Les domaines d’excellence de la recherche en Pologne

Partager
Pologne

Actualité
Pologne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
6 octobre 2021

Les domaines d’excellence en Pologne se concentrent particulièrement sur les sciences naturelles, formelles et techniques. La plupart des initiatives nationales et internationales se concentrent sur ces domaines alors que les recherches en sciences humaines et sociales ne sont pas très développées dans le pays.
Toutefois, les universités polonaises regroupent toutes les disciplines et il est ainsi difficile d’en faire ressortir certaines plus que d’autres. L’initiative d’excellence visant à augmenter le budget des meilleures universités polonaises pour en faire des centres de recherche académique compétitifs en Europe et dans le monde a ainsi récompensé 20 universités. Peu spécialisées, il n’y a pas de discipline mise en avant et sont très généralistes. Certaines universités font également partie d’universités européennes sans pour autant que certains domaines soient mis en valeur.

La Pologne se démarque ainsi dans les sciences naturelles, formelles et techniques, notamment en physique, médecine et ingénierie. Les infrastructures de recherches travaillent en grande majorité sur des projets liés à la physique et l’ingénierie (23 projets), la médecine (16 projets) et les sciences techniques et l’énergie (14 projets). Les initiatives internationales de recherche financent des projets de physique et médecine, par exemple en neuro-médecine ou en astrophysique. Des centres de recherche Dioscuri ont été mis en place dans ces mêmes disciplines comme le Centre pour les maladies métaboliques et le Centre pour la physique et la chimie des bactéries.

Cela se remarque également par des données chiffrées. L’ingénierie, la médecine et la physique sont les domaines qui rassemblent le plus de publications scientifiques chaque année. Ils ont publié 14,000 documents en médecine, 10,700 en ingénierie et 9,000 en physique en 2020. L’ingénierie et la chimie sont les domaines avec le plus de dépôts de brevet, idem en technologie médicale et pharmaceutique. Les scientifiques polonais les plus influents sont issus des mathématiques, de la physique et de la chimie. Ainsi, les domaines de l’ingénierie, la physique et la médecine ressortent le plus. Pour donner un exemple récent d’innovation en Pologne dans le cadre de la médecine, des scientifiques de l’université de Gdansk travaillent sur un fluide innovant pour stocker les organes et augmenter l’efficacité de leur transplantation.

Le paysage de recherche reste toutefois peu fourni dans certains domaines, notamment en sciences sociales. Le nombre de publications dans ces domaines est largement inférieur aux autres disciplines avec par exemple 2,829 publications en Arts et Humanités en 2020 contre 7,165 publiées en science des matériaux. Les infrastructures de recherche polonaise ne rassemblent que 6 projets en sciences sociales et humanités. Ces disciplines ne sont pas très développées en Pologne.

Certains domaines sont également à surveiller pour les prochaines années, suite à de nombreux investissements, notamment en intelligence artificielle, dans le domaine spatial ou environnemental. Il y a en effet de fortes hausses en termes de publications dans ces domaines. La Pologne est très active dans les projets européens et internationaux spatiaux comme GLOWS pour étudier le vent solaire ou encore avec la mission spatiale FLEX qui utilisera des instruments scientifiques polonais. Il y a de nombreux investissements dans l’environnement durable avec des centres de recherches qui se développent (Green Academy au Collegium Civitas, Centre des Technologies de l’Hydrogène et de l’Énergie Éolienne en Mer à l’Université Technologique de Gdansk). Les innovations ne manquent pas non plus avec par exemple la première usine de production de panneaux solaires en cellules pérovskites au monde créée à Wroclaw. L’Intelligence Artificielle est également un domaine prometteur avec notamment un concours pour le financement de projets visant à créer trois centres d’excellence en IA. Celle-ci est notamment très utilisée pour la médecine. Des projets sont chaque année plus nombreux à mettre en relation les deux comme BIGPICTURE qui vise à réduire les temps de diagnostic avec l’IA, ou d’autres scientifiques qui cherchent à détecter la schizophrénie et l’autisme à l’aide de l’IA. Ce constat a également pu être remarqué avec l’analyse des demandes de subvention auprès de l’UE avec le Smart Growth Operational Programme où l’IA et le machine learning sont de plus utilisés en médecine. Ainsi, certains domaines sont particulièrement en essor en Pologne.

Sources

Rédactrice
Antoinette Charpentier, Chargée de Projet du Pôle de Coopération Scientifique et Universitaire de l’Institut Français en Pologne
antoinette.charpentier[at]horizon.diplomatie.fr