Récentes avancées de la recherche contre le cancer au Portugal

Partager
Portugal

Actualité
Portugal | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Silver économie : l’innovation pour la longévité
24 août 2015

Comment s’articule la recherche oncologique au Portugal ? Quels sont les principaux acteurs ? Quelles sont les dernières avancées ?

Le cancer est l’une des premières causes de décès au Portugal, en France et dans le monde. La compréhension des mécanismes de la cancérisation a progressé de façon spectaculaire et les découvertes récentes sont porteuses d’espoir. Les méthodes de diagnostic et les traitements ont évolué de manière importante au cours de ces dernières années. Le Portugal participe également aux recherches contre le cancer et est à l’origine de nombreuses découvertes. Approfondir les connaissances sur le fonctionnement des cellules saines et des cellules cancéreuses est indispensable pour développer de nouvelles approches de diagnostiques et des traitements innovants ou améliorer ceux qui sont déjà disponibles.

Au Portugal cette mission est encadrée par la Direction Générale de la Santé (Direção-Geral da Saúde) du Ministère de la Santé (Ministério da Saúde ) du gouvernement Portugais. Le Programme National pour les Maladies Oncologiques appui, le dépistage, le traitement et la recherche contre le cancer au Portugal. Les projets sont principalement financés par la Fondation pour la Science et la Technologie ( Fondação para a ciência e a tecnologia – FCT).

Bien que beaucoup de centres de recherches fassent continuellement des découvertes majeures sur le cancer à travers tout le Portugal, cet été 2015, les villes de Porto et de Coimbra se distinguent particulièrement. Les recherches sont menées à l’Institut de Pathologie et d’Immunologie Moléculaire de l’Université de Porto (Instituto de Patologia e Imunologia Molecular da Universidade do Porto – Ipatimup) qui est reconnu mondialement et au département de science de la vie de la Faculté de Sciences et Technologie de l’Université de Coimbra (Faculdalde de Ciências e Tecnologia da Universidade de Coimbra – FCTUC). Depuis 2013, l’Institut Portugais d’Oncologie de Porto (Instituto Português de Oncologia do Porto Francisco Gentil – IPO-Porto) ambitionne de devenir un leader international dans le traitement, l’enseignement et la recherche en oncologie et dispose en 2015 d’un budget de 1,6 million d’euro. De manière générale, les chercheurs portugais se distinguent au niveau international par leurs découvertes et leurs avancées.

Cette année, la chercheure Sónia Melo du Ipatimup a reçu la Médaille L’Oréal Portugal pour les Femmes de Sciences en récompense de ses travaux sur le dépistage du cancer du pancréas grâce au moyen d’une simple analyse de sang. Ses recherches ont également fait l’objet de publications dans la très prestigieuse revue Nature [1].

Egalement, Ludgero Tavares de l’Université de Coimbra a reçu le Young Investigador Award de l’Association for the Study of Lung Cancer lors du Congrès International du Cancer du Poumon en Malaisie de 2015. Il a été récompensé pour ses travaux à l’aide de techniques de Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) sur l´enzyme Isocitrate déshydrogénase (IDH) du cycle de Krebs qui, en excès, serait à l’origine du cancer du poumon [2].

La chercheure Elsa Logarinho de l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire ( Instituto de Biologia Molecular e Celular – IBMC) à Porto, a réussi avec son équipe à filmer une division de cellule cancéreuse dont résulte un nucléide supplémentaire anormal. Cela expliquerait le développement des cellules cancéreuse. Cette étude a également fait l’objet d’une publication dans la revue scientifique eLife [3]. Consultez la vidéo : bpod.mrc.ac.uk/archive/2015/6/16

Une équipe du Centre de Neurosciences et de Biologie Cellulaire (Centro de Neurociências e Biologia Celular – CNC) de l’Université de Coimbra met au point un traitement à base mélatonine qui empêche la production d’énergie nécessaire à la prolifération des cellules cancéreuses. Cette étude a été publiée dans la revue scientifique Oncotarget [4].

Une équipe de recherche du département de physique de l’Université de Coimbra, menée par Rui Travasso, a réalisé une modélisation numérique de la croissance de nouveau vaisseaux sanguins dont l’application permet la détection des tumeurs cancéreuses naissantes . Ces recherches ont fait l’objet d’une publication dans la revue scientifique PLoS Computational Biology [5].

Une autre équipe interdisciplinaire de l’Université de Coimbra a récemment prouvé l’efficacité de la molécule Redaporfin dans le traitement de plusieurs de types de cancers. Utilisée lors de thérapie photodynamique (TPD) celle-ci permet d’éliminer des cellules cancéreuses de formes particulières. Cette étude a également fait l’objet d’une publication dans la revue scientifique European Journal of Cancer [6].

Sources
[1] Consulter le profil de Sónia Melo sur le site Research Gate. Disponible : www.researchgate.net/profile/Sonia_Melo3/publications

[2] NOTÍCIAS. 2015. Estudo do metabolismo de células do cancro do pulmão desenvolvido na Universidade de Coimbra recebe distinção internacional | Universidade de Coimbra [EN LIGNE] Dsiponible : www.uc.pt/fctuc/noticias/4-12-2014.

[3] Joshua M Nicholson, Joana C Macedo, Aaron J Mattingly, Darawalee Wangsa, Jordi Camps, Vera Lima, Ana M Gomes, Sofia Dória, Thomas Ried, Elsa Logarinho, Daniela Cimini, 2015. Chromosome mis-segregation and cytokinesis failure in trisomic human cells. eLife, 10.7554/eLife.05068. dx.doi.org/10.7554/eLife.05068

[4] Rute Loureiro, Silvia Magalhães-Novais, Katia A. Mesquita, Ines Baldeiras, Isabel S. Sousa, Ludgero C. Tavares, Ines A. Barbosa, Paulo J. Oliveira, Ignacio Vega-Naredo. 2015. Melatonin antiproliferative effects require active mitochondrial function in embryonal carcinoma cells. Oncotarget, Vol. 6, No. 19. www.impactjournals.com/oncotarget/index.php?journal=oncotarget&page=article&op=view&path[]=4012

[5] Patrícia Santos-Oliveira, António Correia, Tiago Rodrigues, Teresa M Ribeiro-Rodrigues, Paulo Matafome, Juan Carlos Rodríguez-Manzaneque, Raquel Seiça, Henrique Girão, Rui D. M. Travasso. 2015. The Force at the Tip - Modelling Tension and Proliferation in Sprouting Angiogenesis. PLoS Computational Biology, 10.1371/journal.pcbi.1004436.
journals.plos.org/ploscompbiol/article ?id=10.1371/journal.pcbi.1004436

[6] Luis B. Rocha, Lígia C. Gomes-da-Silva, Janusz M. Dąbrowski, Luis G. Arnaut. 2015. Elimination of primary tumours and control of metastasis with rationally designed bacteriochlorin photodynamic therapy regimens. European Journal of Cancer, Volume 51, Issue 13, September 2015, Pages 1822–1830. www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0959804915004967

Rédacteur(s) : Angélique Verrecchia, chargée de coopération scientifique à l’Institut Français du Portugal, angelique.verrecchia [@]diplomatie.gouv.fr