Un chercheur suédois a pour la première fois modifié l’ADN d’embryons humains sains

Suède

Actualité
Suède | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
29 septembre 2016

Fredrik Lanner, chercheur à l’Institut Karolinska à Stockholm, est le premier chercheur à avoir modifié le génome d’embryons humains sains. Il a pu modifier certains gènes en utilisant la populaire méthode CRISPR-Cas9 dans l’espoir d’en découvrir plus sur les causes d’infertilité, les fausses couches et les cellules souches embryonnaires.

Jusqu’à aujourd’hui, personne n’avait encore modifié le génome d’embryons humains dits "sains", c’est-à-dire qui ne présentent aucune anomalie génétique. Le premier à avoir publié l’expérience est un chercheur à l’Institut Karolinska, Fredrik Lanner, après avoir reçu l’autorisation du gouvernement suédois de mener ces recherches inédites.

L’équipe de recherche de Fredrick Lanner, spécialisée en biologie du développement, cible les gènes identifiés comme essentiels à la croissance embryonnaire. L’objectif est d’en apprendre davantage sur le rôle de ces gènes aux premiers stades de la formation de l’embryon, c’est-à-dire dans les sept à quinze premiers jours.
Ces connaissances pourraient améliorer les techniques de fécondation in vitro. Aujourd’hui, les couples infertiles qui s’engagent dans une procréation médicalement assistée n’ont qu’une chance sur quatre que naisse un enfant à l’issue de la procédure.

L’équipe de F. Lanner utilise le système CRISPR-Cas9, développé initialement par la chercheuse française Emmanuelle Charpentier en collaboration avec l’équipe à Berkeley de Jennifer Doudna, qui est aujourd’hui considéré comme un outil de génie génétique révolutionnaire permettant de modifier plus facilement et plus précisément les séquences d’ADN.

« Sans CRISPR, nous ne pouvions pas faire ce type de modifications précises sur l’embryon humain. La technologie n’était tout simplement pas assez efficace pour regarder la ou les fonctions de chaque gène de façon individuelle » a déclaré Fredrick Lanner.

Ces travaux restent très controversés et soulèvent de nombreuses questions éthiques. Modifier les gènes d’embryons humains sains a longtemps été considéré comme tabou du fait des inquiétudes liées à l’eugénisme.

Sources

« Swedish scientist edits DNA of human embryo » article paru sur Science, 22/09/2016 – http://www.sciencemag.org/news/sifter/swedish-scientist-edits-dna-human-embryo?utm_source=sciencemagazine&utm_medium=facebook-text&utm_campaign=crispbryo-7724

« Swedish Scientist Begins Editing Human DNA in Healthy Embryos » article publié sur le site Futurism, 25/09/2016 - http://futurism.com/swedish-scientist-begins-editing-human-dna-in-healthy-embryos/

Rédactrice

Nelly Guitard, nelly.guitard[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE