La Francophonie, espace de coopération multilatérale

Partager

La Francophonie (avec un "F" majuscule) est un dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays ayant le français en partage. Portée par des pères fondateurs tels que Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba, Hamani Diori et Norodom Sihanouk, la Francophonie multilatérale nait en 1970 à Niamey avec la création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) devenue Agence intergouvernementale de la Francophonie en 1998 puis Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en 2005. Son ambition est de promouvoir la langue française et la coopération entre les 88 États et gouvernements membres. Cet objectif est formalisé dans la Charte de la Francophonie, adoptée en 1997 au Sommet de Hanoï et révisée par la Conférence ministérielle en 2005 à Antananarivo.

La Francophonie en chiffres
88 Etats et gouvernements
300 millions de locuteurs
5e langue la plus parlée dans le monde
48 % des francophones résident en Afrique
80 millions de personnes ont le français pour langue d’enseignement

L’Organisation Internationale de la Francophonie

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) regroupe 54 États et gouvernements membres de plein droit, 7 membres associés et 27 observateurs.
L’action de l’OIF se concentre sur 4 domaines majeurs :

  • la promotion des atouts de la langue française, son évolution et son importance dans le monde ;
  • la facilitation de l’usage du français dans les enceintes diplomatiques d’influence et dans le mouvement olympique ;
  • l’éducation de qualité en français et son enseignement comme langue étrangère ;
  • l’usage numérique de la langue.

Le siège de l’OIF est à Paris et l’organisation dispose de 6 bureaux régionaux (Port-au-Prince, Bucarest, Lomé, Libreville, Antananarivo et Hanoï) et de 4 représentations permanentes (Genève, Bruxelles, Addis-Abeba et New York) placés sous l’autorité du Secrétaire général.

Les instances de gouvernance de la Francophonie multilatérale

  • Le Sommet de la Francophonie (Conférence des Chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage) est l’instance principale de la Francophonie.
    Il se réunit tous les deux ans sous la présidence du chef d’État ou de gouvernement du pays hôte pour définir les orientations de la Francophonie de manière à assurer son rayonnement dans le monde.
  • La Conférence ministérielle de la Francophonie rassemble, une fois par an, les ministres des Affaires étrangères ou les ministres chargés de la francophonie des pays et gouvernements membres de la communauté francophone. Elle prépare les Sommets et veille à l’exécution des décisions qui y sont prises.
  • Le Conseil permanent de la Francophonie est composé des représentants personnels des chefs d’État et gouvernement des pays membres. Il assure la préparation et le suivi des Sommets sous l’autorité de la Conférence ministérielle. Appuyé dans son travail par de nombreuses commissions (politique, économique…), il joue un rôle d’animateur, de coordonnateur et d’arbitre.
  • Placé sous l’autorité des instances, le Secrétaire général est le porte-parole politique de la Francophonie sur la scène internationale. Clé de voûte du dispositif institutionnel de la Francophonie, il dirige l’Organisation internationale de la Francophonie dont il est le représentant légal, et préside le Conseil permanent de la Francophonie
  • Par ailleurs, la Conférence des ministres de l’Éducation ayant le français en partage (CONFEMEN) et la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports des pays d’expression française (CONFEJES) sont deux conférences ministérielles permanentes de la Francophonie. Elles concourent à l’élaboration des politiques multilatérales francophones dans leurs domaines respectifs. D’autres conférences ministérielles sont susceptibles de se réunir ponctuellement (culture, enseignement supérieur recherche, numérique, économie et finances…).

Les acteurs de la Charte de la Francophonie

  • L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) est une des plus grandes associations d’universités au monde, avec plus de 1000 établissements membres dans une centaine de pays. Elle rassemble des institutions d’enseignement supérieur et de recherche des cinq continents utilisant le français comme langue d’enseignement et de recherche.
  • L’Université Senghor d’Alexandrie (Égypte) est un établissement privé de 3ème cycle, elle a pour vocation de former et de perfectionner des cadres de haut niveau des secteurs public et privé d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord en offrant des formations pluridisciplinaires consacrées au développement durable.
  • L’Association internationale des maires francophones (AIMF) regroupe 294 membres dans 51 pays. Les villes membres coopèrent dans les domaines de la gestion municipale, de l’informatisation de l’état civil et du développement urbain. Depuis sa création, l’AIMF est présidée par le Maire de Paris.
  • L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (AUF) est une assemblée consultative de la Francophonie, elle regroupe les parlementaires francophones de 88 parlements nationaux (55 membres, 15 associés, 18 observateurs). L’Assemblée parlementaire de la Francophonie adopte des résolutions sur des sujets dans les domaines politique, économique, social et culturel. Elle adopte également des avis et des recommandations destinés à la Conférence ministérielle de la Francophonie et au Conseil permanent de la Francophonie, ainsi que des recommandations destinées au Sommet.

Les autres acteurs de la coopération multilatérale francophone

  • La Conférence des ONG et OING de la Francophonie rassemble 127 organisations. Elle est consultée pour l’élaboration de la stratégie et de la programmation de l’OIF, et entendue au Sommet par l’intermédiaire du Secrétaire général de la Francophonie.
  • Les 16 réseaux institutionnels de la Francophonie interviennent dans les domaines de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme, en mettant à profit une langue et une culture juridique et juridictionnelle communes.
  • Le Forum francophone des affaires (FFA) a pour objectif le développement des échanges entre les pays francophones. La Conférence des chambres de commerce africaines et francophones (CPCCAF) favorise le développement de l’emploi et de coopérations régionales.
  • L’Union de la presse francophone (UPF) est la plus ancienne des associations francophones. Fondée en 1950 sous le nom d’Union internationale des journalistes et de la presse de langue française (UIJPLF), elle favorise la coopération entre les médias francophones.

La France et la Francophonie

La France mène une politique active pour développer la Francophonie. Depuis le 20 mars 2018 et la présentation par le président de la République d’un "Plan d’ensemble pour la promotion du français et du plurilinguisme dans le monde", elle met l’accent sur la langue française, socle commun des institutions de la Francophonie multilatérale et notamment de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).
Espace de coopération sur les plans éducatif, politique et économique, la Francophonie apporte un appui précieux pour le maintien du français comme langue internationale. Témoin du caractère prioritaire de ce vecteur d’action, la France est le premier contributeur de l’OIF et des opérateurs de la Francophonie.

Mise à jour : novembre 2020