présentation du vatican

Présentation du pays

Nom officiel : Saint-Siège
Nature du régime : la Papauté est une monarchie absolue élective et de droit divin
Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : François (Jorge Mario Bergoglio)

Données géographiques

Superficie : 0,44 km² (le plus petit Etat souverain au monde)
Capitale : Cité du Vatican. Le Saint-Siège, en tant qu’ensemble des organismes du gouvernement central de l’Eglise catholique, est un sujet de droit international sui generis. L’Etat de la Cité du Vatican est un Etat établi par les Accords du Latran de 1929 qui sert de support territorial au Saint-Siège. Selon les organisations internationales, c’est tantôt le Saint-Siège tantôt l’Etat de la Cité du Vatican qui en est membre ou y est observateur.
Langues officielles : italien, latin (langue officielle de l’Eglise catholique et langue juridique du Vatican), français (langue diplomatique) et allemand (langue de l’armée du Vatican, la garde suisse)
Monnaie : euro
Date commémorative qui vaut fête nationale : 13 mars (jour anniversaire de l’élection du Pape François)

L’Etat de la Cité du Vatican est le plus petit État indépendant du monde tant par le nombre d’habitants que par son étendue territoriale. La juridiction vaticane couvre non seulement le territoire de l’État lui-même, mais s’étend également à d’autres quartiers dans et en-dehors de Rome, qui jouissent de l’extraterritorialité.

Données économiques

PIB (2015) : +59,9 M€ pour l’Etat de la Cité du Vatican
Non pertinent pour le Saint-Siège.

Composition du gouvernement

Le Saint-Siège désigne le gouvernement de l’Église catholique, c’est-à-dire le Pape et ceux qui l’assistent (la Curie romaine). La Curie romaine est composée de dicastères dont les plus importants sont la Secrétairerie d’Etat (le Cardinal Secrétaire d’Etat est le premier collaborateur du Pape mais aussi le coordonnateur de l’action des autres dicastères et de la diplomatie pontificale) et les neuf congrégations romaines permanentes. Le Vatican désigne le territoire sur lequel s’exerce la souveraineté du Pape. Le Souverain Pontife, élu par les cardinaux qui n’ont pas atteint l’âge de 80 ans, devient également souverain de l’Etat, au moment même de l’acceptation de son élection comme pontife. En tant que chef de l’Etat, le Souverain Pontife a la plénitude des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Pendant la vacance de siège, ces pouvoirs sont déférés au collège des cardinaux.

Chef de l’Etat de la Cité du Vatican : Sa Sainteté le Pape François (13 mars 2013)

Secrétairerie d’Etat

Secrétaire d’Etat, :, Cardinal Pietro PAROLIN (15 octobre 2013)
Première Section : Affaires Générales : Mgr Giovanni Angelo BECCIU (10 mai 2011)
Deuxième Section : Relations avec les Etats : Mgr Paul Richard GALLAGHER (8 novembre 2014)

Congrégations

  • Congrégation pour la Doctrine de la Foi : Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer (juillet 2017)
  • Congrégation pour les Eglises Orientales : Cardinal Leonardo SANDRI (2007)
  • Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements : Cardinal Robert SARAH (2014)
  • Congrégation pour les Causes des Saints : Cardinal Angelo AMATO (2008)
  • Congrégation pour l’Evangélisation des peuples : Cardinal Fernando FILONI (2011)
  • Congrégation pour le Clergé : Cardinal Beniamino STELLA (2013)
  • Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et sociétés de vie apostolique : Cardinal João Braz DE AVIZ (2011)
  • Congrégation pour l’Education catholique : Cardinal Giuseppe VERSALDI (2015)
  • Congrégation pour les Evêques : Cardinal Marc OUELLET (2010)

Présence française

Site Internet de l’ambassade : http://www.france-vatican.org/
Compte Twitter de l’ambassade : @FranceauVatican

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Pour succéder à Benoît XVI, les 115 cardinaux électeurs réunis en conclave ont élu le 13 mars 2013 le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio qui est ainsi devenu, après cinq tours de scrutin, le 266ème souverain pontife. En sa qualité d’archevêque de Buenos Aires, il s’était distingué par son dialogue avec le judaïsme, mais aussi pour son souci des pauvres et de ce qu’il nomme les « périphéries ». Ayant choisi le prénom de François, par référence à Saint François d’Assise, il est le premier pape non européen depuis plus de 1 200 ans, le premier pape latino-américain et le premier jésuite à accéder au pontificat.

