La politique d’attractivité en direction des étudiants internationaux

Partager

Être attractif pour les étudiants internationaux

La mobilité des étudiants à l’échelle internationale ne cesse de croître, avec plus de 5 millions d’étudiants concernés dans le monde en 2017, soit une progression de 25 % en 5 ans. La France se place parmi les pays les plus attractifs. Elle occupe la 4e place des pays d’accueil, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ; elle est ainsi le premier pays non anglophone.

En 2018, 325 000 étudiants étrangers ont choisi la France et ce nombre est en constante augmentation.

La nouvelle stratégie d’attractivité universitaire « Bienvenue en France », annoncée le 19 novembre 2018 par le Premier ministre, répond aux enjeux liés à la mondialisation de l’espace de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Elle fixe un double objectif :

  • accueillir un demi-million d’étudiants étrangers de 1er et 2e cycles à l’horizon 2027 (les doctorants ne sont pas concernés par la réforme) ;
  • favoriser le départ à l’étranger de davantage d’étudiants français, dans le cadre d’échanges universitaires ou de mobilités diplômantes.

Classements internationaux

L’excellence française en matière d’enseignement supérieur et de recherche est reconnue dans les classements internationaux, comme en témoignent les résultats du classement 2020 de l’Academic Ranking of World Universities, plus connu sous le nom de "classement de Shanghai".
En 2020, pour la première fois, la France se place à la 3ème position mondiale (après les États-Unis et le Royaume-Uni) avec 3 établissements classés dans le top 50  : Paris-Saclay (14ème), Paris Sciences et Lettres ou PSL (36ème) et Sorbonne Université (39ème).
La France se situe en 1ère position des pays-membres de l’Union européenne.

Paris-Saclay s’illustre notamment en mathématiques puisqu’elle est 1ère mondiale dans cette discipline au classement thématique de Shanghai, suivie de peu par Sorbonne Université, en 3ème position.
Le classement thématique met également en avant l’excellence française en écologie (Université de Montpellier, 3ème), et en management (INSEAD, 7ème).

Ces bons résultats se retrouvent dans d’autres classements thématiques internationaux, comme le Times Higher Education World University Ranking où la France place deux établissements dans le top 50 en sciences physiques (PSL et Polytechnique) et en art et humanités (PSL et Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
Dans le QS World University Ranking, 3 établissements français sont dans le top 50 en sciences naturelles (Polytechnique, PSL, Université Sorbonne).
Enfin, le CWTS Leiden Ranking distingue 7 établissements français dans les top 50 des thématiques « Sciences de la vie et de la terre », « Mathématiques et informatique » et « Sciences physiques et ingénierie ».

Nos établissements d’enseignement supérieur se positionnent ainsi dans une concurrence internationale toujours plus forte, renforçant notre rayonnement scientifique et universitaire.

Les 6 points clefs de la stratégie « Bienvenue en France »

  1. la simplification de la politique de visas ;
  2. la multiplication par deux des enseignements du Français langue étrangère et des formations en anglais ;
  3. la création d’un label pour les établissements afin d’améliorer la qualité de l’accueil ;
  4. l’application de frais d’inscription différenciés pour les étudiants extra-communautaires, avec un objectif de multiplication par trois des bourses d’étude ;
  5. l’accroissement de la présence de la France et de son rayonnement à l’étranger, à travers, notamment, la création de formations délocalisées ;
  6. le lancement d’une campagne de communication mondiale, pour susciter l’envie de venir étudier en France.

Les droits d’inscription différenciés pour les étudiants extra-communautaires permettront de financer durablement les mesures d’amélioration de l’accueil. Ils permettront aussi de financer des bourses et des exonérations à l’attention des meilleurs étudiants candidats aux études en France :

  • 10 000 bourses d’études ou de stage du gouvernement français sont accordées par les ambassades. Elles ouvrent droit à l’exonération de frais de scolarité en France. Les démarches peuvent être conduites auprès de leurs espaces Campus France.
  • 14 000 exonérations des frais de scolarité, attribuées par les ambassades, sont également mises en place pour les étudiants extra-Européens, dans le cadre de la réforme de ces frais.

Développer les établissements d’enseignement supérieur français à l’étranger

L’attractivité de l’enseignement supérieur français se nourrit également de la présence et du rayonnement des établissements français à l’étranger.

Un fonds d’amorçage doté de 5 millions d’euros a été mis en place dès 2019 par le MEAE afin de soutenir l’émergence de projets en Afrique. À compter de 2020, ils pourront être soutenus par l’Agence française de développement via un fonds de soutien doté de 20 millions d’euros. L’objectif est que ces établissements soient en mesure de doubler leur capacité d’accueil d’ici 2022.

Pour plus d’informations sur la mise en place de cette réforme, consulter la rubrique dédiée de l’Agence Campus France

Mobilité étudiante : quel est le rôle des ambassades ?

La coopération universitaire et la mobilité étudiante vers la France figurent au cœur de l’activité des ambassades.

Leurs Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) sont plus particulièrement chargés de la conception, de la mise en œuvre et de l’animation des actions de coopération de la France dans ces domaines.

Les espaces et les antennes Campus France, composantes des SCAC, constituent un rouage essentiel de la politique d’attractivité internationale dans l’enseignement supérieur.
Ils ont pour objet l’information et la communication sur l’enseignement supérieur en France et, le cas échéant, l’animation du réseau local d’anciens étudiants. Ce sont des lieux ouverts au public, installés essentiellement dans des Instituts français ou des Alliances françaises.

Ils entretiennent des liens de collaboration avec l’EPIC Campus France qui contribue à l’animation du réseau de ces espaces.

Campus France, interlocuteur des étudiants internationaux

L’Agence Campus France est un établissement public à caractère industriel et commercial français, créé par la loi No 2010-873 du 27 juillet 2010 relative à l’action extérieure de l’État, qui a son siège à Paris. Elle pour but de valoriser et de promouvoir auprès des étudiants étrangers le système d’enseignement supérieur et de formation professionnelle français. Elle est placée sous la tutelle conjointe du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Elle répond aux besoins exprimés par le réseau diplomatique à l’étranger, et collabore avec les organisations internationales et européennes, les collectivités territoriales, les universités, les écoles et les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi qu’avec des partenaires publics et privés.

Mise à jour : novembre 2020