Transformer les déchets organiques en protéines à l’aide de larves de mouche

Allemagne

Brève
Allemagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Protéines végétales pour l’agroalimentaire
16 juin 2015

Des chercheurs de l’Université technique (TU) de Dresde (Saxe) se sont intéressés à une technique originale de conversion de la biomasse : élever industriellement des larves de mouches tropicales pour décomposer la biomasse végétale.

Les mouches de la famille des Stratiomyidae se nourrissent de déchets organiques et produisent des larves riches en protéines. En plaçant ces "nuisibles" dans un bioréacteur, les ingénieurs de la TU de Dresde parviennent à décomposer 300 tonnes de déchets végétaux en 120 tonnes de biomasse riche en lipides et protéines. L’intérêt du procédé réside en particulier dans la faible place nécessaire à la conversion : un container maintenu à 28/29 °C est suffisant. La chaleur pourrait provenir d’un moteur de cogénération, fonctionnant au biogaz idéalement, pour utiliser au mieux les synergies (même matière première entrante). Le gisement de déchets végétaux utilisables est estimé entre 15 et 20 millions de tonnes pour l’Allemagne.

De nombreux champs d’application s’ouvrent à cette nouvelle ressource, le principal étant l’alimentation animale : les qualités nutritionnelles des larves seraient égales à celle de la farine de poisson. Mais d’autres secteurs, comme la pharmacie, les cosmétiques ou encore l’énergie, pourraient être intéressés.

Le concept est actuellement en phase de test et une installation pilote complète (méthaniseur + bioréacteur de larves) verra le jour mi-2016, en coopération avec les entreprises Bio.S Biogas GmbH, Fischer Elektronik-Bau GmbH et Kaden & Döring OHG. Le projet a, par ailleurs, reçu le soutien du Programme central d’innovation pour les PME et ETI (ZIM) du Ministère fédéral de l’économie allemand (BMWi).

Plus d’informations :

Source :

Auteur :

Sean Vavasseur, sean.vavasseur[a]diplomatie.gouv.fr - www.science-allemagne.fr