Relations bilatérales

À la Une

Présentation

Ambassadeur de France au Royaume-Uni : M. Jean-Pierre JOUYET (depuis septembre 2017).
Ambassadeur du Royaume-Uni en France : M. Ed LLEWELLYN (depuis le 9 novembre 2016)

Relations politiques

Nos relations bilatérales se nourrissent de contacts fréquents à tous les niveaux et de sommets réguliers, à l’image du 35e sommet franco-britannique qui s’est tenu à l’académie militaire de Sandhurst le 18 janvier 2018. Seuls pays d’Europe dotés de l’arme nucléaire, membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, dotés d’ambitions sur la scène internationale et des outils politiques et militaires afférents, nos deux pays partagent souvent des approches similaires.

Coopération en matière de défense

La coopération de défense est l’élément le plus structurant de notre relation bilatérale. Les budgets de défense de nos deux pays représentent la moitié des budgets de défense de l’Union européenne. Notre coopération s’inscrit dans le cadre des traités de Lancaster House de 2010, et comporte le volet opérationnel, la coopération en matière d’armements, et le rapprochement de nos industries de défense. Les avancées de notre coopération dans ces trois domaines font l’objet d’un suivi dans des formats dédiés, avec des rencontres régulières.

L’année 2016 a été marquée par des résultats très positifs dans chacun de ces trois volets : la déclaration de capacité opérationnelle de la Force expéditionnaire jointe, une force binationale allant jusqu’à 10 000 hommes mobilisable à très court préavis et pouvant mener des opérations de haute intensité ; le lancement de la phase de développement de la nouvelle génération d’avions de combat FCAS ; la signature d’un accord permettant le rapprochement de nos filières missilières. Le Royaume-Uni a apporté un soutien logistique aux opérations françaises au Mali et en RCA, démontrant la qualité de notre coopération de défense.

La SDSR 2015 est favorable à la poursuite de notre coopération bilatérale dans le cadre des traités de Lancaster House.

Visites

Visites bilatérales françaises en Grande-Bretagne

26 mars 2008 : visite d’Etat du président de la République, M. Nicolas Sarkozy, au Royaume-Uni
4 février 2016 : visite du ministre des affaires étrangères et du développement international, M. Laurent Fabius (conférence humanitaire sur la Syrie)
29 septembre 2016 : visite du ministre des affaires étrangères, M. Jean-Marc Ayrault.
17 février 2017 : visite du Premier ministre Bernard Cazeneuve à Londres
16 novembre 2017 : visite du ministre de l’intérieur Gérard Collomb à Londres
20 novembre 2017 : visite de la ministre des armées Florence Parly
18 janvier 2018 : Sommet bilatéral : visite du président de la République, M. Emmanuel Macron, du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, du ministre de l’Intérieur, M. Gérard Collomb, de la ministre chargée des affaires européennes, Mme Nathalie Loiseau, de la ministre de la culture, Mme Françoise Nyssen et de la secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Mme Brune Poirson,

Visites bilatérales britanniques en France

5-7 juin 2014 : visite d’Etat de sa Majesté la Reine Elizabeth II, dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire du Débarquement.
03 mars 2016 : visite à Amiens du Premier ministre, M. David Cameron, de la ministre de l’intérieur, Mme Theresa May, du ministre des affaires étrangères, M. Philip Hammond, du ministre de la défense, M. Michael Fallon (sommet franco-britannique)
21 juillet 2016 : visite de la Première ministre, Mme Theresa May
13 juin 2017 : visite de la Première ministre Theresa May
23 octobre 2017 : visite du ministre en charge du Brexit, David Davis
27 octobre 2017 : visite du ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth Boris Johnson
14 février 2018 : visite du Sous-secrétaire d’État parlementaire à la sortie de l’Union européenne, M.Robin Walker
19 février 2018 : visite du Secrétaire d’État à la sortie de l’Union européenne, M.David Davis

Relations économiques

Avec 5,8 % des parts de marché, la France est l’un des principaux partenaires commerciaux du Royaume-Uni. Selon les Douanes françaises, les exportations françaises de biens vers le Royaume-Uni se sont ainsi élevées à 31,8 Md€ en 2016 (5ème client) contre 23,2 Md€ pour les exportations britanniques vers la France (7ème fournisseur).
En 2016, le Royaume-Uni était donc le premier excédent commercial de la France au titre des échanges de biens (11,8 Md€), loin devant Hong Kong (4,6 Md€) et Singapour (3,9 Md€), essentiellement grâce aux exportations de véhicules automobiles (7,6 % des exports), d’aéronefs et d’engins spatiaux (7,1 %) et des préparations pharmaceutiques (5,5 %).

