Services publics écoresponsables

Partager

Lancé par le Premier ministre, le plan Services publics écoresponsables (SPE) est la transposition ministérielle de la circulaire du 25 février 2020 relative aux engagements de l’État au regard de l’éco-responsabilité dans le fonctionnement de ses services et de ses établissements publics, toujours plus impliqués dans la transition écologique et solidaire.

La démarche Services publics écoresponsables en quelques mots

La démarche Services publics écoresponsables (SPE) est la continuité du précédent plan ministériel d’administration exemplaire, qui s’est déroulé entre 2008 et 2020. Ce dernier se décomposait en 4 axes : la mobilité durable, les économies d’énergie, les économies de ressources et la réduction des déchets ainsi que la préservation de la biodiversité.

La démarche SPE reprend l’axe de la mobilité durable en imposant des mesures plus ambitieuses, notamment la première, relative à la mise en place du forfait mobilité durable à hauteur de 200 euros pour les agents se rendant sur leur lieu de travail en covoiturage ou en vélo.
Le périmètre de la démarche SPE est également élargi à 5 nouveaux engagements pour l’État et son administration :

  • 1. des achats plus responsables,
  • 2. une alimentation plus respectueuse de l’environnement,
  • 3. une réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments publics,
  • 4. la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques,
  • 5. une économie circulaire et un numérique responsable.

La démarche SPE fixe ainsi un socle de 20 mesures obligatoires.

Outre cet élargissement du périmètre, la démarche SPE se différencie du plan administration exemplaire en privilégiant une participation plus active des agents. Ces derniers sont invités à prendre part à la mise en place de ces mesures et à être force de proposition pour identifier de nouvelles actions au sein de leur entité.

L’engagement du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Au sein du ministère, la démarche SPE intervient dans un contexte de performance immobilière, financière, énergétique et écologique, mais également d’évolution dans l’environnement et l’organisation du travail. Le ministère est actuellement engagé dans une étape cruciale de son projet phare, « Quai d’Orsay 21 » (QO21), qui comprend une vingtaine d’opérations immobilières en administration centrale.
Ce projet -que le ministère a présenté en février 2021 devant le Conseil de l’immobilier de l’Etat (CIE)- structure le schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI) et détaille, pour les 5 ans à venir, sa politique immobilière s’agissant de ses emprises en France, en région Île-de-France et à Nantes. Il s’attachera à prendre en compte les préoccupations environnementales dans son exécution tout en veillant au bien-être des agents dans l’exercice de leurs missions et aux enjeux sociaux.

Bien que les postes diplomatiques et consulaires ne soient pas directement visés par le plan SPE, le ministère a fait le choix de les impliquer, tout en prenant en compte les contraintes locales, dans un souci de sincérité, de transparence et d’adéquation avec sa politique extérieure. En ce sens, la mise en œuvre continue du projet « Ambassade verte » constitue une transposition du cadre SPE à l’étranger.

« Plan Ambassade verte » : les ambassades françaises passent au vert

Lancé en 2015 à l’occasion de la COP21 et de l’Accord de Paris sur le climat, le plan « Ambassade verte » était la transposition du Plan administration exemplaire (2008-2020) dans les postes diplomatiques et consulaires. La mise en place du plan Services publiques écoresponsables en 2020 réactualise notre action dans le réseau français à la lumière de nouveaux objectifs de transition écologique.

Accompagner les postes dans une démarche éco-responsable, tel est l’objectif du « Plan Ambassade verte ». Publié par la Direction des Immeubles et de la Logistique, ce guide des bonnes pratiques s’ajoute au panel d’outils mis à disposition des ambassades et consulats pour encourager les initiatives en matière de développement durable.

La démarche « Ambassade verte », c’est la mise en conformité des actions sur le terrain : réduction progressive de l’empreinte environnementale des postes et de leurs coûts de fonctionnement, adoption de mesures écoresponsables, mobilisation des agents sur le thème du développement durable – chaque geste compte.

Pour lutter contre le changement climatique et démontrer le caractère exemplaire de l’engagement de la France pour la transition écologique et solidaire, nous devons tous nous mobiliser. Ce guide rédigé en partenariat avec le ministère de de la transition écologique (Commissariat général au développement durable) et avec le soutien de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) offre un panorama des actions mises en œuvre dans nos postes à l’étranger, déjà engagés de plain-pied dans une démarche éco-responsable.

Pour le ministère, la recherche de l’exemplarité en matière de Développement durable constitue bien plus qu’une ambition, il s’agit d’une triple exigence environnementale, économique et sociale.

Voir la circulaire sur Légifrance

Consulter les bilans "Administration exemplaire" et "Services publics écoresponsables"

Mise à jour : février 2021