Dès le début de son pontificat, le Pape François a connu une très forte popularité dans l’opinion internationale, comme l’ont montré les succès des Journées mondiales de la Jeunesse organisées au Brésil en 2013 et en Pologne en 2016 mais aussi le nombre d’abonnés à son compte twitter (plus de 40 millions).

L’action du Pape François s’organise autour de deux grands axes :

  • redonner à l’Eglise catholique un nouvel élan missionnaire dans le contexte de la mondialisation et de sociétés en pleine évolution ;
  • mettre en œuvre la réforme des structures de l’Eglise.

Politique étrangère

La diplomatie pontificale est l’une des plus anciennes et des plus expérimentées du monde. Entretenant des relations diplomatiques avec 180 Etats, le Saint-Siège est un acteur à part entière des relations internationales. La diplomatie vaticane, qui utilise le français, est constituée d’un appareil proprement diplomatique réduit (40 personnes à la deuxième section de la secrétairerie d’Etat) mais dispose à travers les évêques (4500 dans le monde), les églises et communautés locales, les congrégations religieuses, les ONG catholiques (Caritas notamment) et la communauté de Sant’Egidio, de relais d’information et d’action sans équivalent, y compris dans les pays en crise et dans les zones rurales.

Le Cardinal Pietro Parolin, qui dirige la Secrétairerie d’Etat sous l’autorité du Saint-Père, fait figure de Chef du gouvernement et dirige l’appareil diplomatique. Le Saint-Siège est actif dans les enceintes multilatérales, en tant que membre de l’OSCE, de l’agence internationale pour l’énergie atomique et de l’organisation mondiale du tourisme, observateur permanent à l’ONU, à l’UNESCO et à l’OMC. Son statut d’observateur permanent aux Nations Unies depuis 1964 lui permet de promouvoir ses positions en faveur de la paix, du dialogue international, interculturel et interreligieux, tout en préservant sa neutralité sur des questions plus politiques ou dans les conflits entre Etats. Le Saint-Siège a toutefois voté pour la première fois le 7 juillet 2017 en faveur du Traité d’interdiction des armes nucléaires.

La diplomatie vaticane connaît un renouveau avec le pontificat de François et est redevenue très active en particulier sur les dossiers liés au Moyen-Orient (Syrie, Irak, chrétiens d’Orient, processus de paix au Proche-Orient), à l’Afrique (RCA, RDC, Congo, Soudan du Sud, Sahel, Burundi), à l’Amérique centrale et du Sud (Cuba, Colombie, Venezuela, Nicaragua), mais aussi à l’Asie (Corée, Birmanie), à la préservation de la planète, et sur les questions de société (sort des migrants, thématique de l’exclusion et des périphéries, pauvreté). Le Pape François a effectué de nombreux déplacements depuis le début de son pontificat (Brésil en 2013, Terre Sainte, Corée, Albanie, Strasbourg pour l’UE et Turquie en 2014, Sri Lanka et Philippines, Bosnie-Herzégovine, Equateur, Bolivie, Paraguay, Etats-Unis, Cuba, Kenya, Ouganda, Centrafrique en 2015, Cuba et Mexique, Grèce, Caucase et Pologne pour les JMJ en 2016, Egypte, Portugal, Colombie, Birmanie et Bangladesh en 2017, Chili,Pérou et Suisse pour les 70 ans du Conseil œcuménique des Eglises, en 2018) et devrait prochainement se rendre en Irlande (22 au 26 août 2018) pour la Rencontre mondiale des familles et dans les pays baltes (du 16 au 18 septembre).

Mise à jour : 22.06.18</sup<

Informations complémentaires

PLAN DU SITE