Le gouvernement fédéral allemand dévoile la stratégie nationale sur l’hydrogène

Partager
Allemagne

Brève
Allemagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Stockage de l’énergie
15 juin 2020

Le gouvernement fédéral allemand a présenté ce mercredi 10 juin sa stratégie nationale sur l’hydrogène (Nationale Wasserstoffstrategie) fruit de longs mois de négociations interministérielles. Dotée de 9 milliards d’euros, la stratégie nationale pour l’hydrogène se donne les moyens d’être ambitieuse. Elle est orientée sur la voie de la décarbonisation et de l’hydrogène vert.

Dotée de 9 milliards d’euros, dont 7 milliards pour le développement des technologies de l’hydrogène en Allemagne et 2 milliards destinés à développer la production d’hydrogène dans des pays tiers, la stratégie est ambitieuse. Elle est aussi résolument orientée sur les technologies de l’hydrogène vert, produits à partir d’électricité de sources renouvelables via le processus d’électrolyse. Un objectif de capacité de production d’hydrogène vert de 5 GW est fixé à l’horizon 2030, auquel s’ajoutent 5 GW supplémentaires d’ici 2035-2040. Ces capacités nécessiteront un développement important des énergies renouvelables. L’Allemagne compte pour cela sur le développement de l’éolien en mer et sur le recours aux importations. La stratégie repose en effet en grande partie sur le développement de production d’hydrogène en dehors du territoire allemand, et plus particulièrement en Afrique. En témoigne la présence à la conférence de presse sur la stratégie nationale de l’Ambassadrice du Maroc, qui a clos l’évènement par la signature d’un nouvel accord bilatéral portant sur la mise en service d’une unité de production d’hydrogène vert au Maroc.

La stratégie nationale pour l’hydrogène comprend un plan d’action dont plusieurs points sont consacrés à la recherche et à l’innovation. Ils prévoient notamment l’élaboration prochaine d’une feuille de route pour l’hydrogène visant à identifier les applications les plus importantes. La stratégie annonce un projet pilote visant sur l’évolution des réglementations allemandes et européennes à même de permettre le développement des technologies de l’hydrogène. Les projets de recherche appliquée dans les secteurs de l’aciérie et de la chimie et la réduction des coûts d’utilisation de l’hydrogène dans la mobilité restent des priorités importantes. L’outil des Reallabore, laboratoires « en conditions réelles » destinés à tester à grande échelle les innovations, sera exploité pour les technologies de l’hydrogène, en particulier pour le power-to-X (conversion d’électricité en un autre vecteur énergétique, en l’occurrence l’hydrogène). L’aspect international est particulièrement développé, avec l’intégration voulue des projets de démonstration d’usages industriels de l’hydrogène dans le cadre de chaînes de valeurs mondiales, et l’identification des lieux potentiels de production d’hydrogène dans le monde, dans le cadre d’un projet d’atlas mondial de l’hydrogène vert. L’innovation sur l’hydrogène dans les secteurs du transport maritime et de l’aéronautique fera aussi l’objet de financements spécifiques.

Malgré des désaccords politiques au sein de la coalition et entre les ministères, ainsi qu’une actualité marquée par la crise du Covid-19 et ses conséquences économiques, l’Allemagne est parvenue à dévoiler sa stratégie nationale avant le début de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, le 1er juillet prochain. L’Allemagne permet ainsi à cette stratégie de bénéficier du plan de relance économique dévoilé une semaine plus tôt et envoie aussi un signal à la Commission européenne. Cette dernière doit lancer cet été une alliance européenne pour l’hydrogène propre, à l’image de ce qui a été réalisé pour les batteries, et a déjà annoncé la semaine dernière son intention d’élaborer une stratégie sur l’hydrogène.

Rédaction : Julien Potier ; julien.potier[a]diplomatie.gouv.fr

Sources : Nationale Wasserstoffstrategie