Présentation de la Tunisie

Partager

Présentation du pays

TUNISIE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République tunisienne
Chef de l’Etat : M. Kaïs Saïed (depuis le 23 octobre 2019).
Cheffe de gouvernement : M. Ahmed Hachani (depuis le 1er août 2023)
Président de l’Assemblée des représentants du peuple : M. Brahim Bouderbala (depuis le 13 mars 2023)

Données géographiques

Superficie : 162.155 km²
Villes principales : Tunis, Sfax, Sousse, Gabès, Kairouan, Bizerte
Langue (s) officielle (s) : arabe
Langue (s) courante (s) : arabe dialectal, langues berbères, français
Monnaie : Dinar tunisien (1 EUR = 3,38 DT le 5 juin 2024).
Fête nationale : 20 mars (commémoration de l’indépendance en 1956)

Données démographiques

Population : 11. 819 millions (ONU, 2020)
Densité : 76 hab/km² (Banque Mondiale, 2020)
Taux d’accroissement naturel : 1.1 % en 2020 (source : ONU)
Indice de fécondité : 2.1 en 2019 (source : ins.tn)
Espérance de vie : 77 (2020 source : Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation : 80,9% en 2019 (source : ministère des Affaires sociales)
Religion : Islam (98% de la population dont 85 % de rite malékite, minorité ibadite à Djerba), (2013, source : CIA World Factbook)
IDH : 0,741 (95ème) (source : 2020, PNUD)

Éléments d’actualité

Politique intérieure

La révolution tunisienne a poussé Zine el-Abidine Ben Ali au départ, le 14 janvier 2011. Une nouvelle constitution tunisienne a été adoptée en janvier 2014 et des élections démocratiques ont hissé Béji Caïd Essebsi au pouvoir. Après le décès de ce dernier, les élections présidentielles de 2019 ont permis l’élection de Kaïs Saïed à la tête du pays. Universitaire indépendant, Kaïs Saïed a remporté le second tour de l’élection présidentielle avec 72,71% des voix.

Les élections législatives ont eu lieu le 6 octobre 2019. Scrutin proportionnel de liste à un tour, ces élections ont vu la victoire d’Ennahda, parti islamiste historique, devenu la première force politique à l’Assemblée des représentants du peuple (52 sièges sur 217). Six partis (Qalb Tounès, Courant démocratique, Coalition Al-Karama, Parti destourien libre, Mouvement du peuple, Tahya Tounès) ont chacun obtenu entre 14 et 38 sièges. Après l’échec du candidat proposé par Ennahda à obtenir la confiance d’une majorité de députés, Elyes Fakhfakh est devenu chef de gouvernement en février 2020. Il a démissionné en juin 2020 après avoir été accusé de conflit d’intérêt. Hichem Mechichi a pris sa succession. Il a été limogé le 25 juillet 2020 après plusieurs mois de conflit avec le président de la République.

Le 25 juillet 2021, le président Saïed a invoqué l’article 80 de la Constitution pour proclamer l’état d’exception, ce qui lui confère des pouvoirs élargis. Le président Saïed a, dans le même temps, suspendu l’Assemblée des représentants du peuple puis a pris l’initiative d’un processus de transition institutionnelle. Une nouvelle constitution a ainsi été approuvée par référendum (94% de oui, 30% de participation) le 25 juillet 2022. Les élections législatives qui ont suivi en début d’année 2023 ont mobilisé 10% des Tunisiens.

Politique étrangère

La Tunisie cultive traditionnellement une position de neutralité et de bon voisinage sur la scène régionale et mondiale.

Depuis sa révolution, la Tunisie jouit d’un statut particulier qui lui donne une visibilité internationale accrue, mais mène traditionnellement une politique extérieure marquée par la discrétion, la recherche de la neutralité et du consensus, la préservation de bonnes relations avec tous et en particulier ses voisins maghrébins, le renforcement de son ancrage euro-méditerranéen.

La politique étrangère tunisienne s’incarne dans ses positions de principe très fortes en soutien de la cause palestinienne ou le rétablissement des relations diplomatiques avec Damas. Le ministre des Affaires étrangères tunisien Nabil Ammar a multiplié les contacts diplomatiques en soutien à Gaza, en particulier depuis le 7 octobre 2023. La Tunisie s’implique fortement sur le volet humanitaire. Des dizaines de tonnes d’aide humanitaire ont été envoyées en Égypte. Des blessés gazaouis ont été admis et soignés dans leurs hôpitaux. Des collectes de don de sang et de contributions financières sont organisées.

L’Algérie est le principal partenaire de la Tunisie au Maghreb. Outre leur convergence de vues sur la question libyenne, les deux voisins partagent des objectifs communs, en particulier en matière de lutte contre le terrorisme. La crise libyenne constitue toujours une source de préoccupation des autorités tunisiennes, à l’image des autorités algériennes.

La diplomatie tunisienne conforte ses relations du pays avec les Etats arabes du Golfe dont l’aide financière a traditionnellement contribué au développement du pays. La Tunisie a récemment rétabli ses relations diplomatiques avec la Syrie et le président tunisien s’est entretenu avec Bachar Al-Assad en marge du Sommet de Djeddah en mai 2023. Les relations avec l’Egypte connaissent un dynamisme renouvelé (visite d’Etat du président Saïed en Egypte en 2021, multiples contacts entre MAE tunisien et égyptien).
La Tunisie développe aussi une nouvelle stratégie diplomatique en Afrique : ouverture d’ ambassades au Burkina Faso et au Kenya, accroissement des dessertes aériennes de la compagnie nationale Tunisair (Niamey et Conakry), attraction de « clientèles africaines » dans les filières de la formation et de la santé, multiplication des déplacements officiels (visites bilatérales au Soudan, Burkina Faso, Mali, Niger, Cameroun, Mauritanie), entrée au COMESA (été 2018) et membre observateur de la CEDEAO depuis le 4 juin 2017.

Enfin, avec la TICAD et le sommet de la Francophonie en 2022, la Tunisie a démontré sa capacité à organiser des sommets internationaux dans de bonnes conditions qui sert cette ambition africaine.

Situation économique

La situation économique tunisienne demeure tendue et fragilisée par les conséquences économiques de la crise du Covid-19 et de la guerre en Ukraine. Dans ce contexte, des réformes structurelles et des mesures d’ajustement économique sont recommandées par les bailleurs internationaux de la Tunisie.

La Tunisie voit ses réserves de devises se réduire et le poids de sa dette publique demeure considérable. La soutenabilité de la dette publique repose essentiellement sur des emprunts. Ainsi le poids du service de la dette devrait atteindre 7,3 Md EUR soit 14,1% du PIB. Cette situation alimente la dégradation des conditions de vie de la population tunisienne, déjà fortement touchée par l’inflation et les chocs externes des dernières années.

Les pressions inflationnistes affichent une tendance haussière importante De 4,9% fin 2020, l’inflation est remontée jusqu’à 10,3 % en mars 2023 (9,6% en mai 2023).

Mise à jour : 08.07.24

Informations complémentaires