Présentation de la République de Macédoine du Nord

Partager

Présentation du pays

Données générales

MACÉDOINE DU NORD {JPEG}

Nom officiel : République de Macédoine du Nord
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’Etat : M. Stevo PENDAROVSKI (président de la République élu le 5 mai 2019)
Premier Ministre : M. Dimitar KOVACEVSKI (depuis le 16 janvier 2022)

Données géographiques

Superficie : 25 713 km2
Capitale : Skopje
Villes principales : Bitola, Kumanovo, Prilep, Tetovo, Veles, Stip, Ohrid
Langue(s) officielle(s) : macédonien et albanais
Monnaie : le denar (1 € = 61,3 denar)
Fête nationale : 8 septembre

Données démographiques

Population (2021) : 1 832 696 hab (Gouvernement macédonien, 2021)
Densité : 71,2 hab/km2
Croissance démographique (2018) : 0 % (Banque mondiale, 2018)
Espérance de vie (2018) : 75,7 ans (Banque mondiale, 2018)
Taux d’alphabétisation (2016) : 98% (Banque mondiale, 2016)
Religion (s) : orthodoxe, musulmane, catholique
Indice de développement humain (2017) : 0,757 selon le PNUD en 2017 (80e rang mondial)

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Sur le plan intérieur, la Macédoine du Nord s’appuie sur deux grands partis, le SDSM (socialiste) et le VMRO-DPMNE (nationaliste), un parti albano-macédonien central membre de la majorité, le DUI, ainsi que plusieurs petits partis albanophones que sont BESA, Alliance et Alternative, qui comptent chacun quelques députés. La majorité actuelle est issue de la courte victoire du parti social-démocrate (SDSM) de Zoran Zaev aux législatives anticipées de juillet 2020, avec 46 sièges contre 44 au parti conservateur VMRO. Le parti de l’Intégration des Albanais (DUI) s’est imposé comme partenaire central pour une coalition gouvernementale avec 15 sièges. Un accord a été trouvé à l’été 2020 pour reconduire la coalition SDSM-DUI et former un gouvernement conduit de nouveau par le chef du SDSM, Zoran Zaev.

La situation politique en Macédoine du Nord a évolué suite à la défaite du Premier ministre Zoran Zaev au second tour des élections municipales le 31 octobre 2021, entraînant sa démission. Le nouveau président du parti SDSM Dimitar Kovaceski est devenu Premier ministre, après sa confirmation par le Parlement le 16 janvier 2022.

Une première conférence intergouvernementale entre la Macédoine du Nord et l’Union européenne s’est tenue le 19 juillet 2022. La poursuite du chemin européen de la Macédoine du Nord est désormais conditionnée à la reconnaissance d’une minorité bulgare dans la Constitution. Le Premier ministre tente depuis l’été de rallier les partis albanais pro-européens d’opposition à la cause de la réforme constitutionnelle.

La phase de criblage, qui a commencé le 19 juillet, doit permettre d’analyser les mesures prises depuis 2017 en vue du rapprochement européen du pays : loi sur la prévention de la corruption adoptée en 2018, permettant d’élargir les compétences de la commission nationale anticorruption, réforme de l’administration et réforme des services. Le dernier rapport de la Commission a pointé des carences importantes en matière d’indépendance de la justice et de la lutte contre la corruption.

Politique étrangère

Dans la lignée du gouvernement de Zoran Zaev, le gouvernement de Dimitar Kovacevski fait du rapprochement européen sa priorité stratégique.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Macédoine du Nord s’est alignée sur toutes les déclarations concernant l’agression russe de l’Ukraine et l’ensemble des mesures restrictives à l’encontre de la Russie, atteignant ainsi les 100 % d’alignement sur la PESC. Cet alignement a des implications économiques et politiques importantes avec son inscription par la Russie dans la liste des 50 pays inamicaux et des conséquences dans les secteurs énergétique et agricole pour lesquels le pays présente des vulnérabilités : il dépend exclusivement du gaz russe via la Bulgarie.

Le différend entre la Grèce et la Macédoine du Nord à propos du nom de cette dernière a été résolu le 17 juin 2018 par la signature de l’accord dit de « Prespa ». Cet accord, entré en vigueur le 12 février 2019, prévoit la dénomination de « République de Macédoine du Nord » ou « Macédoine du Nord ». Il règle, en outre, d’autres questions litigieuses (langue ; citoyenneté) et il prévoit le développement des relations bilatérales entre les deux pays. L’accord de Prespa a ouvert la voie à l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN (signature du protocole d’adhésion à l’organisation le 6 février 2019). Après que l’ensemble des pays membres ont ratifié le protocole d’adhésion, la Macédoine du Nord est devenue officiellement le 30e membre de l’OTAN le 27 mars 2020, et fait partie du commandement intégré depuis décembre 2021.

Si les relations entre la Bulgarie et la Macédoine du Nord s’étaient significativement améliorées depuis la signature, le 1er août 2017, d’un traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération, elles ont été rendues difficiles pendant deux ans par le veto bulgare sur l’adoption du cadre de négociation et l’organisation de la première Conférence inter gouvernementale. La France s’est fortement mobilisée sur ce dossier durant sa Présidence du Conseil, parvenant à une solution de compromis le 30 juin 2022, permettant l’ouverture des négociations d’adhésion entre la Macédoine du Nord et l’Union européenne le 19 juillet 2022.

La Macédoine du Nord est membre de la plupart des grandes organisations internationales (ONU, Conseil de l’Europe, OSCE, OIF).

Situation économique

PIB : 10,8 Md€ (2020)
PIB par habitant : 5400€ (2020)
Croissance : -4,5% (2020)
Chômage : 16,4% (2020)
Inflation : 1,2% (2020)
Balance commerciale : - 1,836 Md€ (2020)
Principaux clients : Allemagne, Bulgarie, Serbie, Kosovo, Belgique (DGT, 2020)
Principaux fournisseurs : Royaume-Uni, Allemagne Serbie, Grèce, Chine (DGT, 2020)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (DGT) :

  • agriculture : 84 %
  • industrie : 20,4 %
  • services : 71,2 %
    Exportations de la France vers la Macédoine du Nord : 51,0 M€ (DGT, 2020)
    Importations françaises depuis la Macédoine du Nord : 117,1 M€ (DGT, 2020)

Sur le plan économique, la Macédoine du Nord a enregistré un rythme de croissance soutenu entre 2013 et 2016, puis une nette décélération. Le pays a toutefois renoué avec la croissance en 2018. Elle a été durement touchée en 2020 par la pandémie, mais moins que d’autres pays des Balkans, du fait de sa faible dépendance au tourisme. Le principal moteur de la croissance demeure la consommation et, dans une moindre mesure, les investissements. Le solde courant reste déficitaire. Le chômage demeure élevé – notamment pour les jeunes – mais il baisse de façon continue depuis dix ans. L’émigration importante de jeunes qualifiés handicape l’économie de Macédoine du Nord.

Mise à jour : janvier 2023

Informations complémentaires