La France était également excédentaire au titre des échanges de services (3,1 Md€ en 2016), en grande partie grâce aux services transports et aux voyages. Les échanges de biens et de services sont restés stables pendant les quatre dernières années, bien que leur niveau soit moins dense qu’il y a dix ans (50,6 Md€ en 2016 contre 57 Md€ en 2007).

En matière d’investissement, le Royaume-Uni était en 2016 le 4e pays d’accueil des stocks d’IDE français (8,1% du stock total) tandis que le Royaume-Uni était le 3ème investisseur étranger en France (11,7 %), derrière le Luxembourg et les Pays-Bas. En 2015, la France était ainsi à l’origine de 116 projets d’investissement au Royaume-Uni (8 000 emplois) contre 81 projets en France pour les investisseurs britanniques (3 000 emplois).

Ces liens étroits se manifestent par plusieurs projets économiques de première importance, dont la construction par EDF de deux réacteurs EPR à Hinkley point pour un montant total de 18 Md£. Récemment, Veolia a remporté deux appels d’offre pour la construction et le fonctionnement d’un centre d’incinération ainsi que le recyclage et la gestion des déchets du Nord de la capitale (338 M£). PSA s’est également implanté dans le pays en rachetant Vauxhall (Opel) pour 900 M€ (35 000 emplois et 2 usines au Royaume-Uni).Source : DG-Trésor (août 2017)

Coopération culturelle, scientifique et technique

Les échanges culturels et scientifiques, marqués par la pluralité d’acteurs, se développent au travers de liens directs entre universités, musées, instituts, centres de recherche ou fondations. Les objectifs de notre coopération visent à promouvoir la francophonie et l’enseignement du français, le débat d’idées et la coopération universitaire en science humaines, particulièrement avec Cambridge. Une politique de soutien aux industries culturelles et aux exportateurs français se poursuit également sur un marché très porteur dans de nombreux domaines (musiques actuelles, art contemporain, édition, cinéma-audiovisuel, jeux vidéo).

L’arrangement administratif bilatéral en matière de coopération éducative, signé le 9 juin 2006, fournit un cadre officiel et dynamique dans ce secteur (formation des enseignants, partenariats scolaires, échanges sur des thèmes d’intérêt commun). Le Royaume-Uni demeure le pays d’Europe occidentale (hors Belgique et Suisse) où le français est le plus massivement étudié.
Après l’ouverture en septembre 2011 du Collège français bilingue de Londres (700 places), le nouveau lycée international Winston Churchill (nord-ouest de Londres), d’une capacité d’accueil de plus de 1 000 élèves, ouvrira ses portes en septembre 2015.
Les étudiants français au Royaume-Uni sont près de 14 000, alors que 3 000 Britanniques étudient en France.
Le sommet franco-britannique du 18 janvier 2018 a été l’occasion d’approfondir la coopération franco-britannique dans ces domaines :

Dans le prolongement du Mémorandum d’entente sur l’éducation, le Royaume-Uni et la France ont décidé de développer les possibilités offertes aux jeunes, en particulier issus de milieux défavorisés, de bénéficier d’expériences internationales en facilitant les échanges de compétences et de bonnes pratiques et en relançant le programme de l’Entente cordiale et son financement.

En matière de recherche, la France et le Royaume-Uni ont décidé d’intensifier notre coopération entre les Catapults britanniques et les Instituts français de technologie. Avec des entreprises françaises et britanniques concernées, nous examinerons l’opportunité de lancer un Conseil conjoint des affaires et de l’innovation pour encourager l’innovation et la recherche et développement et stimuler la croissance économique.Un nouveau partenariat stratégique pour la médecine génomique entre Genomics England et Médecine génomique 2025 a également été lancé.

Par ailleurs, le sommet a été l’occasion pour le CNES et UKSA d’approfondir leur coopération dans les activités spatiales sur la base de l’Arrangement-cadre signé lors du Sommet de 2014, notamment la coopération pour construire Exomars, premier astromobile d’Europe capable de circuler sur Mars, et en examinant la manière dont nos spécialistes du climat pourraient améliorer l’analyse des variables climatiques clés.

