Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

Notre relation bilatérale s’est renforcée à tous les niveaux, favorisant un nombre croissant d’initiatives communes. Après un rythme de visites soutenu, le président de la République et le Premier ministre néerlandais ont endossé le 31 août 2021 une déclaration conjointe. Les thèmes au cœur du partenariat y sont abordés : valeurs (État de droit, égalité de genre, liberté d’expression), transitions écologique et numérique, place de l’Europe dans le monde (souveraineté industrielle et technologique, défense). Les Pays-Bas demeurent un partenaire clé de la France sur les dossiers européens, par exemple s’agissant du principe d’achèvement de l’Union des marchés de capitaux et de l’Union bancaire. Le renforcement du marché unique est considéré comme une priorité pouvant compenser les conséquences du Brexit et de la montée des risques protectionnistes. Les services, le numérique et l’énergie, dont nucléaire civil, font également partie des sujets sectoriels qui peuvent être l’objet de convergences. De plus, si les Pays-Bas restent parmi les plus fervents partisans d’une politique commerciale européenne ouverte, ils se sont rapprochés de la ligne française et sont de plus en plus sensibles aux considérations sur la réciprocité et la protection d’entreprises stratégiques.

Présence française

Communauté française : 24 404 inscrits
Communauté néerlandaise en France : 60 000 pers.
Consulat général : Amsterdam (consuls honoraires : Middelburg, Bois-le-Duc, Groningue, Maastricht, Nimègue, Rotterdam, Utrecht, Aruba, Curaçao et Saint-Martin

Visites

Les contacts bilatéraux sont fréquents, sous la forme de nombreuses consultations bilatérales ou de contacts interministériels. Ainsi, notre relation bilatérale a notamment été marquée par la visite d’État du couple royal à Paris en mars 2016, qui a permis de mettre en valeur nos liens économiques, culturels et politiques. Le président de la République s’est rendu à La Haye le 21 mars 2018 pour un entretien avec le Premier ministre néerlandais sur les dossiers européens et une rencontre avec le Roi Willem-Alexander. Le Premier ministre néerlandais est venu à Paris à huit reprises depuis l’élection présidentielle, et ses entretiens avec le président de la République sont fréquents. La déclaration d’intention endossée le 31 août 2021 prévoyait la tenue prochaine d’un séminaire intergouvernemental. Celui-ci a eu lieu en mars 2022 en présence du président de la République, du Premier ministre néerlandais et de plusieurs ministres des deux pays.

Divers représentants français, dont le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, ainsi que les secrétaires d’État chargés de l’Europe, se rendent fréquemment aux Pays-Bas. La ministre des Armées s’est notamment rendue aux Pays Bas en mai et septembre 2019, pour y signer avec son homologue une déclaration d’intention pour le développement d’un partenariat stratégique. Les responsables néerlandais, dont le ministre des Finances et plusieurs secrétaires d’État, se rendent eux aussi très souvent en France. Wopke Hoekstra, ministre des affaires étrangères, s’est ainsi entretenu en juillet 2022 à Paris avec la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi qu’avec la Secrétaire d’État chargée de l’Europe.

Les contacts bilatéraux sont en outre, fréquents en marge de séquences européennes ou internationales. Les visites parlementaires se tiennent enfin à bon rythme, à l’exemple de celle du Président de l’Assemblée nationale à La Haye en avril 2018 et celle à Paris de la Présidente du Sénat néerlandais en septembre 2018. Des délégations parlementaires néerlandaises sont très régulièrement reçues par nos secrétaires d’État chargé de l’Europe.
Des rencontres en format élargi se tiennent également régulièrement, alternativement en France et aux Pays-Bas, et permettent d’échanger sur un thème européen et favorise un dialogue ouvert et confiant sur l’avenir de l’UE entre nos deux pays.

