Présentation du Tchad

Données générales

TCHAD {JPEG}

Présentation du pays

Nom officiel : République du Tchad.
Nature du régime : République.
Chef de l’État et/ou du gouvernement :
M. Idriss Déby Itno, président de la République.

Données géographiques

Superficie : 1 284 000 km².
Capitale : Ndjamena.
Villes principales : Ndjamena, Abéché, Moundou.
Langue(s) officielle(s) : français, arabe.
Langue(s) courante(s) : français, arabe tchadien.
Monnaie : Franc CFA (100 FCFA = 0,15 €).
Fête nationale : 11 août (proclamation de l’indépendance).

Données démographiques

Population : 14,9 millions d’hab. (BM, 2017).
Densité : 11,8 hab/km² (BM, 2017).
Croissance démographique : 3 % (INED 2017).
Espérance de vie : 52,9 ans (BM, 2016).
Taux d’alphabétisation des adultes (15 ans et plus) : 37,3 % (PNUD 2015).
Religions :
Islam (55 %), christianisme et animisme (45 %).
Indice de développement humain : 196e sur 199 pays (PNUD, 2017).

Données économiques

PIB 2017 : 9,9 MdUSD (BM).
RNB par habitant 2017 : 630 USD (BM).
Taux de croissance du PIB 2018 : + 3,1 % (BM).
Principaux clients 2016 : États-Unis (USA) (53,61 %), UAE (10,06 %), Inde (8,41 %), Chine (6,25 %), France (6,05 %) (DGT, 2018)
Principaux fournisseurs 2016 : France (20,13 %), Chine (15,98 %), Cameroun (15,22 %), Inde (6,21 %), USA (5,45 %) (DGT, 2018)
Part des secteurs d’activités dans le PIB en 2017 : primaire : 50 %, secondaire : 15 %, tertiaire : 35 % (DGT 2018).
Exportations de la France vers le Tchad, 2018 : 77,3 M€ (DGT, 2019)
Importations françaises depuis le Tchad, 2018 : 38,5 M€ (DGT, 2019)
Consulter la fiche pays produite par la Direction générale du Trésor

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://td.ambafrance.org/
Consulat(s) : Ndjamena, Abéché (honoraire), Moundou (honoraire).
Communauté française au Tchad : 1 377 enregistrés (avril 2019).
Communauté tchadienne en France : environ 5 000 (avril 2019).

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le président Déby a été réélu pour un 5e mandat en avril 2016. À la différence des scrutins de 2006 et 2011, l’opposition a participé en 2016 à la compétition électorale, présentant 12 candidats face au président sortant. La campagne a été notamment marquée par une forte mobilisation de collectifs de la société civile. Les opérations de vote se sont déroulées le 10 avril dans le calme et ont également été caractérisées par une bonne participation des électeurs tchadiens (66 %). Les résultats, proclamés le 3 mai par le Conseil constitutionnel, ont donné la victoire au président sortant avec un score de 59,92 %, devant M. Saleh Kebzabo (UNDR) à 12,77 %.

Sur la base des recommandations du Forum national organisé en mars 2018, une nouvelle constitution est adoptée par voie parlementaire le 30 avril 2018. L’ordonnance portant création de la 4e République a été signée par le président Déby le 4 mai 2018. Élu pour un mandat de six ans, renouvelable une fois, le Président de la République est, selon la nouvelle constitution, chef de l’État et dirige le gouvernement (suppression de la fonction de premier ministre).
Le parti présidentiel (Mouvement patriotique du salut – MPS) détient de la majorité absolue à l’Assemblée nationale (114 sièges sur 188) depuis le dernier scrutin de février 2011. L’adoption d’une loi constitutionnelle par l’Assemblée nationale tchadienne le 27 février 2015 a prorogé « jusqu’à la mise en place de la nouvelle assemblée » le mandat de celle-ci. Les prochaines élections législatives, dont la tenue avait été dans un premier temps annoncée pour 2018, sont désormais prévues fin 2019.

Des élections locales (les premières de l’histoire du pays) se sont tenues en janvier 2012, dans 42 communes (10 arrondissements de Ndjamena, 10 villes de plus de 20 000 habitants et 22 chefs-lieux de région). Remportées par le parti présidentiel, elles ont cependant permis à l’opposition de conquérir deux municipalités importantes du sud du pays : Moudou et Bébédjia.

Situation économique

Le Tchad est un pays affecté de fragilités structurelles comme l’illustrent la faiblesse de son RNB par habitant et de son indice de développement humain. Les finances publiques tchadiennes ont été affectées depuis 2014 par un double choc exogène : la baisse des prix du pétrole qui a entraîné une diminution des recettes budgétaires et la hausse des dépenses militaires liée à la dégradation de l’environnement sécuritaire régional. Pour répondre à cette situation, le gouvernement a adopté en août 2016 des mesures de réduction des dépenses de l’État, en particulier la suppression des bourses d’étudiants et la réduction des indemnités de fonctionnaires. Ces mesures ont attisé le mécontentement de la population. Le Tchad a ainsi connu en 2018 des mouvements de grève dans les administrations publiques notamment. Le gouvernement a cependant passé un accord en octobre 2018 avec les syndicats, qui s’est traduit par une accalmie du front social.

Depuis le 1er août 2014, le pays bénéficie d’une Facilité élargie de crédit (FEC), renouvelée à deux reprises (avril et décembre 2015). Le FMI a approuvé le 30 juin 2017 un programme doté de nouveaux volumes de financement (303 M$ sur 3 ans). La troisième revue de programme adossée à la FEC a été approuvée le 21 décembre 2018, le conseil d’administration du FMI constatant les efforts et les progrès du pays en matière de consolidation budgétaire et de mobilisation des recettes.

Le Tchad retrouve peu à peu une dynamique de croissance positive grâce aux hausses concomitantes de la production et des cours de pétrole (+ 15 % en 2018). Le PIB hors secteur pétrolier est également en progression (+ 1 % en 2018).

Politique étrangère

Le président Déby a exercé la présidence de l’Union africaine en 2016, et le ministre des Affaires étrangères, M. Moussa Faki, a été élu le 30 janvier 2017 à la présidence de la Commission de l’Union africaine. De 2017 à mars 2019, le Tchad a présidé la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et, depuis avril 2017, l’Organisation des producteurs africains (APO). Le Tchad est impliqué dans le règlement de la crise en RCA et a participé à la force de l’Union africaine (MISCA) déployée dans le pays. État observateur à la CEDEAO, membre fondateur du G5 Sahel dont il a assuré la présidence de novembre 2015 à février 2017, le Tchad est également engagé dans le règlement de la crise du Sahel. Le Tchad a été sollicité, début 2013, par le gouvernement malien pour intervenir militairement au nord du pays. Le Tchad a payé un lourd tribut au cours des opérations des Forces armées tchadiennes d’intervention au Mali (FATIM), menées dans l’Adrar des Ifoghas aux côtés des forces françaises. Le Tchad poursuit son engagement militaire au Mali dans le cadre de la MINUSMA (1 480 personnel en septembre 2018). Depuis décembre 2015, M. Mahamat Saleh Annadif, Tchadien, est Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Mali et chef de la MINUSMA. Le Tchad participe également, aux côtés de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso et du Niger, à la Force conjointe du G5 Sahel (le général Bikimo, de nationalité tchadienne, est commandant adjoint de la Force).

Au mois de janvier 2015, devant l’inquiétante expansion dans le bassin du lac Tchad du groupe terroriste Boko Haram, les forces tchadiennes se sont déployées au Cameroun et au Niger avec l’accord des gouvernements concernés. Entre juin et juillet 2015, trois attentats attribués à Boko Haram, les premiers de l’histoire du pays, ont frappé Ndjamena, causant la mort de plusieurs dizaines de personnes. Depuis, d’autres attaques ont frappé des localités riveraines du lac Tchad, causant des pertes parmi les populations et les forces armées tchadiennes. La lutte contre le groupe terroriste s’inscrit aujourd’hui dans le cadre d’une Force multinationale mixte dont l’État-major est situé à Ndjamena. Près de 3 000 soldats tchadiens participent à cette force.

Relations avec l’Union européenne

Le Tchad a bénéficié d’une enveloppe initiale de 442 M€ dans le cadre du 11e FED (2014-2020). Ce montant a fait l’objet d’une contribution additionnelle de 100 M€ en 2017. L’UE met par ailleurs en œuvre un programme d’appui à la gouvernance selon sur 3 axes : état civil, décentralisation et finances publiques. Le dernier comité FED (20 novembre 2018) a validé le financement de 5 projets pour un montant total de 95 M€.

Mise à jour : 07.06.19

Informations complémentaires