La glycémie dans la paume de nos mains ?

Israël

Actualité
Israël | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
10 janvier 2020

Des chercheurs de l’Université Bar Ilan ont développé, en coopération avec une université italienne, une nouvelle méthode non-invasive de mesure des taux d’éléments dans le corps humain.

Les teneurs en éléments dans le corps sont de bons indicateurs de la condition physique d’une personne. Par exemple, la concentration en sucre dans le sang peut révéler des troubles du système digestif tels que certains types de diabète ; de faibles concentrations en oxygène sont le signe d’hypoxémie et la pression de l’humeur oculaire (le liquide translucide qui remplit l’œil) est indicative de la présence de glaucome ou d’un détachement de la rétine.

Jusqu’à il y a peu, la vérification des teneurs en éléments dans les différents fluides corporels nécessitaient des prélèvements d’échantillons en milieu hospitalier, parfois par le biais de techniques très invasives (comme c’est encore le cas pour certaines biopsies) et de réaliser des dosages chimiques en laboratoires. Non seulement le coup de ces procédures pouvait être important mais leur caractère invasif laissait le patient avec des temps de guérison éventuellement longs. Dans un monde où la rapidité et la précision des diagnostiques sont souvent des facteurs importants pour la bonne prise en charge des patients et de leurs pathologies, le domaine médical n’a de cesse d’améliorer les techniques de prélèvement et d’analyse dans échantillons tout en limitant le coût physique et financier pour le patient et le système de santé. Aujourd’hui, les nouvelles technologies et techniques de spectroscopie, comprenez l’analyse des spectres lumineux émis par un objet, ouvrent la voie vers des analyses tissulaires d’une rapidité et d’une facilité déconcertantes. Par exemple, en envoyant un faisceau lumineux sur un tissu vivant, comme une simple goutte de sang, et en le comparant au faisceau réfléchi, il est possible de déterminer avec précision sa teneur en glucose. La miniaturisation de ce procédé et sa démocratisation dans les années 2000 ont transformé le quotidien de millions de diabétiques à travers le monde, leur permettant de vérifier leur taux de sucre à toute heure de la journée simplement en se piquant le bout du doigt.

Des chercheurs des universités Bar Ilan (Ramat Gan, Israël) et de l’Université de Valence (Valence, Espagne) ont développé une nouvelle invention capable d’analyser les spectres lumineux réfléchis par des tissus vivants pour estimer la concentration de certains éléments dans les fluides qu’ils renferment. Leur invention a cela de révolutionnaire qu’elle ne nécessite aucune incision des tissus concernés et que l’analyse du spectre de la peau à proximité des vaisseaux sanguins est suffisante pour la prise de certaines mesures. Sous la direction du Dr.Zeev Zalevsky, chef du programme de recherche en électro-optique de la faculté d’Ingénierie et directeur du centre de nano-photonique de l’institut pour les nanotechnologies et matériaux avancés de l’Université Bar Ilan, cette équipe de chercheurs a démontré qu’il était possible de mesurer avec précision les taux de sucre et d’alcool dans le sang de leurs patients par la seule analyse du spectre vibratoire de la peau du poignet. L’utilisation est simple puisqu’il suffit d’appliquer le capteur optique directement sur la zone à explorer, qu’il s’agisse de peau ou de la surface d’un organe.

Illust: Figure 1 : Représent, 163.2 ko, 902x474
Figure 1 : Représentation graphique du procédé de mesure. Gauche : Application du capteur optique sur la zone à inspecter. Droite : Démonstration de la composition de l’appareil et de son interaction avec des tissus vivants (crédits : Zalevsky et al., 2019)

L ‘équipe estime que cette technique pourra, à terme, être employée lors de chirurgies exploratrices au cours desquelles les médecins pourront analyser, en temps réel et sans biopsie, la nature de masses cellulaires dans des régions du corps aussi sensibles à la chirurgie que les reins ou encore le cerveau.

Source :

  • Zalevsky et al. (2019) Method and system for non-invasively monitoring biological or biochemical parameters of individual. Global patent Index : EP 3099223 A1.

Pour en savoir plus :

Auteur : Camille Bordes, doctorante à l’Université Bar Ilan.