Faire face à l’urgence humanitaire et économique en Ukraine

Partager

À la Une

La réponse aux besoins humanitaires les plus urgents

L’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie a déclenché une grave crise humanitaire. Depuis le début de l’offensive russe, plusieurs millions d’Ukrainiens et d’Ukrainiennes ont été contraints de quitter leur domicile pour fuir les combats et les bombardements. Certains parviennent à trouver refuge en Ukraine, tandis que d’autres fuient le pays.

Face à l’urgence humanitaire, le centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères se mobilise au profit des victimes et des réfugiés, en Ukraine comme dans les pays voisins.

Pour répondre aux besoins les plus urgents, la France a débloqué 120 millions d’euros afin notamment de financer et d’acheminer des équipements humanitaires de première nécessité, des matériels de santé, un soutien en matière agricole ou encore des véhicules de sécurité civile.

Entre février et septembre 2022, le CDCS a coordonné plus d’une trentaine d’opérations de solidarité permettant d’acheminer plus de 2400 tonnes d’aide en Ukraine et dans les pays limitrophes et témoignant de la mobilisation exceptionnelle de la France au profit du peuple ukrainien. Pour fédérer toutes les bonnes volontés et récolter rapidement et efficacement des contributions financières aux opérations humanitaires mises en place par la France, 2 fonds ont été ouverts :

Opération de solidarité "un bateau pour l’Ukraine"
Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendue à Marseille le 28 septembre 2022 pour assister au lancement de l’opération « Un bateau pour l’Ukraine ».
Il s’agit de la plus importante opération d’aide humanitaire réalisée par la France en soutien de l’Ukraine depuis le début de l’agression russe. Plus de 1000 tonnes de biens humanitaires sont ainsi acheminés jusqu’en Ukraine, répondant aux besoins prioritaires exprimés par les autorités ukrainiennes en matière notamment de sécurité civile, d’aide médicale, d’aide alimentaire et de matériel de réhabilitation d’urgence.
Cette opération témoigne de la solidarité de la France, de ses collectivités locales, de sa société civile comme de ses entreprises, envers le peuple ukrainien.

Une aide humanitaire dédiée aux femmes ukrainiennes et à leurs enfants

Santé, droits sexuels et reproductifs, accompagnement psychosocial, information, éducation, hébergement, la France se mobilise pour les femmes ukrainiennes à travers plusieurs axes.

Le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères finance de nombreux programmes mis en place par les ONG en direction des femmes ukrainiennes. Il s’agit de répondre aux besoins de femmes qui ont fui, avec ou sans enfants, au-delà des frontières de l’Ukraine dans les pays frontaliers ou en France.

58 % des projets humanitaires financés sont destinés, totalement ou en partie, à soutenir les Ukrainiennes.

La France apporte également un soutien financier aux agences humanitaires des Nations unies. Il s’agit entre autres, du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui se mobilisent en Ukraine et dans les pays frontaliers pour protéger les femmes et les filles des violences sexistes et sexuelles.

À titre d’exemple, au 12 mai 2022, 4 051 femmes et enfants avaient bénéficié des services de prévention et de lutte de la violence sexiste offerts par l’Unicef en Ukraine.

90% des réfugiés ukrainiens en France et dans l’Union européenne sont des femmes et des enfants. C’est pourquoi, la France met en œuvre des dispositifs spécifiques d’accès aux droits fondamentaux comme les services de santé mais aussi le transport, l’hébergement ou encore l’apprentissage de la langue française.

Le soutien à la reconstruction de l’Ukraine

Alors que l’agression russe de l’Ukraine se poursuit, il est important de lancer une coordination entre partenaires et de poser les grands principes qui devront régir la reconstruction indispensable de ce pays. C’était l’objectif de la conférence de Lugano, qui s’est tenue les 4 et 5 juillet 2022 en Suisse.

Les efforts de la France et de ses collectivités territoriales se porteront notamment sur la région de Tchernihiv, qui a des liens anciens établis avec la France et qui a été durement touchée par les bombardements russes pendant les premières semaines de guerre.

La France s’engage déjà concrètement pour la reconstruction du pays. Lors de son déplacement en Ukraine le 27 septembre 2022, la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna a ainsi inauguré dans la ville d’Hostomel le projet porté par l’entreprise française Neo-Eco et financé par la France de recyclage de matériaux afin d’accélérer les efforts de reconstruction pour la population ukrainienne.

L’engagement de la France pour la sauvegarde du patrimoine culturel ukrainien

Selon l’UNESCO, plus de 200 sites culturels ont été détruits ou endommagés depuis le début de l’agression russe, ce qui démontre une volonté délibérée de cibler le patrimoine culturel ukrainien. Ce sont autant de musées, d’édifices religieux, d’immeubles historiques, de monuments et de bibliothèques, sites constitutifs de la culture ukrainienne.

C’est la raison pour laquelle la France, fortement engagée pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit, se mobilise, aux côtés de l’ensemble de ses partenaires européens et internationaux, pour la sauvegarde du patrimoine ukrainien. Ainsi, depuis le début de la guerre, la France et ses partenaires œuvrent à ce que des mesures spécifiques soient mises en place en lien avec des organisations internationales dont l’UNESCO, l’ICOM et l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (Fondation ALIPH). Cette dernière, dont la France est l’un des membres fondateurs, a mobilisé près de 3 millions d’euros, dont un engagement de la Commission européenne à hauteur de 2 millions d’euros, destinés à des projets de protection du patrimoine ukrainien, dont la formation des personnels à la protection préventive et l’envoi de matériel pour la protection de collections. Au total, 4 convois et 60 tonnes de matériel ont été envoyés en Ukraine ces derniers mois et 150 collections protégées. Enfin, le ministère de la Culture et ses grands établissements publics, tels que le Musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France, accueillent des conservateurs et restaurateurs ukrainiens depuis le début de la guerre et engagent avec eux des actions structurantes pour la protection des collections conservées dans les musées et institutions culturelles ukrainiennes (protection, restauration, numérisation) et la formation de leurs personnels à la restauration du patrimoine endommagé.