Présentation des Seychelles

Partager

Présentation du pays

SEYCHELLES {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République des Seychelles
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’État : M. Wavel RAMKALAWAN

Données géographiques

Superficie : 455 km² et 1,3 million de km² de zone économique exclusive (ZEE)
Capitale : Victoria
Langues officielles : créole seychellois, anglais et français
Langues courantes : créole seychellois, anglais et français
Monnaie : roupie seychelloise (1 EUR = 13,47 SCR, le 4 novembre 2022)
Fête nationale : 29 juin (indépendance le 29 juin 1976)

Données démographiques

Population (en 2021) : 99 202 (Banque mondiale)
Densité (en 2021) : 218 habitants/km² (Banque mondiale)
Croissance démographique (en 2021) : +0,7 % (Banque mondiale)
Espérance de vie à la naissance (en 2020) : 77 ans (Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation (total adultes) en 2018 : 96 % (Banque mondiale)
Religions : catholiques (76 %), anglicans (6 %), hindous (2 %), musulmans (2 %), autres (14 %).
Indice de développement humain (en 2021) : 72e (PNUD)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Indépendant depuis 1976, l’archipel des Seychelles a subi un coup d’État en 1977, conduisant à l’instauration d’un régime de parti unique d’inspiration marxiste mené par France Albert René. James Michel, son successeur à la présidence de la République de 2004 à 2016, parvient à conforter la transition des Seychelles vers une démocratie pluraliste et une économie libérale.

La vie politique seychelloise est bipolarisée entre le Parti United Seychelles (anciennement SPPF à l’indépendance – Seychelles People’s Progressive Front - puis Lepep, le peuple en créole, de 2009 à 2018), au pouvoir de l’indépendance jusqu’aux dernières élections d’octobre 2020, et le SNP (Seychelles National Party), dirigé par l’actuel président, Wavel Ramkalawan, qui fut la principale formation de l’opposition.

En septembre 2016, une coalition de l’opposition conduite par le SNP - l’Union démocratique des Seychelles (Lynion Demokratik Seselwa, LDS) - remporte les élections législatives (19 sièges sur 33 à l’Assemblée nationale), conduisant le président James Michel, réélu l’année précédente pour un mandat de cinq ans, à démissionner. Conformément à la Constitution, Danny Faure, vice-président depuis 2010, lui succède et mène à son terme le mandat de James Michel.

En 2020, les élections présidentielle et législatives se sont tenues à la même date, du 22 au 24 octobre 2020. Le scrutin présidentiel a entériné la première alternance démocratique aux Seychelles, avec la victoire au premier tour de l’opposant historique Wavel Ramkalawan (54,9 % des voix) contre le président sortant Danny Faure (43,5 %). Son parti a également obtenu 25 des 35 sièges de l’Assemblée nationale seychelloise. Les prochaines élections (présidentielle et législatives) sont prévues en 2025.

Les Seychelles coopèrent avec les mécanismes de protection et de promotion des droits humains. Le gouvernement de Danny Faure avait notamment lancé en septembre 2019 la commission Vérité, Réconciliation et Unité nationale, chargée d’enquêter sur les violations des droits humains entre le coup d’État de 1977 et le retour du multipartisme en 1993, et dont le mandat a été prolongé jusqu’à la fin de l’année 2022. En 2022, les Seychelles occupent par ailleurs la 13e place au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans Frontières.

Politique étrangère

Les Seychelles sont membres de plusieurs organisations régionales et internationales : l’Union africaine (UA), la Commission de l’océan Indien (COI), le COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa - le Marché commun de l’Afrique orientale et australe), la SADC (Southern African Development Community - la Communauté de développement d’Afrique australe), l’IORA (Indian Ocean Rim Association - Association des pays riverains de l’océan Indien), l’Association des îles Vanille, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le Commonwealth, et la Cour pénale internationale (CPI).

Les Seychelles ont voté en faveur de l’ensemble des résolutions adoptées par l’Assemblée générale des Nations unies à la suite de l’invasion russe en Ukraine.

L’irruption de la piraterie maritime d’origine somalienne dans l’océan Indien et dans la zone économique exclusive (ZEE) seychelloise en 2009 a menacé le tourisme et la pêche, ainsi que les approvisionnements de l’archipel (à 90 % par voie maritime). Les Seychelles se sont ainsi investies dans l’architecture régionale de sécurité maritime. Elles appuient la mission européenne Atalante de lutte contre la piraterie, dont le mandat a été prolongé jusqu’en 2022. Victoria abrite également le siège du Centre régional de coopération opérationnelle (CRCO) de la COI, créé en 2017 dans le cadre du projet Maritime Security (MASE) financé par l’Union européenne.

La lutte contre le changement climatique, la protection des océans et de la biodiversité et la promotion de l’économie bleue constituent des priorités pour les Seychelles. Membres du groupe des petits États insulaires en développement (PEID), elles jouent un rôle actif au sein de l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS). En décembre 2015, les Seychelles ont signé l’accord de Paris sur le climat (COP21), ratifié en avril 2016. En 2016, les Seychelles ont conclu le rachat de 21 millions USD de leur dette en échange d’une politique de préservation de leur territoire maritime. Celle-ci a conduit à la protection de 30 % de leur zone économique exclusive (ZEE), soit 400 000 km2.

Les Seychelles bénéficient du soutien de l’UE dans le cadre de l’accord de partenariat entre les membres du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l’UE. Les Seychelles sont parties (avec les Comores, Madagascar, Maurice et le Zimbabwe) à un Accord de partenariat économique intérimaire avec l’UE, qui leur permet d’exporter sur le marché européen en franchise de droits et de quotas tout en maintenant des protections douanières sur certains de leurs produits. L’Union européenne et les Seychelles ont reconduit leur accord en matière de pêche durable sur la période 2020-2026. Le premier dialogue politique UE-Seychelles a eu lieu à Victoria en 2012 et le dernier s’est tenu en octobre 2022.

Situation économique

Les Seychelles sont classées depuis 2015 dans la catégorie des pays à revenus élevés (13 306 USD par habitant en 2021, le plus élevé d’Afrique). Elles sont les seules représentantes de l’Afrique dans cette catégorie.

Les Seychelles ont été durement affectées par la crise du Covid-19, avec une baisse du PIB de 10,8 % en 2020. La même année, le déficit budgétaire a atteint 17,4 % du PIB.

L’économie a entamé sa reprise en 2021, avec un taux de croissance de 8 % tiré principalement par le redressement du tourisme permis par la stratégie de vaccination massive et la réouverture des frontières fin mars 2021. Le déficit budgétaire s’est quant à lui réduit à 5,8 % du PIB en 2021, en raison des ajustements budgétaires entrepris par le gouvernement et du retrait des mesures budgétaires mises en place pendant la pandémie.

Pour 2022, le FMI anticipe un taux de croissance à 10,9 % du PIB en raison du rebond du tourisme. La situation des comptes publics s’améliore mais le pays demeure exposé aux conséquences de l’agression russe contre l’Ukraine.

Le PNUD classe les Seychelles dans la catégorie des pays à « développement humain élevé » en 2021 (IDH à 0,785, soit le 72e rang sur 191 pays, en léger recul). Les Seychelles progressent continûment au classement de perception de la corruption de Transparency International (de la 45e place en 2014 à la 23e en 2021, soit un gain de 4 places par rapport à 2019).

L’économie seychelloise demeure également faiblement diversifiée et vulnérable aux chocs internationaux. Son premier pilier est le tourisme, dont le secteur connaît une forte croissance depuis plusieurs années (exception faite des années 2020-2021 en raison de la pandémie). En 2019, les Seychelles ont accueilli 428 000 visiteurs internationaux (contre 124 500 en 2020). En 2021, la France était le troisième pourvoyeur de visiteurs dans l’archipel avec 18 500 entrées, derrière la Russie et les Émirats arabes unis. Le second pilier de l’économie seychelloise est la pêche, en particulier la pêche thonière industrielle. Victoria est en effet l’un des ports thoniers les plus actifs au monde.

Mise à jour : 14.11.22

Informations complémentaires