Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

Les relations bilatérales entre la France et les Seychelles sont excellentes. Lorsque les attaques de pirates ont commencé à frapper les Seychelles (début 2009), la réponse rapide et efficace apportée par Paris, avec l’assistance des FAZSOI (forces armées françaises dans la zone sud de l’océan Indien) aux garde-côtes seychellois et la mise à disposition d’un conseiller technique, a été appréciée. La Marine nationale française effectue en moyenne huit escales annuelles à Victoria, traduisant l’excellence des relations militaires bilatérales. Ces relations sont nourries par la proximité de La Réunion et notre fort attachement commun à la Commission de l’océan Indien (COI). Aucun contentieux de souveraineté territorial ne nous oppose et notre seul irritant repose sur la décision du ministre de l’Économie et des Finances du 6 janvier 2020 d’inscrire les Seychelles sur la liste des États et territoires non coopératifs (ETNC) en matière fiscale, communément appelée liste des paradis fiscaux, au motif d’une défaillance en matière d’échange d’informations. L’inscription ultérieure des Seychelles sur les listes UE et OCDE pour les mêmes raisons a toutefois démontré un problème d’ordre structurel.

Présence française

Consulat : chancellerie consulaire de Port Louis (Maurice)
Communauté française aux Seychelles : 434 Français inscrits au registre (au 31 décembre 2019), dont 50 % de binationaux.
Communauté seychelloise en France : environ 300 personnes

Visites

Le 11 novembre 2018, le président de la République des Seychelles, Danny FAURE, a assisté aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et a participé au Forum de Paris sur la Paix. En revanche, la dernière visite d’un président français remonte à François Mitterrand en 1990.

Nom de l’Ambassadeur de France aux Seychelles : Dominique MAS
Nom de l’Ambassadeur des Seychelles en France : Sylvestre RADEGONDE

Relations économiques

PIB (en 2018) : 1,59 Md $ (Banque mondiale).
PIB par habitant (en 2018) : 16 434 $ (Banque mondiale)
Croissance : 3,5 % en 2019 (Banque mondiale)
Chômage (au sens du BIT) en 2015 : 2,7%
Inflation : 3,4 % en 2018 (Banque mondiale)
Balance des paiements courants (% du PIB) en 2018 : -17 % (Banque mondiale)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB en 2018 :

  • agriculture : 2 %
  • industrie : 11 %
  • services : 87 %

Exportations de la France vers les Seychelles (en 2019) : 57 M € (dont 46 % concernent les préparations et conserves à base de poisson)
Importations françaises depuis les Seychelles (en 2019) : 102 M € (dont 90 % concernent les préparations et conserves à base de poisson).

La France est un acteur économique majeur des Seychelles puisqu’elle est son 3e client et son 2e fournisseur en 2018.
En 2019, les échanges commerciaux cumulés entre la France et les Seychelles se sont élevés à 159 M €, contre 178 M € en 2018. En 2019, les exportations françaises vers les Seychelles se sont élevées à 57 M € (61 M € en 2018). Les importations françaises en provenance des Seychelles se sont montées à 102 M € en 2019 (117 M € en 2018), ce qui représente un déficit en défaveur de la France de 46 M € en 2019. Les importations françaises se composent en quasi-totalité de conserves de thon (90 M €).

Les intérêts français restent malgré tout limités du fait de l’étroitesse du marché. La France demeure, en stock, le 2e investisseur étranger aux Seychelles en 2018 derrière Maurice. La présence française se concentre dans quelques secteurs comme l’armement de pêche (SAPMER), la restauration pour les compagnies aériennes (SERVAIR), les déménagements internationaux (AGS), traitement des eaux (Eiffage/Hydrotech). À titre individuel, quelques opérateurs français sont présents dans le tourisme (hôtellerie, restauration, location de voiliers, clubs de plongée) et d’autres activités de service (conseil, immobilier, multimédia…).
En 2017, les échanges entre La Réunion et les Seychelles ont représenté 1,2 M € avec 533 000 € d’exportations réunionnaises vers les Seychelles et 735 000 € d’importations réunionnaises en provenance des Seychelles.
Les secteurs du tourisme de luxe, des infrastructures et des énergies renouvelables offrent les perspectives d’investissement français aux Seychelles.

Coopération culturelle, scientifique et technique

En mai 2016, un Protocole d’entente a été signé entre le ministère du Tourisme et de la Culture des Seychelles et le musée national de la Marine, qui apporte au gouvernement seychellois son expertise (formations notamment) pour la création d’un musée national de la Marine des Seychelles. De son côté, les Seychelles feront bénéficier les musées nationaux de la Marine française de l’excellence seychelloise en matière de réparation et de rénovation de maquettes maritimes. Une coopération fructueuse se dessine aussi avec le Museum d’histoire naturelle de Paris.

La jeune université des Seychelles (fondée en 2011) bénéficie de partenariats avec les universités de Bordeaux et de Paris, de même qu’avec l’université de La Réunion avec laquelle une convention devrait être signée prochainement pour la formation de médecins spécialistes.

Autres types de coopération

En 2003, un accord-cadre de coopération entre les Seychelles et La Réunion a été signé (renouvelé par tacite reconduction depuis). Sa mise en œuvre se décline sous forme de plans d’action, dont le dernier a été signé en juillet 2013. Il concerne des domaines aussi divers que l’éducation, l’environnement, le tourisme, la santé, l’enseignement du français et l’énergie pour une enveloppe annuelle de 300 000 à 400 000 €. Huit volontaires de solidarité internationale réunionnais sont placés dans divers ministères et administrations seychellois, ainsi qu’à l’Alliance française de Victoria, sur financement INTERREG de l’Union européenne.

Mise à jour : 04.03.20

Informations complémentaires