Les chiffres de l’aide française

Partager

Depuis 2014, l’aide publique au développement (APD) de la France connait une hausse croissante. La France est en 2019 le 5ème bailleur du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE (données préliminaires du CAD de l’OCDE).

En 2018 (derniers chiffres validés disponibles), l’APD de la France s’est élevée à 10,3 milliards d’euros, soit 0,43% du revenu national brut (RNB), nettement au-dessus de la moyenne du CAD (0,31%).
L’APD de la France a augmenté de 2,5% par rapport à 2017 (+250 M€) selon la nouvelle comptabilisation en équivalent-don en vigueur depuis 2018 et de 5% selon l’ancienne méthodologie.

En 2019, l’APD préliminaire de la France (chiffres préliminaires publiés par l’OCDE en avril 2020 avant consolidation), a atteint 10,9 milliards d’euros, son plus haut niveau historique, en hausse de 5,8% par rapport à 2018 (+594 millions d’euros).

L’Afrique est une priorité de la politique française de développement : elle concentre 40% des apports français bilatéraux en 2019 (2,7 milliards d’euros), dont près d’1/3 (soit 2 milliards d’euros) était destiné à l’Afrique subsaharienne.

L’APD française est majoritairement constituée de dons (81% de nos financements bilatéraux et multilatéraux en 2019). La France est le 4ème bailleur mondial en dons, devant le Japon. Les financements bilatéraux en dons de la France ont augmenté de +20% entre 2018 et 2019, conformément au comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) de février 2018 qui a pris l’engagement de :

  • renforcer le canal bilatéral de l’aide française,
  • de faire davantage de dons, afin de cibler plus efficacement les pays les plus vulnérables.

En 2019, 5 pays prioritaires de la France figurent parmi les 20 premiers récipiendaires de l’APD bilatérale : le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, le Tchad, le Niger.
Les 3 premiers bénéficiaires de l’APD bilatérale sont la Côte d’Ivoire (326 millions d’euros), le Cameroun (268 millions d’euros) et le Maroc (250 millions d’euros).

En 2018, les 3 premiers bénéficiaires des apports français, bilatéraux et multilatéraux étaient l’Inde (414 millions d’euros), la Colombie (385 millions d’euros) et la Turquie (346 millions d’euros).

(Mise à jour : octobre 2020)