Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La révolution soudanaise a permis de redynamiser notre relation bilatérale avec Khartoum.

Les visites croisées du ministre à Khartoum et du Premier ministre Hamdok à Paris en septembre 2019 ont été accueillies très favorablement au Soudan, où l’engagement personnel du Président de la République en faveur de la révolution et de la transition a été très apprécié. La France travaille en confiance avec les autorités soudanaises.

Après sa rencontre avec le Premier ministre Hamdok, le Président de la République a annoncé que la France accueillerait une conférence internationale de soutien à la transition soudanaise une fois le pays retiré de la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme. La décision américaine étant intervenue le 14 décembre 2020, la conférence se tiendra le 17 mai 2021.

Présence française

Ambassade de France au Soudan
Communauté française : 250 personnes.

Visite

Dernière visite à Paris : visite à Paris du Premier ministre Abdallah Hamdok les 29 et 30 septembre 2019. Il s’est entretenu avec le Président de la République et le ministre de l’Economie. Le Premier ministre Abdallah Hamdok était présent aux funérailles du Président Jacques Chirac.

Dernière visite au Soudan : visite du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian à Khartoum le 16 septembre, où il s’est entretenu avec le général Burhan, le Premier ministre Hamdok et son homologue.

L’Ambassadrice de France auprès de la République du Soudan est Emmanuelle Blatmann.
https://twitter.com/eblatmann


L’Ambassadeur désigné du Soudan en France est Omar Bachir Manis.

Relations économiques

En 2019, les échanges commerciaux entre la France et le Soudan s’élèvent à 123,6 millions EUR (baisse de 3 % par rapport à 2018), avec un excédent de 29,5 millions EUR en faveur de la France. Les exportations françaises se sont élevées à 76,6 millions EUR (produits pharmaceutiques en grande partie, machines et équipements industriels), faisant de la France le 25e fournisseur du Soudan. Quant aux importations de France en provenance du Soudan, elles atteignent 47,1 millions EUR (essentiellement de la gomme arabique).

Plusieurs entreprises françaises sont déjà présentes sur le territoire soudanais (Bolloré, Nutriset, Sagemine), tandis que d’autres ont manifesté leur intention d’y investir ou d’y revenir, eu égard à son potentiel économique, à la faveur de la levée des sanctions économiques américaines.

Les banques européennes font néanmoins toujours preuve de frilosité, en raison de la présence encore récente du Soudan sur la liste américaines des pays soutenant le terrorisme, pratiquant une politique de sur-conformité qui empêche tout transfert de fonds vers et depuis le Soudan.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La relation de coopération culturelle et de recherche est particulièrement riche et ancienne. Elle se traduit notamment par l’implantation à Khartoum en 1993 du Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), rattaché au CEDEJ du Caire. En 1969 a été créé la la section française de la direction des antiquités du Soudan (SFDAS), institut franco-soudanais de recherche en archéologie situé dans le musée national de Khartoum.

Une coopération universitaire importante a été développée : la France est le premier pays occidental d’accueil des étudiants soudanais.

Le partenariat de coopération scientifique engagé à parité avec le Gouvernement du Soudan, qui établit le programme Hubert Curien (PHC) « Napata », est le 3e à être mis en place par la France en Afrique subsaharienne. La création de cet instrument vient parachever la structuration d’une coopération qui a acquis une certaine maturité. L’engagement du Gouvernement soudanais (ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique) à parité et la mise en œuvre réussie de ce nouveau programme constituent de réels motifs de satisfaction.

Enfin, la France bénéficie d’un réseau culturel et éducatif actif au Soudan, avec principalement l’Institut français de Khartoum, mais aussi un réseau d’alliances (El Obeid, Wad Madani et Port-Soudan) et de centres franco-soudanais (Dilling, Rufaa et Nyala), ainsi que l’école française de Khartoum.

Mise à jour : 28.04.21

Informations complémentaires