Coopération scientifique France-Australie – Juillet 2021

Partager
Australie

Actualité
Australie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences Humaines et sociales | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Agronomie et alimentation | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
6 août 2021

Santé

Caractériser l’hétérogénéité des tumeurs pour mieux les traiter

L’hétérogénéité cellulaire intra-tumorale est une des raisons expliquant le manque de performance des traitements ciblés anti-cancer. Certaines cellules peuvent en effet présenter des caractéristiques moléculaires leur permettant d’être plus résistantes à une thérapie. Codirigé par des chercheurs de l’université de Melbourne, de l’INSERM et du Centre de Recherche sur le Cancer (CRCL), ce projet a pour but de décrire et de mieux comprendre la diversité cellulaire des tumeurs afin d’améliorer les traitements des cancers. Lien


Espace

MAVIS, un instrument au cœur de la coopération internationale

Prof. François Rigaut, chercheur à l’Ecole de Recherche en Astronomy et Astrophysique de l’Australian National University (ANU), travaille à la mise au point d’un nouvel instrument améliorant la précision des images de l’espace prises depuis la Terre. Appelé MAVIS, cet instrument sera installé sur l’Observatoire Européen Austral au Chili. Cette coopération scientifique implique l’Université Nationale Australienne (ANU), l’Université de Macquarie à Sydney, le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille en France, ainsi que l’Institut National d’Astrophysique en Italie. Lien
 
 

Installation d’un télescope infrarouge en Antarctique

Une collaboration entre l’ANU en Australie, l’Observatoire de la Côte d’Azur en France et l’Université Caltech aux Etats-Unis a pour objectif d’installer un télescope à infrarouge de 1m de diamètre au Dôme C, un dôme de glace où se situe la base de recherche franco-italienne Concordia. L’Antarctique offre en effet des conditions remarquables pour étudier l’Espace depuis la Terre, telles qu’un ciel clair et des nuits hivernales continues de plusieurs mois. Un prototype de ce télescope est déjà en cours de réalisation, et devrait être installé d’ici 2022. Lien


Energie et ressources

Atelier franco-australien sur l’hydrogène « Filling the gaps » les 22 et 23 septembre 2021

Cet atelier a pour objectif de fournir aux acteurs australiens et français du secteur de l’hydrogène un forum pour partager, discuter et anticiper la R&D pertinents au déploiement de l’hydrogène dans nos deux pays. Il permettra de présenter les stratégies nationales de déploiement de l’hydrogène, ainsi que leurs déclinaisons au niveau des acteurs. Les écosystèmes français et australiens, ainsi que les pratiques pour l’innovation et le transfert technologique seront l’objet de discussions. Enfin, cet atelier devrait permettre d’explorer les technologies émergentes pouvant répondre aux grands défis identifiés dans ce secteur, et de promouvoir les collaborations entre France et Australie ou entre milieu universitaire et industrie, en identifiant les domaines où des activités conjointes seraient porteuses d’opportunités. Lien


Technologies

Le laboratoire franco-australien CROSSING remporte la 3ème place de Robocup@Home !

La compétition annuelle internationale de Robotique RoboCup a eu lieu ce 22 juin 2021. Dans la session @Home, qui évaluait les robots en interaction avec des humains chez eux, l’IRL CROSSING et son robot PEPPER se sont positionnés à la troisième place. Félicitations à eux ! Lien


Environnement

Le coût des espèces exotiques envahissantes en Australie estimé à 390 milliards AUD

Une vaste étude menée par l’université de Flinders, le Centre d’Excellence sur la Biodiversité et l’Héritage, le CSIRO et plusieurs partenaires internationaux dont 4 universités françaises (Paris-Saclay, Sorbonne, Caen Normandie et l’Université des Antilles) a réalisé le premier bilan des coûts associés aux espèces envahissantes pour l’économie australienne depuis les années 1960 à partir de la base de données publique InvaCost. Les coûts associés aux espèces végétales seraient les plus élevés (plus de 50%) en particulier pour l’ivraie raide, l’absinthe marron et le séneçon jacobé. Les espèces individuelles les plus coûteuses sont cependant pour des animaux (chat, lapin et fourmi de feu). Avec une augmentation des coûts par décennie de 6,3 depuis 1970, l’étude suggère de mieux orienter les investissements à l’avenir. Lien