé votre activité en Croatie, au Gabon, dans les îles anglo-normandes, en Israël, en Macédoine du Nord, au Mali, en Mauritanie, au Niger, à Saint-Marin, au Sénégal ou au Togo ;
  • selon des dispositions identiques à celles figurant dans les règlements communautaires dans la plupart des autres pays liés à la France par une convention.
Vous travaillez ou avez travaillé dans un État qui n’est pas lié à la France par un accord de sécurité sociale

Votre demande de retraite française n’entraine pas l’examen de vos droits à retraite dans l’autre pays. Les périodes travaillées dans un État non lié à la France par un accord de sécurité sociale ne seront pas prises en compte pour l’examen de vos droits en France. Pour continuer à bénéficier du régime de l’Assurance Retraite française en tant qu’expatrié, vous pouvez adhérer à la Caisse des Français de l’étranger (CFE). Vous devrez dans ce cas cotiser à la fois au régime obligatoire du pays d’expatriation et à la CFE. À votre retour en France, vous éviterez ainsi les délais de carence ou les trimestres perdus pour votre retraite.

Si vous avez cotisé dans le pays d’accueil, le calcul de votre retraite se fera en fonction de la législation locale.

Pour en savoir plus :

Vivre sa retraite à l’étranger

La prise de contact avec votre caisse de retraite

Le fait de partir vivre à l’étranger pendant votre retraite ne vous empêchera pas de percevoir vos pensions.

Il est donc important de prendre contact avec votre caisse de retraite afin de connaître les différents aspects relatifs au versement de votre retraite à l’étranger [1].

Votre caisse de retraite pourra ainsi vous renseigner sur les différentes modalités de paiement qui existent pour votre pays d’accueil, ainsi que sur l’ensemble des justificatifs à lui fournir.

Il est à noter que si vous êtes titulaire d’une pension militaire ou civile de fonctionnaire, d’une retraite du combattant ou du traitement de la Légion d’honneur à titre militaire et de la médaille militaire, vous pouvez demander à en percevoir le montant auprès de la trésorerie/comptabilité de l’ambassade ou du consulat de France à l’étranger.

Le certificat de vie

Dès que vous avez connaissance de votre nouvelle adresse, vous devez la signaler à votre caisse de retraite primaire et/ou complémentaire qui vous adressera l’imprimé nécessaire au paiement ou à la poursuite du paiement de votre retraite.

Quelle que soit votre nationalité, vous devrez faire remplir un certificat de vie par l’autorité compétente de votre pays d’accueil. Afin de connaître précisément les autorités habilitées, qui diffèrent selon les pays, rendez-vous sur le site www.info-retraite.fr.

Le site de l’Assurance retraite propose également une Carte des autorités locales compétentes pour remplir votre certificat de vie.

Depuis novembre 2019, vous n’avez à fournir qu’un seul certificat de vie par an pour l’ensemble de vos régimes de retraite. Cette démarche est réalisable par internet à travers le service en ligne "Ma retraite à l’étranger" qui vous permet de recevoir et de renvoyer vos documents.

Ce service en ligne est accessible sur Info-retraite.fr, en vous connectant à votre compte retraite ou sur L’Assurance retraite.fr, Agirc-arrco.fr ou Retraitesolidarite.caissedesdepots.fr, en vous connectant à votre espace personnel.
Si vous ne disposez pas encore de compte, vous pouvez en créer un sur www.info-retraite.fr.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : octobre 2020

[1L’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (Asi) ne sont versées qu’aux résidents en France.