Francophonie et langue française

Partager

À la Une

La diffusion de la langue française, une priorité de la diplomatie française

L’espace francophone est pluriel. Au sens linguistique du terme, il compte 33 pays rassemblant environ 300 millions de francophones présents sur tous les continents, soit une progression de 9,6% depuis la dernière mesure en 2014. En revanche, l’espace Francophone, en tant que communauté politique, rassemble les 88 Etats et gouvernements membres, associés et observateurs de l’OIF.

Le français est la 5ème langue la plus utilisée dans le monde, derrière le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Les cinq premiers pays francophones, en raison de leur démographie, sont aujourd’hui la République démocratique du Congo, la France, l’Algérie, le Maroc et la Côte d’Ivoire.

Le saviez-vous ? Le français est la 2ème langue la plus utilisée dans la diplomatie. Pour découvrir plus de chiffres sur l’utilisation de la langue française, consulter notre infographie.

Pour promouvoir le français et la francophonie, vecteurs de rayonnement et d’influence, la diplomatie française s’appuie sur un dispositif articulé autour d’une politique à la fois bilatérale (1) et multilatérale (2).

L’engagement de la France au plan bilatéral en faveur de la promotion et de la diffusion de la langue française

La stratégie internationale de la France pour la langue française et le plurilinguisme, présentée par le Président Emmanuel Macron le 20 mars 2018, s’articule autour de 33 mesures destinées à apprendre, communiquer et créer en français. Il s’agit d’un plan ambitieux destiné à renforcer la place et le rôle de la langue française dans le monde, dans le respect du plurilinguisme. L’enjeu : faire du français l’une des trois plus grandes langues-monde du 21ème siècle et un atout dans la mondialisation.

« Le français s’est émancipé de la France, il est devenu cette langue monde, cette langue archipel » a affirmé le président Emmanuel Macron lors de la présentation de son plan pour la promotion du français lors de la Journée internationale de la francophonie, à Paris, le 20 mars 2018.

Dans le cadre de sa politique bilatérale, l’objectif de la France est de développer des actions de coopération avec les autorités locales pour développer le français dans leur système éducatif, et une activité directe d’enseignement conduite par les réseaux culturel et scolaire français, notamment les Alliances françaises, les Instituts français ou encore les lycées d’enseignement français à l’étranger.

La France milite également pour l’usage du français dans les institutions de gouvernance mondiales, en premier lieu au sein de l’Union Européenne, et œuvre en faveur de la traduction systématique des textes et décisions adoptés en plusieurs langues.

L’engagement de la France au sein de la Francophonie multilatérale

La Francophonie multilatérale, qui célèbre en 2020 son cinquantenaire, est un dispositif institutionnel visant à réunir les pays francophones au sein d’une communauté politique. Elle organise les relations entre les États et gouvernements membres ou associés, réunis autour du partage d’une langue, le français, et animés par un principe fondateur : coopération et solidarité. Pour ce faire, la Francophonie peut compter sur différents acteurs :

  • L’OIF, qui en 2020 regroupe 88 États et gouvernements membres et observateurs ;
  • Les quatre opérateurs de la Francophonie : l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5MONDE, l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’Université Senghor ;
  • L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) ;
  • Les seize réseaux institutionnels de la Francophonie ;
  • Les conférences ministérielles permanentes (CONFEJES, CONFEMEN) ;
  • La Conférence des OINGs de la Francophonie.

Cette Francophonie multilatérale contribue à la paix, à la démocratie, aux droits de l’Homme, à la promotion du français et de la diversité culturelle ainsi qu’au développement d’une prospérité partagée et durable.

En 2018, lors du Sommet d’Erevan, Louise Mushikiwabo a été désignée comme nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie. Dans sa déclaration d’intention, elle a exprimé le souhait de placer la Francophonie sous la thématique du vivre-ensemble, en insistant en particulier pour que l’action de l’OIF soit recentrée dans les domaines « où sa valeur ajoutée est réelle, où sa plus-value est reconnue, où son intervention est attendue », notamment la diffusion de la langue française, la défense de l’égalité femmes-hommes, le développement du numérique ou encore l’engagement auprès de la jeunesse.

A l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2019, Emmanuel Macron s’est rendu pour la première fois au siège de l’OIF à Paris et s’y est entretenu avec Louise Mushikiwabo, réitérant ainsi l’engagement de la France en faveur de la Francophonie multilatérale.

La France est le premier contributeur de l’OIF et de ses opérateurs, ce qui témoigne de l’importance de la Francophonie comme vecteur d’action de notre diplomatie.

Mise à jour : février 2020