Lien utile : www.institut-francais.org.uk/

Autres types de coopération

Coopération en matière de sécurité et de lutte contre l’immigration illégale

La coopération en matière de lutte contre l’immigration illégale est une priorité des autorités britanniques et de notre coopération bilatérale qui revêt de nombreux aspects et s’inscrit dans le cadre d’une série d’accords bilatéraux, en particulier le protocole de Sangatte de 1991 et le traité du Touquet du 4 février 2003. Elle s’illustre en particulier par la mise en œuvre de contrôles frontaliers dans les ports maritimes de la Manche et de la Mer du Nord, la création de bureaux de contrôles nationaux juxtaposés, en particulier sur la liaison ferroviaire transmanche. Des centres d’information croisés ont été mis en place à Calais et à Folkestone.

La déclaration du 20 août 2015 des ministres de l’Intérieur trace une feuille de route pour le développement d’une coopération bilatérale renforcée, notamment dans le contexte de la crise migratoire. Nos priorités sont le démantèlement des réseaux de passeurs, l’établissement d’un dialogue avec les pays d’origine et de transit, et le soutien aux personnes vulnérables.

Le traité signé à Sandhurst le 18 janvier 2018 entre la France et le Royaume-Uni vient compléter et consolider le traité du Touquet. Il a pour objectif de répondre plus efficacement aux difficultés rencontrées par les parties dans le traitement de la question de l’immigration clandestine et de pallier les insuffisances de la situation actuelle. Ce traité prévoit un renforcement de la sécurité de la frontière en France ainsi que dans et autour des ports transmanche. Il devrait permettre de parvenir à une situation maîtrisée des mouvements de population et à un traitement amélioré et accéléré de la condition des mineurs non accompagnés demandeurs d’asile.

Le Tunnel sous la Manche

Le régime juridique actuellement applicable à la Liaison Fixe transmanche est défini par les dispositions du Traité de Canterbury du 12 février 1986 et les dispositions de la Concession quadripartite du 14 mars 1986 conclue avec le groupe Eurotunnel. Une Commission intergouvernementale (CIG) est chargée de « suivre au nom des deux Gouvernements et par délégation de ceux-ci l’ensemble des questions liées à la construction et à l’exploitation de la liaison fixe » et détient, s’agissant de la liaison fixe, un pouvoir réglementaire.


Échanges humains, sportifs et culturels

Lors du sommet du 18 janvier 2018, la France et le Royaume-Uni ont arrêté une nouvelle approche des jumelages entre leurs villes et leurs régions, et se sont fixés l’objectif de dix nouveaux jumelages chaque année jusqu’en 2022.

Les deux pays ont également décidé d’échanger leurs bonnes pratiques en matière d’organisation d’événements sportifs, à partir de l’expérience du Royaume-Uni de l’accueil en 2012 des Jeux olympiques et paralympiques de Londres et de la Coupe du monde de rugby en 2015 et dans la perspective de la Coupe du monde de rugby de 2023, qui sera organisée par la France, et des Jeux olympiques et paralympiques de Paris de 2024.

En matière de culture, une initiative commune sur la protection du patrimoine culturel a été décidée, dans les zones de conflit et dans celles où ce patrimoine est menacé pour des raisons naturelles. Un prêt de la Tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni durant les travaux de rénovation du musée de Bayeux est prévu d’ici l’ouverture en 2023 du futur Centre de compréhension de l’Europe du Moyen-Âge de Bayeux, sous réserve que les exigences juridiques et les conditions scientifiques de restauration et de préservation soient respectées.

En outre, France et Royaume-Uni s’associeront mutuellement aux commémorations du centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale et soutiendront le Normandy Memorial Trust dans sa volonté de construire un mémorial à Ver-sur-Mer en l’honneur des quelque 22 000 soldats tombés en servant sous commandement britannique au cours de la bataille de Normandie en 1944. Le Président et le Premier ministre participeront côte à côte àl’inauguration du projet en juin 2019 dans le cadre des commémorations marquant le 75e anniversaire du Débarquement.


Programme "Young Leaders"

Le Premier ministre britannique et le président de la République ont annoncé en mars 2016, lors du sommet franco-britannique, une initiative bilatérale majeure : le programme Young Leaders franco-britannique.

Chaque année, entre 30 et 40 Français et Britanniques talentueux de moins de 40 ans seront sélectionnés, par un jury dirigé par Patricia Barbizet, PDG de Christies, dans des domaines aussi divers que les affaires, la culture, les médias, le monde universitaire, social, gouvernemental ou militaire.

Ce programme vise à renforcer l’intercompréhension et la coopération entre les sociétés française et britannique jusqu’aux plus hauts niveaux, permettant aux futurs leaders des deux pays d’acquérir une culture de l’échange.

Le programme a débuté à l’été 2017 avec une première promotion et une session au Royaume-Uni./.

Mise à jour : 12.04.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE