Présentation des Seychelles

Présentation

Données générales

seychelles

Présentation du pays

Nom officiel : République des Seychelles
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’État : M. Danny FAURE (depuis le 16 octobre 2016)

Données géographiques

Superficie : 455 km2 et 1,3 million de km2 de zone économique exclusive (ZEE)
Capitale : Victoria
Langues officielles : créole seychellois, anglais et français
Langues courantes : créole seychellois, anglais et français
Monnaie : roupie seychelloise (1 € = 14,85 SCR, le 4 mai 2017)
Fête nationale : 29 juin (indépendance le 29 juin 1976)

Données démographiques

Population (en 2015) : 92 900 (Banque mondiale)
Densité (en 2015) : 203 habitants/km2 (Banque mondiale)
Croissance démographique (en 2015) : + 2,2% (Banque mondiale)
Espérance de vie à la naissance (en 2015) : 73 ans (Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation (total adultes) en 2015 : 95% (Banque mondiale)
Religions : catholiques (80%), protestants (20%).
Indice de développement humain (en 2016) : 63e (PNUD)

Données économiques

PIB (en 2015) : 1,438 Md $ (Banque mondiale).
RNB par habitant (en 2015) : 14 760 $ (Banque mondiale)
Croissance : 4,4% en 2016. Prévision 2017 : 4,1% (FMI)
Chômage (au sens du BIT) en 2015 : 2,7%
Inflation (en 2015) : 4% (Banque mondiale)
Balance des paiements courants (% du PIB) en 2015 : - 17,8% (Banque mondiale)
Principaux clients (en 2015) : France, Royaume-Uni, Italie, Hong-Kong, Danemark.
Principaux fournisseurs (en 2015) : Émirats arabes unis, France, Espagne, Afrique du Sud, Chine.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 2,4%
  • industrie : 11%
  • services : 86,6%

Exportations de la France vers les Seychelles (en 2016) : 62 M€
Importations françaises depuis les Seychelles (en 2016) : 105 M€

http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/seychelles

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://sc.ambafrance.org/
Consulat : Victoria (île de Mahé)
Communauté française aux Seychelles : 682 Français inscrits au registre (au 31/12/2016), dont 256 binationaux.
Communauté seychelloise en France : environ 300 personnes

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Après 27 ans de régime de parti unique d’inspiration marxiste, James MICHEL devient président de la République en 2004 à la suite de la démission, pour raison de santé, du président France-Albert RENÉ. Il parvient à conforter la transition en douceur des Seychelles vers une démocratie pluraliste et une économie libérale. Son élection en juillet 2006 confirme la bipolarisation de la vie politique autour de deux partis : le SPPF (Seychelles People’s Progressive Front, devenu Parti Lepep en juin 2009) et le SNP (Seychelles National Party) parti d’opposition de Wavel RAMKALAWAN. En mai 2011, James MICHEL est réélu.

En décembre 2015, le président James MICHEL se présente pour un troisième et dernier mandat, autorisé par la constitution. Cette élection présidentielle anticipée est marquée par une très forte participation (90% de l’électorat). Pour la première fois depuis l’indépendance en 1976, le candidat du parti au pouvoir (47,76%) est contraint à un second tour contre l’opposant Wavel RAMKALAWAN (33,93%). En décembre 2015, la commission électorale des Seychelles déclare la victoire très courte du président sortant, James MICHEL, avec 50,15% des suffrages exprimés.

En septembre 2016, les élections législatives sont remportées par l’opposition, qui comprenant quatre partis coalisés sous la bannière de l’Union démocratique des Seychelles (Lynion Demokratik Seselwa, LDS). Le nouveau parlement seychellois compte désormais 33 membres, dont 19 pour le LDS et 14 pour le parti Lepep. Le 27 septembre 2016, le président James MICHEL (alors âgé de 72 ans) annonce son intention de démissionner. Conformément à l’article 55 de la Constitution, Danny FAURE, vice-président depuis 2010, lui succède et prête serment le 16 octobre 2016. Vincent MÉRITON est alors nommé vice-président. M. Danny FAURE mènera au terme le mandat présidentiel de James MICHEL (jusqu’en décembre 2020).

