Présentation

Partager

Relations politiques

Depuis leur établissement en 2002, les relations bilatérales entre la France et Timor oriental se construisent progressivement. La visite du Président HORTA en juin 2009 a été écourtée pour raisons de santé du président timorais, ce qui a limité les entretiens ministériels.

L’ambassadeur de France en Indonésie est également accrédité auprès des autorités timoraises et notre présence à Dili est assurée par un bureau qui suit les projets de coopération. Ces derniers se concentrent sur la promotion de l’Etat de droit (formation de journalistes, conservation des archives audiovisuelles, formation des policiers chargés de la protection des bâtiments officiels).

En février 2019, il a été décidé de créer, côté timorais, un groupe d’amitié parlementaire franco-est-timorais.

Présence française

On estime à environ 40 personnes la présence de la communauté française au Timor oriental.
Aucun consulat français n’est présent sur place.

Visites

A l’occasion du 20e anniversaire du référendum d’autodétermination de 1999, la députée Pascale Boyer, présidente du groupe d’amitié parlementaire France-Timor oriental s’est rendue le 30 août 2019 au Timor oriental. Elle a pu s’entretenir avec le Président Guterres et le ministre des Affaires étrangères, Dionisio Babo Soares. Parmi les Européens, seuls le Portugal (Président de l’Assemblée nationale et Ministre de la Défense) et la France ont envoyé des personnalités politiques pour cet anniversaire.

Depuis 2020, Olivier Chambard est l’Ambassadeur de France accrédité auprès des autorités timoraises.

Relations économiques

Les échanges économiques entre la France et le Timor oriental sont modestes et irréguliers. En 2018, le volume total d’échanges (importations et exportations cumulées) était inférieur à 3 M€. Par ailleurs, leur composition varie fortement en fonction de flux ponctuels. En 2018, nos exportations de matériel aéronautique (2 M€) comptaient pour près de 80% de nos exportations totales alors qu’elles étaient inexistantes deux ans auparavant.

En termes d’investissements et de représentation des entreprises françaises dans le pays, notre implantation croît lentement. Quelques entreprises déjà présentes en Asie sont intéressées par les perspectives qu’offre le pays, notamment concernant les infrastructures. Les entreprises déjà présentes sont représentatives des opportunités de ce secteur (Bolloré/SDV, Egis, Seureca-Veolia, Cegelec-Vinci).

Le plus important investissement français dans le pays a été effectué par Bolloré pour la construction et la gestion du port commercial de Tibar à 10 km de la capitale Dili. Ce projet est le premier PPP du pays et représente un investissement de 490 M d’US$ sur 30 ans, soit le plus important jamais réalisé au Timor oriental avec un partenaire privé. Ce port jouera un rôle central dans le développement économique du pays dont il gérera l’essentiel des flux commerciaux, en plus de la création de 350 emplois directs et de 500 emplois supplémentaires pendant la phase de construction (2018-2021).

On retrouve également des entreprises du secteur des services (Bureau Veritas et Gemalto) et des entreprises créées par des Français sur place. Les entreprises du secteur de l’énergie (pétrole et énergies renouvelables) ou du secteur maritime s’intéressent également au Timor oriental. Si les projets gouvernementaux d’exploitation du champ de Greater Sunrise et de raffinage à Tasi Mane se concrétisent, le secteur des équipements/services parapétroliers et paragaziers pourrait représenter un débouché important pour les entreprises françaises.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France et le Timor oriental coopèrent dans le domaine de l’enseignement. L’offre de cours de français au bénéfice de l’Université nationale de Timor-Est a fêté son premier anniversaire en décembre 2018, deux établissements d’apprentissage français et est-timorais ont signé un protocole d’entente en 2018, et des hauts-fonctionnaires timorais participent à des formations à l’ENA. Il existe aussi une coopération pour la promotion de l’Etat de droit (formation de journalistes, formation sur le droit des personnes atteintes de handicap, formation en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption), une coopération culturelle (expositions, concerts, Rendez-vous du cinéma français) et scientifique (IRD, CIRAD).

Autres types de coopérations

Une stratégie d’aide au développement auprès de ce pays, qui combine des secteurs d’intervention identifiés comme prioritaires avec des partenaires de qualité, majoritairement issus de la société civile, a été développée par la France.

La stratégie française vise à fournir une réponse adaptée à des défis négligés ou traités différemment par les autres bailleurs. Ainsi la visibilité de notre engagement et des effets de démultiplication ont été appréciables et appréciés par les partenaires. L’action menée en 2020 par le poste s’est articulée autour de trois axes thématiques forts : la sécurisation de l’approvisionnement en eau douce ; la protection de l’environnement et la sauvegarde de la diversité naturelle et culturelle ; la promotion des droits humains et de l’égalité des genres. La programmation 2020 s’est appuyée sur une approche de terrain, amorçant une politique de coopération visible et ambitieuse.

Mise à jour : 05.02.21

Informations complémentaires