La contribution de la médecine traditionnelle chinoise au traitement du SRAS et d’autres virus

Chine

Actualité
Chine | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
17 janvier 2017

Un rapport publié en décembre 2016 par le State Council Information Office indique que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a souligné le rôle important de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) et l’engagement du gouvernement chinois à promouvoir le développement de la MTC.

La MTC est une médecine traditionnelle asiatique fondée il y a 2 500 ans qui se base sur une théorie du fonctionnement de l’être humain en bonne santé, d’un point de vue physiologique, psychologique et anatomique. Elle comprend diverses formes de thérapies : l’acupuncture, la diététique, la gymnastique (qigong), le massage et la phytothérapie. La MTC a pris d’autant plus d’ampleur depuis qu’une chinoise, TU Youyou, a obtenu en 2015 le prix Nobel de Physiologie et de Médecine pour ses travaux sur l’extraction de l’artémisinine, un anti-paludéen, des feuilles de l’armoise annuelle.

En 2015, il y avait en Chine 3 966 hôpitaux et 42 528 cliniques dédiés à la MTC, dont respectivement 446 et 7 706 spécialisés en médecine intégrée sino-occidentale. La Chine est forte de 452 000 praticiens et assistants ayant permis de proposer plus de 910 millions de consultations cette même année dans les différentes unités médicales de MTC à travers le pays et de soigner près de 27 millions de patients hospitalisés.

Le document intitulé Traditional Chinese Medicine in China met en évidence plusieurs avantages de la MTC. De nombreuses recherches effectuées auraient montrées des résultats satisfaisants de la MTC pour le traitement des virus Influenzavirus A sous-type H1N1 et sous-type H7N9, pour la prévention et le contrôle du VIH, et pour le traitement d’autres maladies comme le syndrome Hand, Foot and Mouth Disease (HFMD). La MTC se révèle particulièrement efficace pour contrôler et limiter des crises sanitaires liées à des événements climatiques ou météorologiques comme lors du séisme de 2008 au Sichuan et du glissement de terrain de 2010 à Zhouqu.

Le texte fait aussi état de la volonté de la Chine de se positionner comme leader dans la lutte contre le VIH et le paludisme dans les pays en développement, en particulier les pays africains où elle a déjà envoyé 400 spécialistes en MTC. A noter qu’en 2015, la valeur totale de la production de l’industrie pharmaceutique de la MTC avait atteint 7,87 Mds RMB (1,01 Mds EUR) ce qui représentait près de 29% du total généré par l’industrie pharmaceutique nationale.

En savoir plus

http://english.gov.cn/archive/white_paper/2016/12/06/content_281475509333700.htm

Sources

http://www.ecns.cn/2016/12-06/236614.shtml

Rédacteur

Christophe LAUGÉ : christophe.lauge[a]diplomatie.gouv.fr