La région de Saxe à la pointe de l’industrie microélectronique

Partager
Allemagne

Actualité
Allemagne | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
17 juillet 2015

Dans le cadre de la numérisation de l’industrie en Allemagne, le gouvernement fédéral met l’accent sur le développement de la microélectronique. La Ministre fédérale de l’enseignement et de la recherche Johanna Wanka, la Chancelière allemande Angela Merkel et le Ministre-président de Saxe Stanislav Tillich ont visité les ateliers de fabrication des puces de Globalfoundries et Infineon à Dresde (Saxe).

En présence des représentants économiques et scientifiques de l’Institut Fraunhofer pour les microsystèmes photoniques (IPMS), le lancement d’un nouveau programme-cadre pour le financement à hauteur de 400 millions d’euros jusqu’en 2020 pour la recherche et de l’innovation dans la microélectronique a été annoncé.

Selon Mme Wanka, "la microélectronique est un atout décisif pour la mise en réseau de la production et d’internet. La performance des puces microélectroniques servira au développement de l’industrie 4.0."

Dresde est l’un des lieux les plus représentatifs de la microélectronique en Europe. Près de 200.000 emplois directs et un million d’emplois indirects sont concernés par ce secteur. Le cluster allemand de microélectronique est le plus important d’Europe. Avec près de 25.000 projets, l’industrie saxonne en micro- et nanoélectronique réalise un chiffre d’affaires de six milliards d’euros par an, grâce notamment à un fort appui du gouvernement pour le développement de cette industrie en Saxe, depuis la réunification. Le succès des entreprises attirent de plus en plus d’investisseurs privés. Par exemple, Globalfoundries a annoncé un investissement de 220 millions d’euros à Dresde en faveur d’une nouvelle technique de fabrication (technique FD-SOI [1]).

L’amélioration de nouveaux produits microélectroniques, comme les puces plus performantes et plus efficaces énergétiquement, représente un enjeu de taille, notamment pour l’industrie automobile qui utilise 80 % des innovations. Les puces permettent d’élargir le champ des possibilités en matière de conduite automatisée. Traiter les données, mettre en réseau la production, la conception et la fabrication des composants microélectroniques, est aussi une nécessité pour la flexibilisation et l’optimisation de la production.

Plus d’informations :

Source : « Bundesregierung stärkt Mikroelektronik », Communiqué de presse du BMBF, 14/07/2015 - http://www.bmbf.de/press/3827.php

Rédacteur : Aurélien Gaufrès, aurelien.gaufres[a]diplomatie.gouv.fr - www.science-allemagne.fr