Évaluation de la contribution française à l’amélioration de la gouvernance financière dans les pays bénéficiaires de l’aide publique au développement (2006-2016)

Menée conjointement par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), le ministère de l’Économie et des Finances et l’Agence française de développement (AFD), cette évaluation revient sur dix ans (2006 à 2016) d’appui français aux pays en développement en matière de gouvernance financière. Elle a été réalisée à la suite du récent transfert (2016) de la compétence de l’instruction et du financement des projets bilatéraux en matière de gouvernance (du MEAE vers l’AFD), dans un contexte de changement d’approche au niveau international et de mutation institutionnelle et de réduction des moyens au niveau national français.

Traditionnellement, la stratégie française dans le secteur de la gouvernance financière consistait à appuyer les réformes de finances publiques entreprises par les pays partenaires grâce à de l’aide-projet financée majoritairement par le Fonds de solidarité prioritaire du MEAE, en s’appuyant sur des experts techniques internationaux résidents du MEAE ou des agences d’expertise (Assistance au développement des échanges en technologies économiques et financières et France expertise internationale, devenues Expertise France). Plus tard, l’appui budgétaire a été une autre modalité de soutien mobilisée. La France a également accompagné indirectement ces réformes en finançant des initiatives régionales ou multilatérales comme le Pôle stratégies de développement et finances publiques de Dakar ou le cadre d’évaluation de la performance de la gestion des finances publiques dit « PEFA ».

L’approche évaluative proposée par ADELANTE mêle des analyses qualitatives et quantitatives. La diversité des situations, notamment en termes de volonté politique dans les pays partenaires, rend toutefois difficile toute généralisation. Il apparaît cependant que les appuis français sont plus performants lorsqu’ils sont articulés avec ceux des autres acteurs.

Les analyses présentées ont débouché sur un exercice de co-construction de recommandations par les évaluateurs et les parties prenantes à l’évaluation. Cet exercice a permis la formulation de réflexions et de pistes d’amélioration visant à nourrir la stratégie française en matière d’appui à la gouvernance financière dans les pays bénéficiaires de son aide au développement.

Mise à jour : septembre 2019