En avril 2016, la Constitution a été modifiée pour faire passer de trois à deux le nombre de mandats présidentiels (un mandat présidentiel de 5 ans, renouvelable une fois maximum).

Situation économique

Les Seychelles sont aujourd’hui un pays prospère (15 410 $/hab.), après avoir traversé une grave crise économique et financière en 2008. En avril 2015, elles sont devenues le 161e membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et sont classées parmi les 83 « pays à revenus élevés » par la Banque mondiale (2015). Les Seychelles occupent la 93e place du classement Doing Business 2017 de la Banque mondiale, qui mesure la réglementation des affaires et son application effective dans 190 économies.

Le premier pilier de l’économie seychelloise est le tourisme, dont le secteur connaît une forte croissance depuis plusieurs années. En 2016, les Seychelles ont accueilli plus de 304 000 visiteurs contre 275 000 en 2015 (+ 10,5%). La France est le premier pourvoyeur de visiteurs dans l’archipel avec 50 000 entrées en 2016 (dont 6 000 depuis La Réunion), notamment grâce à l’introduction de vols directs à partir de Paris depuis juillet 2015. Le second pilier de l’économie seychelloise est la pêche, en particulier la pêche thonière industrielle. Victoria est l’un des ports thoniers les plus actifs au monde et héberge l’une des plus grosses conserveries au monde (qui appartient au groupe thaïlandais Thaï Union).

Politique étrangère

Les Seychelles sont membres de plusieurs organisations régionales et internationales : la Commission de l’océan Indien (COI), le COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa - le Marché commun de l’Afrique orientale et australe), la SADC (Southern African Development Community - la Communauté de développement d’Afrique australe), l’IORA (Indian Ocean Rim Association - Association des pays riverains de l’océan Indien), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le Commonwealth.
L’irruption de la piraterie maritime d’origine somalienne dans l’océan Indien et dans la zone économique exclusive (ZEE) seychelloise en 2009, a menacé le tourisme et la pêche, ainsi que les approvisionnements de l’archipel (à 90% par voie maritime). Les Seychelles ont exercéla présidence du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes (CGPCS) de janvier 2016 à juillet 2017. Créée en janvier 2009, cette organisation rassemble 80 pays, organisations et groupes industriels souhaitant lutter contre la piraterie.

Le soutien apporté par l’opération de l’UE « Atalante » (qui doit s’achever en décembre 2018) et la mission de renforcement des capacités maritimes « EUCAP Nestor » ont été appréciés et ont renforcé les relations entre les Seychelles et Bruxelles. Les Seychelles bénéficient du soutien de l’UE dans le cadre de l’accord de partenariat entre les membres du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l’UE. Pour la période 2014-2020, les Seychelles ont reçu une subvention de 7,8 M$ pour mettre en œuvre l’Accord de partenariat économique intérimaire, qui permet d’exporter sur le marché européen en franchise de droits et de quotas. Le premier dialogue politique UE-Seychelles a eu lieu à Victoria en 2012 et le dernier s’est tenu en octobre 2017. L’UE et les Seychelles entretiennent également des rapports confiants et constructifs dans le cadre du Dialogue politique annuel et de la Revue des droits de l’Homme.

Les Seychelles font partie de l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS), pays particulièrement vulnérables au changement climatique et actifs dans les négociations internationales. Les Seychelles sont à l’origine d’une initiative originale « échange de dette contre projets d’adaptation » (rachat avec décote de la dette pour la mise en place d’aires marines protégées contribuant à diminuer les effets du dérèglement climatique). Les Seychelles et le Club de Paris ont conclu en février 2015 un accord pour le transfert de 30 M$ de dettes. L’initiative a été présentée en marge de la COP21 à d’autres petits États insulaires et est actuellement mise en œuvre. En décembre 2015, les Seychelles ont signé l’accord de Paris sur le climat (COP21), puis l’ont ratifié en avril 2016.

Mise à jour : 25.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE