Présentation du Rwanda

Présentation

Données générales

Présentation du pays

Nom officiel : République du Rwanda
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : Paul KAGAME

Données géographiques

Superficie : 26 338 km²
Capitale : Kigali
Villes principales : Butare, Kigali, Ruhengeri
Langue (s) officielle (s) : anglais, français, kinyarwanda
Langue (s) courante (s) : kinyarwanda
Monnaie : Franc rwandais (1 EUR = 790 RWF)
Fête nationale : 4 juillet

Données démographiques

Population : 12,1 millions d’habitants (2015)
Densité : 470 hab/km² (BM 2015)
Croissance démographique : 2,3 % (BM 2015)
Espérance de vie : 64,5 ans (BM 2015)
Taux d’alphabétisation : 70 %
Religion (s) : Catholiques (56,5%) ; Protestants (26%) ; Adventistes (11,1%) ; Musulmans (4,6%) ; Animistes (0,1%) ; Autres (1,7%)
Indice de développement humain : 151ème sur 187 (PNUD 2016)
Classement Transparency International : 50ème sur 176 pays (2015)

Données économiques

PIB : 8,96 milliards $ (EIU, 2015)
PIB par habitant : 700 $ (2015)
Taux de croissance du PIB : 6,9% en 2015

Solde de la balance des paiements : - 13,6 % PIB MUSD (2015)
Taux de pauvreté : 44,9% en 2014
Taux d’inflation moyenne annuelle : 5,3 % en 2016

Balance commerciale : - NC
Dette : 37,3% du PIB ( BM – 2015)
Solde budgétaire : - 9,6 % du PIB (BM - 2015)

Principaux clients (exportations) données de 2013 : Chine (24,3%), RDC (17,1%), Malaisie (13,1%) Principaux fournisseurs (importations) données 2013 : Ouganda (16.5%), Kenya (12,5%) et Chine (10,7%).

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2015) :

  • Agriculture : 34,6%
  • Industrie : 15%
  • Services : 50%

Exportations de la France vers le Rwanda : 17.1 millions d’euros en 2014 (+22,5% par rapport à 2013)
Importations françaises depuis le Rwanda : 2,5 millions d’euros en 2014

Pour plus d’information : https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/rwanda

Présence française

Ambassade de France : Kigali
Communauté française au Rwanda : environ 303 personnes [recensement 2015].
Communauté rwandaise en France : 3 119 résidents autorisés à séjourner en France (2016).

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Le génocide de 1994 a laissé le pays exsangue avec des institutions et un tissu économique et social totalement à reconstruire.

Au mois de juillet 1994, un gouvernement d’union nationale et une Assemblée nationale de transition sont formés par le Front Patriotique Rwandais (FPR, parti de Paul Kagame) et sept autres partis. Au mois d’avril 2000, Paul Kagame est désigné Président de la République du Rwanda. Il est élu à la présidence en 2003 et en 2010 avec plus de 90% des suffrages.
Une réforme constitutionnelle, adoptée par référendum le 18 décembre 2015 a permis au président Kagame de briguer un troisième mandat aux élections de 2017. Il a été réélu le 4 août 2017 avec 98,75% des suffrages.

Le Rwanda a mené entre 2002 et 2012 un difficile processus de réconciliation au travers du processus des gacaca (tribunaux populaires inspirés de la justice coutumière). Deux millions de personnes ont été jugées, pour un taux de condamnations de 65%.

Situation économique

La croissance économique rwandaise est soutenue et durable : en 2015, le pays a connu une croissance de son PIB de 6,9%. La croissance devrait rester vive ces prochaines années tout en connaissant un léger tassement : pour 2016 et 2017 les prévisions s’établissent respectivement à 5,9% et 6%.

Cette vitalité devrait être soutenue par les services (qui pèsent pour 50% du PIB) et par la construction dynamisée par les projets d’investissement dans les infrastructures (production et distribution électriques, transports routiers et ferroviaires). De même la croissance de la flotte de RwandAir et l’ouverture de nouvelles lignes aériennes depuis fin 2016 renforcent les efforts d’investissements réalisés ces dernières années (aéroports, hôtels…).

La consommation, moteur de la croissance (plus de 75% du PIB) devrait rester porteuse grâce à des dépenses publiques stables et une inflation modérée.

Si Kigali a atteint la plupart des objectifs du Millénaire pour le développement, des problèmes structurels persistent : l’enclavement du pays, un manque d’infrastructure, une insuffisante productivité agricole, la pression démographique (2,3% par an), une dépendance des finances publiques à l’égard de l’aide internationale qui diminue mais reste élevée (25% des recettes budgétaires contre la moitié en 2010).

Situation des finances publiques : le déficit courant très élevé ne devrait pas se réduire en 2017. Le cours de certaines matières premières exportées par le Rwanda (thé et café) devrait progresser légèrement et la production augmenter. Toutefois les importations seront soutenues par les importants besoins en équipements pour la réalisation des projets d’infrastructures. La dette publique augmente rapidement en raison notamment des garanties de prêts à la compagnie nationale RwandAir pour l’achat de nouveaux appareils. Les prêts concessionnels restent majoritaires (près des 2/3 du total) mais la part des crédits commerciaux, avec des conditions moins favorables, tend à croître. Le Rwanda a bénéficié de l’annulation de sa dette multilatérale, au titre de l’Initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’Initiative d’Annulation de la Dette Multilatérale (IADM) en 2005. La dette extérieure rwandaise est évaluée, à fin 2014, à 28 % du PIB, en progression par rapport à 2010 (14,8 % du PIB). Le FMI et la Banque Mondiale jugent toutefois aujourd’hui le risque de surendettement « faible ».

Politique étrangère

Le Rwanda et la République démocratique du Congo ont entretenu jusqu’à récemment des relations tendues. Le Rwanda est intervenu à plusieurs reprises à l’Est de la RDC dans les années 1990. En 2007, les deux pays décident de mener des opérations conjointes contre les forces démocratiques de libération du Rwanda présentes à l’Est de la RDC. En 2012, les relations entre les deux pays se dégradent à nouveau.

Parrainé par les Nations Unies, l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en RDC à Addis-Abeba du 24 février 2013 a été signé par les pays membres de la Conférence internationale pour la région des grands lacs (CIRGL), dont le Rwanda et la RDC. Il prévoit une série d’engagements des différents acteurs (Etats de la région, communauté internationale) ainsi qu’un mécanisme de suivi régional. Le Rwanda et la RDC se sont engagés à renouer et approfondir leur dialogue dans ce cadre.

Les relations entre Kigali et Kampala ont longtemps été fluctuantes. Plus récemment, les deux pays ont décidé de renforcer leur dialogue politique. Soucieux de dépasser les obstacles à leur développement économique, notamment en matière énergétique, les deux pays cherchent à développer leurs liens commerciaux.

Kigali s’investit pleinement au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE). Il soutient la création d’un marché commun (estimé à 120 millions de personnes) et d’une union monétaire, qui correspond à sa volonté de devenir une plaque tournante de la CAE.

Le Rwanda et les Nations Unies

Le Rwanda a siégé au Conseil de Sécurité des Nations unies de 2013 à 2014.
Le Rwanda s’investit fortement dans le maintien de la paix sur le continent africain. Il est un contributeur majeur de contingents avec 6 287 soldats (ou policiers ou experts) actuellement mobilisés, au sein de différentes missions, notamment au Darfour (Mission des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour), au Soudan du Sud (Mission des Nations-Unies au Soudan du Sud) et en Centrafrique (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine).

Mise à jour : 10.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE