Réalisation de l’Accord de Paris sur le climat : les entreprises allemandes et françaises sur les starting-blocks

Allemagne

Actualité
Allemagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
22 juin 2016

Lors de la conférence franco-allemande de l’économie de Berlin, le 14 juin 2016, les entreprises et les start-ups ainsi que les représentants politiques, les associations et les scientifiques ont discuté la réalisation de l’Accord de Paris sur le climat en présentant des approches entrepreneuriales innovantes. Le Prix franco-allemand de l’innovation pour les énergies renouvelables a également été décerné dans le cadre de cette conférence pour récompenser des exemples concrets. Les deux lauréats sont les instituts de recherche Fraunhofer IWES (Allemagne) et ARMINES (France) qui ont été récompensés pour leur projet « REstable ». Les organisateurs étaient la Deutsche Energie-Agentur [Agence de l’Énergie Allemande] dena, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie française ADEME, l’Ambassade de France ainsi que l’agence de développement de l’économie Business France.

Les entreprises peuvent faire avancer la transition énergétique en ayant recours à de nouvelles technologies et modèles d’affaires « Les entreprises jouent un rôle capital dans la mise en place de l’accord sur le climat. En mettant les bons accents au niveau politique et entrepreneurial, l’Allemagne et la France peuvent devenir les précurseurs de la réduction des émissions de carbone », a déclaré Andreas Kuhlmann, le directeur de la dena lors de l’ouverture de la conférence. « L’objectif de la conférence est de lancer des coopérations entre des sociétés allemandes et françaises ainsi que des entreprises établies et des start-ups qui font avancer la transition énergétique avec enthousiasme, et avant tout avec de nouvelles idées et technologies ainsi que de nouveaux modèles d’affaires.

Les orateurs de la conférence étaient Rainer Baake, secrétaire d’État au ministère de l’Économie fédérale, l’Ambassadeur français H. E. Philippe Etienne ainsi que Philippe Masset, Chef du Service Programmes et Partenariats Internationaux de l’ADEME. Le secteur économique était représenté, entre autres, par des intervenants d’Electricité de France (EDF), EEL Energy, Engie Deutschland, RWE, Siemens et QINOUS.

Discours du secrétaire d’Etat du BMWI, Rainer Baake, ©dena

Le Prix franco-allemand de l’innovation pour les énergies renouvelables récompense des coopérations exemplaires au niveau de l’énergie. Dena et ADEME ont créé ce prix en coopération avec le Bureau franco-allemand pour la transition énergétique. Dans le cadre du projet gagnant REstable, le Fraunhofer-Institut pour énergie éolienne et technique des systèmes énergétiques (IWES) et l’Association pour la recherche et la technologie ARMINES ont examiné sur la base d’une centrale électrique virtuelle comment il est possible d’assurer l’énergie de réglage en Europe en ayant recours aux énergies renouvelables. « Nous voulons récompenser les coopérations énergétiques en matière d’énergie en décernant le Prix franco-allemand de l’innovation pour les énergies renouvelables et pour qu’il soit une inspiration pour les entreprises » a déclaré Philippe Masset lors de la remise du prix. « Le projet REstable a une importance particulière pour la transition énergétique. En effet, nous ne pouvons atteindre les objectifs de développement européens dans le secteur des énergies renouvelables que si les installations d’énergies renouvelables contribuent également à la stabilité du système électrique et que s’il est possible qu’elles fournissent des prestations de système, telles que, par exemple, l’énergie de réglage. »

Le projet gagnant REstable avec le jury composé de Sven Rösner (Bureau franco-allemand pour la transition énergétique), Mme Haverkamp (dena) et Philippe Masset (Ademe) ©dena

Deux autres projets sont également arrivés en finale :
• Dans le cadre du projet « Crome- Cross-boarder Mobility for Electric Vehicles », le Karlsruher Institut für Technologie (KIT) et l’entreprise d’énergie francaise Électricité de France (EDF) font la recherche sur la mobilité électrique transfrontalière entre l’Allemagne et la France et en tenant compte de l’infrastructure et des prestations.
• Le projet « RefinerHy » de la société Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH (LBST) et de la société de conseil en énergies renouvelables Hinicio SA concerne des possibilités d’utiliser dans les raffineries en Allemagne et en France l’hydrogène généré au moyen des énergies renouvelables, ce qui permet de réduire les émissions CO2 lors de la production de carburants.

Plus d’informations :

Source : Communiqué de presse conjoint des organisateurs, présence de la rédactrice à la conférence

Rédacteur : Daniela Niethammer, daniela.niethammer[at]diplomatie.gouv.fr - www.science-allemagne.fr/