Présentation du Sri Lanka

Partager

Données générales

SRI LANKA {JPEG}

Nom officiel : République démocratique socialiste de Sri Lanka
Nature du régime : République présidentielle
Chef de l’Etat, ministre de la Défense, ministre de l’Environnement et du Développement, ministre de la loi et de l’ordre : Maithripala Sirisena (élu le 8 janvier 2015)

Situation économique

Données géographiques

Superficie : 65 607 km2.
Capitale : Sri Jayewardenepura (Kotte), la capitale administrative, est située dans la banlieue de Colombo.
Villes principales : Colombo, Jaffna, Kandy, Anuradhapura, Trincomalee, Batticaloa, Matara.
Langue(s) officielle(s) : cingalais et tamoul - l’anglais est reconnu par la Constitution comme langue de communication.
Langue(s) courante(s) : idem.
Fête nationale : 4 février (Fête de l’Indépendance, obtenue en 1948).

Données démographiques

Population : 21,2 millions d’habitants (2016, Banque mondiale).
Densité : 338 habitants / km² (2016, Banque mondiale).
Croissance démographique : 1,12% (2016, Banque mondiale).
Espérance de vie : 74,9 ans (2015, Banque mondiale).
Taux d’alphabétisation (des adultes) : 86,2% de la population (2016, Banque mondiale).
Religion(s) : bouddhisme (petit véhicule, 70,2%), hindouisme (12,6%), islam (9,7%), christianisme (7,4%).
Indice de développement humain : 0,766 ; 73ème sur 188 (rapport PNUD 2016).
Ambassade de France à Colombo : https://lk.ambafrance.org/

Politique étrangère

La politique étrangère de Sri Lanka est fortement liée à l’évolution de sa situation politique intérieure, ainsi qu’à sa volonté de favoriser son développement économique.

L’Inde, principal partenaire économique de Sri Lanka, suit attentivement la situation des populations tamoules et soutient une décentralisation renforcée en faveur des provinces du Nord et de l’Est, comme le prévoyait l’accord signé en 1987 entre l’Inde et Sri Lanka. La Chine, qui a soutenu l’armée sri lankaise pendant la guerre civile, est l’un des principaux bailleurs de Sri Lanka. Engagée dans le secteur des infrastructures, elle contribue au développement de plusieurs projets d’envergure (ports de Hambantota et de Colombo) qui font de Sri Lanka l’un des principaux bénéficiaires des « Nouvelles routes de la soie ».

Actif au sein des organisations régionales, Sri Lanka est membre de l’Association des pays de l’Asie du Sud pour la coopération régionale (SAARC). L’île appartient également au BIMSTEC, organisation fondée en 1997 avec l’Inde, le Bangladesh, la Birmanie et la Thaïlande, à laquelle le Népal et le Bhoutan ont adhéré en 2003.

Nations unies : en 2010, le Secrétaire général des Nations unies a instauré un groupe d’experts indépendants pour faire la lumière sur les crimes de guerre qui auraient été commis durant les derniers mois de la guerre (de 1983 à 2009) entre l’armée sri lankaise et les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE). Son rapport, publié le 25 avril 2011, conclut à la crédibilité des accusations formulées à l’encontre des forces gouvernementales sri lankaises et des LTTE. Le nouveau gouvernement sri lankais mis en place en janvier 2015 s’est engagé à mettre en œuvre la résolution « Favoriser la réconciliation et l’établissement des responsabilités et promouvoir les droits de l’Homme à Sri Lanka », adoptée par consensus le 1er octobre 2015 par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies (CDH) et qui fait l’objet d’un suivi annuel devant le CDH. Le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU devra remettre un rapport écrit en mars 2020 sur la mise en œuvre de la résolution de 2015 par les autorités sri lankaises. Depuis 2012, la France a soutenu chacune des résolutions du CDH relatives à la paix et la réconciliation à Sri Lanka.

Relations avec l’Union européenne

Les relations entre Sri Lanka et l’Union européenne s’inscrivent dans le cadre de l’accord de partenariat et de développement de troisième génération (avec une clause "droits de l’Homme"), entré en vigueur le 1er avril 1995. La dernière session de la commission mixte UE-Sri Lanka, dont les réunions avaient été suspendues de 2008 à 2013, a eu lieu le 14 février 2019 : l’accent a été mis sur le respect des droits de l’Homme et de l’Etat de droit, la lutte contre la corruption et le développement économique. Un accord de réadmission des ressortissants sri lankais en situation irrégulière dans l’UE a été signé en avril 2004. Le premier comité conjoint de réadmission UE-Sri Lanka s’est réuni en février 2013 à Colombo.

Colombo a réintégré en 2017, après 7 ans de suspension, le système de préférences généralisées renforcé de l’UE (SPG+) qui accorde des préférences commerciales aux pays s’engageant à respecter 27 conventions internationales, portant sur les droits de l’Homme, le droit du travail et le respect de l’environnement. Cette réintégration a été possible suite aux progrès constatés dans la situation des droits de l’Homme et aux efforts du gouvernement pour la mise en œuvre de la résolution du CDH de 2015. Comme la France, l’UE reste particulièrement vigilante par rapport à la mise en place des autres mesures attendues : réconciliation nationale, tribunal ad hoc pour juger les responsables de crimes de guerre, retrait de la loi sur le terrorisme, abolition formelle de la peine de mort.

Relations avec les Nations unies

Le 23 juin 2010, le Secrétaire général des Nations unies a instauré un groupe d’experts indépendants pour faire la lumière sur les crimes de guerre qui auraient été commis durant les derniers mois de la guerre entre l’armée srilankaise et les Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul (LTTE). Le rapport du panel d’experts, publié le 25 avril 2011, conclut en la crédibilité des accusations formulées à l’encontre des forces gouvernementales srilankaises et des LTTE.

Le Conseil des droits de l’Homme a adopté des résolutions sur Sri Lanka chaque année depuis 2012, à la suite de la publication des rapports du Haut-commissaire aux droits de l’Homme sur la situation des droits de l’Homme à Sri Lanka, dont le dernier date de 2017. Ces résolutions ont toutes été soutenues par la France.

Mise à jour : 15.07.19

Informations complémentaires