Présentation de la Russie

Présentation

Données générales

Carte de la Russie

Présentation du pays

Nom officiel : Fédération de Russie
Chef de l’Etat : Vladimir POUTINE, Président de la Fédération (troisième mandat depuis le 07/05/2012)
Chef du Gouvernement : Dmitri MEDVEDEV, Premier Ministre

Données géographiques

Superficie : 17 millions de km²
Capitale : Moscou (11,5 millions d’habitants)
Villes principales : Saint-Pétersbourg (4,8 M), Novossibirsk (1,5 M), Ekaterinbourg (1,3 M), Nijni Novgorod (1,2 M)
Langue officielle : russe
Fête nationale : 12 juin

Données démographiques

Population : 143,7 millions d’habitants (RosStat, 2014)
Densité : 8.6 habitants/km2
Croissance démographique : 0,06% (RosStat, 2014)
Espérance de vie : 71 ans (RosStat, 2014)
Taux d’alphabétisation : 100% (Banque mondiale)
Indice de développement humain : 0.798/50ème place (PNUD, 2015)
180 groupes ethnolinguistiques, dont Russes 80.8%, Tatars 3.8%, Ukrainiens 2.9%, Bachkirs 1.1%, Tchouvaches 1.1%, Tchétchènes 0.9%, Arméniens 0.76% (RosStat, 2010)
Principales confessions religieuses : Orthodoxes 41%, Musulmans 6.9%, Chrétiens 4.1%, Bouddhistes 0.5%, Hindouistes 0.5% (Centre Sreda, 2012)

Données économiques

PIB : 1 325 Mds USD
PIB par habitant : 9 055 Mds USD
Taux de croissance : - 1,8% (estimation FMI, 2016) ; 2014 : 0,7 % ; 2015 : -3,7%
Taux de chômage : 6,5% (estimation FMI, 2016)
Taux d’inflation : 8,3% (estimation FMI, 2016)
Solde budgétaire : - 3,56% du PIB (Ministère des finances russe, 2016)
Balance commerciale : 1,8% du PIB (Banque centrale de Russie, 2016)
Principaux clients (% des exportations, 2015) : Union européenne (48%), Chine 8,3%, Turquie (5,6%), Biélorussie (4,4%), Japon (4,2%) – source : DG Trade
Principaux fournisseurs (% des importations, 2015) : Union européenne (38,4%), Chine (19,2%), Etats-Unis (6,3%), Biélorussie (4,7%), Japon (3,7%), Ukraine (3,1%) – source : DG Trade
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2015) : agriculture : 4,6% ; industrie : 32,6% ; services : 62,8%
Exportations de la France vers la Russie : 4,88 Mds EUR (+8,3% par rapport à 2015)
Importations françaises depuis la Russie : 5,53 Mds EUR (-12,5% par rapport à 2015)

Voir également le site de la mission économique de l’ambassade de France à Moscou :
http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/russie

Présence française

Consulats généraux de France en Russie : Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg
Communauté française en Russie : 5755 Français inscrits au registre en 2015 (5223 à Moscou, 50 à Ekaterinbourg, 482 à Saint-Pétersbourg).

Pour plus d’informations en ligne sur la France en Russie, voir le site de l’ambassade de France à Moscou :[ http://www.ambafrance-ru.org/-Francais&rarr ; http://www.ambafrance-ru.org/-Francais-]

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Vladimir Poutine a été élu pour un troisième mandat à la Présidence de la Fédération de Russie le 4 mars 2012. Il avait déjà été Président de Russie de 2000 à 2008 (deux mandats de quatre ans), puis Premier Ministre, lors de la présidence de Dimitri Medvedev. Le mandat du Président russe a été porté à six ans par une révision constitutionnelle en 2008. Il court donc jusqu’en 2018. La Constitution russe autorise V. Poutine à briguer un quatrième mandat, jusqu’en 2024.

Le parti Russie Unie jouit d’une majorité significative au Parlement depuis les élections législatives de septembre 2016 (343 sièges sur 450, contre 238 en 2011). Les sièges restants sont occupés par les partis d’opposition systémique : le parti nationaliste LDPR, le parti Communiste et le parti Russie Juste.

Situation économique

La Russie a connu de 2000 à 2008 une croissance moyenne de 7% par an. Elle a été durement touchée par la crise économique et financière de 2008, avec une récession de près de - 8% en 2009. Le pays a renoué avec la croissance (autour de 4% par an) en 2010 et 2011 grâce à la bonne tenue des prix du pétrole et à l’augmentation de la demande interne.

L’économie russe demeure fortement dépendante des matières premières, qui représentent plus des deux tiers des exportations russes. Le ralentissement structurel de l’économie russe, observé depuis l’été 2012, est aggravé par la baisse du prix du pétrole depuis l’été 2014.

La situation des finances publiques, qui reposent largement sur les revenus tirés des hydrocarbures, se dégrade. En 2016, le déficit a atteint 3,6% du PIB. Le Fonds de réserve a également dû être fortement sollicité (16 Mds USD fin 2016, contre 50 Mds USD fin 2015 et 88 Mds USD fin 2014).

La Banque centrale (BCR) est confrontée à une inflation encore élevée, quoiqu’en baisse (8,3% fin 2016 contre 15,5% en 2015). L’adoption d’un régime de change flottant en 2014 a facilité l’ajustement extérieur.
Le secteur financier, affecté par le ralentissement économique et les sanctions internationales, demeure à un stade intermédiaire de développement. La reprise de la croissance à long terme dépend de la mise en œuvre de réformes structurelles.

Source : Direction générale du Trésor. Voir aussi : http://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/russie

Politique étrangère

L’arrivée de V. Poutine au début des années 2000, et plus encore son retour à la présidence en 2012, a été marquée par la volonté de rendre à la Russie son rang de grande puissance et de renouer avec sa vocation mondiale, tout en renforçant l’influence russe dans les pays issus de l’URSS. La politique étrangère russe tend ainsi prioritairement à l’affirmation de la Russie sur la scène régionale et internationale, la défense de ses intérêts nationaux et la protection des populations russophones. Le contexte de la crise ukrainienne a attisé la posture de confrontation avec l’Occident, en particulier l’OTAN (après une interruption de deux ans, le Conseil OTAN-Russie s’est réuni à trois reprises en 2016) et les Etats-Unis, ainsi que la volonté d’un rapprochement avec les grands émergents, notamment en Asie et avec la Chine particulièrement à qui la Russie est liée depuis quinze ans par un partenariat stratégique.

La France et l’Allemagne se sont engagées dans le processus de dialogue politique en format « Normandie » (France, Allemagne, Ukraine, Russie), en vue de la résolution de la crise ukrainienne, depuis la première rencontre dans ce format lors des cérémonies du Débarquement en juin 2014 en Normandie. Ces négociations ont permis la signature de deux plans de sortie de crise : le Protocole de Minsk du 5 septembre 2014 et le Mémorandum de Minsk du 19 septembre 2014. Le 12 février 2015, les signataires du Groupe de contact trilatéral (OSCE, Russie, Ukraine et les représentants des séparatistes) ont agréé un « Paquet de mesures en vue de l’application des accords de Minsk ». Des réunions de suivi sont organisées régulièrement au niveau des Ministres des affaires étrangères des quatre pays, ou des Vice-Ministres / Directeurs politiques, afin de veiller à la mise en œuvre de ces mesures.

Mise à jour : 17.05.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE