Financement majeur Centre canadien de microscopie électronique et Réseau canadien des Centres de données de recherche

Partager
Canada

Actualité
Canada | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Big Data
26 janvier 2017

Le programme des Initiatives scientifiques majeures de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) finance notamment deux installations de calibre mondial : le Centre canadien de microscopie électronique et le Réseau canadien des Centres de données de recherche .

Deux instituts de l’université McMaster en Ontario viennent de recevoir l’annonce d’ un investissement de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) d’un montant de près de 10 millions de dollars. Il s’agit du Centre canadien de microscopie électronique et du Réseau canadien des Centres de données de recherche.

Le Centre canadien de microscopie électronique (CCEM) - qui héberge une partie des outils et des installations les plus avancés au monde - a reçu 3,75 millions de dollars, garantissant que l’installation et ses utilisateurs pourront, fort de la dernière décennie d’excellence scientifique, rester compétitifs sur la scène internationale. Le directeur scientifique du CCEM et la Chaire de recherche du Canada en microscopie électronique des matériaux à l’échelle nanométrique, Gianluigi Botton, indique que l’investissement témoigne de la réputation internationale du Centre, de sa science de pointe et de son rôle dans la formation de personnel hautement qualifié.

« Nos installations sont utilisées par des chercheurs des secteurs universitaire, gouvernemental et privé pour faire avancer leurs connaissances dans divers domaines - des matériaux structuraux aux sciences biomédicales et de la santé, à l’énergie et à l’environnement, à la physique et à l’électronique des solides. « Ce financement leur permettra de poursuivre leur travail, de former la prochaine génération de leaders et de positionner le Canada comme un acteur de niveau mondial ».

Chaque année, le CCEM accueille environ 350 utilisateurs, incluant notamment la recherche sur le développement : d’aciers plus solides pour des pipelines plus sûrs, des alliages plus légers pour des voitures plus efficaces, de nouveaux biomatériaux pour les implants osseux et des outils de diagnostic, des diagnostics et des thérapies du cancer, de nouveaux matériaux pour piles à combustible pour un transport propre, de la purification de l’eau à faible coût.

Le Réseau canadien des Centres de données de recherche (RCCDR) - dont le siège social est situé à McMaster depuis 2010 - a reçu 5,9 millions de dollars pour permettre à ses 1 500 chercheurs des 27 établissements universitaires du pays de mieux comprendre les principales questions de recherche et d’informer .

Le directeur exécutif du RCCDR, Martin Taylor, précise que ce financement aide le Réseau de deux façons. « Cet investissement augmente et complète le financement de base accordé précédemment par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) ; Mais plus que cela, il indique que le RCCDR est l’une des plates-formes de premier plan du Canada pour soutenir les sciences sociales et la recherche en santé avancées au Canada.

Hébergé à l’Université McMaster, le RCCDR est un partenariat entre un consortium d’universités canadiennes et Statistique Canada, cofinancé par les IRSC et le CRSH, ainsi que par la FCI. Il facilite l’accès aux micro-données de Statistique Canada, y compris les recensements, les enquêtes sociales et de santé, ainsi qu’à un nombre croissant de fichiers de données administratives.

Le vice-président à la recherche de McMaster, Rob Baker, affirme que les investissements de la FCI, tant dans les sciences fondamentales que dans les sciences sociales, incarnent l’expertise de McMaster et la promesse de ses chercheurs de stimuler l’innovation et l’économie du Canada.

« Ce financement est garanti pour des projets qui renforceront les installations de recherche nationales et uniques du Canada. Il a été spécialement conçu pour soutenir la recherche de calibre mondial et, le fait que McMaster ait reçu des fonds pour deux projets très distincts témoigne de nos points forts dans toutes les disciplines et de notre rôle central dans la formation des futurs dirigeants du pays ».

Source :
McMaster University- News- 9 janvier 2017

Rédacteur :
Armelle Chataigner-Guidez, Assistante du conseiller pour la science & la technologie, Ambassade de France au Canada- armelle.chataigner-guidez[a]diplomatie.gouv.fr