Les chiffres de l’aide française

Depuis 2014, l’aide publique au développement (APD) de la France connait une hausse croissante. La France est en 2018 le 5ème bailleur du Comité d’aide au développement de l’OCDE (données préliminaires du CAD de l’OCDE).

En 2017 (dernier chiffres validés disponibles), l’APD de la France s’est élevée à 10,1 milliards d’euros, soit 0,43% du revenu national brut (RNB), nettement au-dessus de la moyenne du CAD (0,31%). L’APD de la France est celle qui a enregistré la plus forte hausse (+16%) parmi les bailleurs du CAD entre 2016 et 2017. En 2017, seuls cinq pays du CAD ont respecté la cible onusienne de consacrer 0,7% du RNB à l’APD. La France se classe au 10ème rang des bailleurs en termes de pourcentage du RNB.

En 2018, l’APD préliminaire de la France (chiffres préliminaires publiés par l’OCDE en avril 2019), a atteint 10,3 milliards d’euros. Il s’agit d’une hausse de 2,5% par rapport à 2017 (+250M€) selon la nouvelle comptabilisation des prêts définie par le CAD de l’OCDE et de 5% selon la méthodologie en vigueur jusque-là. La France conserve son cinquième rang mondial parmi les bailleurs du CAD. L’APD française atteint par ailleurs 0,43% du RNB national, chiffre constant par rapport à l’année précédente.

L’Afrique est une priorité de la politique française de développement : elle concentre 41% des apports français, bilatéraux et multilatéraux, en 2017 (4,1 milliards d’euros), dont deux-tiers (3,0 milliards d’euros) vont à l’Afrique subsaharienne.

L’APD française est majoritairement constituée de dons (77% de l’APD totale nette en 2017). Les prêts représentent 23% de notre APD totale, classant la France au deuxième rang des pourvoyeurs de prêts du CAD de l’OCDE, derrière le Japon et devant l’Allemagne.

En 2017, six pays prioritaires de la France (en subventions) figuraient parmi les vingt principaux pays bénéficiaires de l’APD totale (Éthiopie, Sénégal, Mali, République démocratique du Congo, Burkina Faso, Tchad). Les trois premiers bénéficiaires des apports français, bilatéraux et multilatéraux étaient la Turquie (7 % de l’APD, soit 677 millions d’euros), le Maroc (4 %, soit 434 millions d’euros), l’Irak (4 %, soit 419 millions d’euros), des PRI destinataires de prêts.

(Mise à jour : juillet 2019)

PLAN DU SITE