Le Conseil national pour le développement et la solidarité internationale (CNDSI)

Partager

Le Conseil national pour le développement et la solidarité internationale (CNDSI) est l’enceinte de dialogue et de concertation régulière entre l’ensemble des acteurs du développement et de la solidarité internationale sur les orientations, les objectifs et les moyens de la politique de développement.

Le Conseil National du Développement et de la Solidarité Internationale (CNDSI) crée un espace de dialogue multi-acteurs pour un dialogue ouvert et de haut niveau sur les enjeux de la politique de développement et de solidarité internationale.

Institué par la Loi d’orientation et de programmation sur le développement et la solidarité internationale (LOPDSI) en 2014, en réponse aux fortes attentes de la société civile exprimées lors des Assises du développement et de la solidarité internationale de 2013, le CNDSI est l’instance consultative entre l’État et les acteurs non-étatiques sur les objectifs et les moyens de notre politique de développement.

La loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales du 4 août 2021 consacre également le rôle de l’instance. La loi lui confie de nouvelles missions : le CNDSI sera consulté sur le rapport annuel sur la politique française de solidarité internationale destiné au Parlement et il sera destinataire du rapport de la commission d’évaluation de la politique de développement.

Le CNDSI, c’est quoi ?

Le CNDSI a pour vocation de permettre une concertation régulière et ouverte, entre les différents acteurs du développement et de la solidarité internationale sur les objectifs, les orientations, la cohérence et les moyens de la politique française de développement.

Depuis 2015, le CNDSI se réunit trois fois par an. Les comptes rendus de ses échanges sont disponibles sur ce portail.

Le CNDSI s’est déjà réuni à vingt-cinq reprises sous la présidence du ministre chargé du développement. En complément de ces réunions formelles, des groupes de travail ad hoc ont permis d’étudier des thématiques transversales identifiées par le Conseil en lien avec l’agenda international.

En 2022, sous la présidence de la Ministre et de la secrétaire d’Etat chargée du développement, les membres du CNDSI ont discuté de priorités françaises en matière de développement et de solidarité internationale, de la Présidence française de l’Union Européenne, de la diplomatie féministe de la France, des enjeux environnementaux, de la reconstruction de l’Ukraine, de la situation humanitaire au Sahel et de la préparation du CICID. La première plénière de 2023 a abordé les questions en lien avec la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Six groupes de travail se sont tenus jusqu’à présent (migration et développement, financement du développement, implication du secteur privé, présidence française du G7, stratégie française auprès des banques et des fonds multilatéraux, renforcement de l’espace dévolu à la société civile). Ces groupes de travail permettent d’élaborer des recommandations des acteurs non-étatiques sur des sujets prioritaires en lien avec l’agenda international. Actuellement, les membres du CNDSI travaillent sur le rôle des fondations dans le développement international, sur la participation des jeunesses aux politiques de développement, et sur l’Agenda 2030. Les conclusions sont présentées et discutées avec l’administration au terme des travaux.

Le CNDSI, c’est qui ?

La loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales du 4 août 2021 renforce le CNDSI en le dotant de deux nouveaux collèges (fondations et plateformes multi-acteurs) lui permettant de représenter la société civile dans toute sa diversité.

L’instance ainsi composée de 67 personnalités est organisée en 10 collèges représentant les différentes composantes de la société civile : ONG, syndicats, économiques engagés dans le développement durable, parlementaires, collectivités territoriales, entreprises de l’économie sociale et solidaire, fondations, universités et centres de recherches, plateformes multi-acteurs. Un dixième collège composé de personnalités étrangères de haut-niveau, complète le Conseil.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères ou son secrétaire d’État assure la présidence du CNDSI. Un bureau, composé d’un représentant par collège, se réunit régulièrement afin de co-construire et de choisir les axes de travail portés à l’ordre du jour du Conseil.

Comptes rendus, publications et liste de membres du CNDSI

Réunions et comptes rendus de sessions

Travaux du CNDSI :

Constitution et liste des membres du CNDSI :

Mise à jour : février 2024