Relations économiques

La France et les Pays-Bas restent des partenaires économiques majeurs. Cette relation est toutefois déséquilibrée au profit des Pays-Bas. Avec un volume d’échanges de 38,65 Mds € en 2020, les Pays-Bas constituent notre 8e client et notre 7e fournisseur. À l’inverse, la France constitue le 3e client et le 6ème fournisseur des Pays-Bas. Notre solde commercial de biens, structurellement déficitaire, après s’être fortement dégradé à partir de 2016, a connu une légère amélioration en 2021 et représente notre 3e déficit commercial de biens derrière la Chine et l’Allemagne. Avec 105,8 Mds € de stock d’IDE en 2021, les Pays-Bas étaient le 3e investisseur étranger en France. La présence néerlandaise en France se traduit par plus de 1 000 implantations qui réalisent un chiffre d’affaires de 48 Mds € et emploient plus de 141 500 personnes. Elle reflète les points forts de l’économie néerlandaise : l’agro-alimentaire (Heineken, Wessanen, Hendrix genetics), la distribution (Action, Hema, Zeeman), la chimie/pharmacie (SHV, Akzo-Nobel), l’électronique (Philips), les produits pétroliers (Shell), la logistique et le transport (TNT, etc.) et les services financiers (ING, ABN AMRO). En 2021, les Pays-Bas ont été à l’origine de 103 projets d’investissements en France, générant la création de 1 600 emplois. Un tiers d’entre eux ont concerné les secteurs des activités sportives et récréatives. Les Pays-Bas sont également le 1e pays investisseur dans l’agroalimentaire en France.

Les investissements croisés témoignent également de l’attractivité des Pays-Bas et de l’étroitesse de nos liens En 2021, les Pays-Bas figuraient au 2e rang des pays d’accueil des IDE français en stock, avec 190,7 Mds €, et la présence française aux Pays-Bas est significative. Près de 858 filiales d’entreprises françaises emploient environ 137 000 personnes et réalisent 53 Mds € de chiffre d’affaires, notamment dans les transports (Air France KLM, Transdev, Renault, Peugeot…), l’énergie (Engie, Total, Air Liquide, Schneider), le traitement des déchets et l’économie circulaire (SUEZ, Véolia) ainsi que l’agro-alimentaire (Danone). Le groupe Air France KLM est un véritable symbole de notre coopération économique bilatérale.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération scientifique bilatérale s’inscrit principalement dans le cadre de l’espace européen de la recherche (la France est le 4e partenaire scientifique des Pays-Bas). La coopération universitaire est organisée autour du Réseau universitaire franco-néerlandais (RFN), installé pour la partie française à l’université de Lille III. La plupart des organismes de recherche français (CNRS, INRA, IFREMER, INSERM, ANVAR) ont signé des accords avec leurs homologues néerlandais. Nos actions s’appuient sur le groupe de travail franco-néerlandais sur la science et la technologie, sur le RFN et sur le Programme Hubert Curien « Van Gogh » lancé en 1997 et facilitant la mobilité des chercheurs. Le prix Descartes-Huygens récompense chaque année depuis 1995 un chercheur français et un chercheur néerlandais, et le programme de bourses d’excellence Descartes, créé en 2011, permet d’attribuer neuf à dix bourses (montant moyen de 9 000 euros) par an afin de financer les études d’étudiants en niveaux Master et Doctorat.

Le français demeure la 3e langue étrangère aux Pays-Bas et reste largement enseigné (18 % des élèves de terminale et 43 % des élèves de la filière scientifique pré-universitaire passent le français au baccalauréat). Quatre universités ont des facultés de langue et de littérature françaises. Un programme d’assistants de langue a été créé. L’important réseau des 33 Alliances françaises dispensent des cours de français à plus de 8 000 élèves par an.
La coopération culturelle s’appuie sur les opérateurs néerlandais (festivals, musées) afin de proposer au public les créations françaises notamment dans les domaines du cinéma, de l’architecture et de la sculpture. Cette coopération s’effectue très souvent directement entre les grandes institutions des deux pays (Rijksmuseum, Louvre, musée van Gogh, Concertgebouw, Opéra, etc.).
La 18e conférence Erasme-Descartes, organisée par l’ambassade des Pays-Bas en France en collaboration avec l’ambassade de France aux Pays-Bas, s’est tenue à Paris en novembre 2020 sur le thème de l’Intelligence artificielle. Cette conférence est un temps fort de la coopération franco-néerlandaise dans les domaines scientifique, universitaire et économique, ayant également vocation à constituer une plateforme du dialogue entre les sociétés civiles des deux pays.

Institut français des Pays-Bas : http://institutfrancais.nl/

Autres types de coopération

Coopération transfrontalière sur l’île de Saint-Martin (Sint-Maarten en néerlandais) - Partagée entre la France et les Pays-Bas depuis le traité de Concordia de 1648, l’île antillaise de Saint-Martin présente un cas unique de coopération territoriale « européenne ».

Ce traité reconnaît le partage de souveraineté, en matière de délimitation territoriale, tout en assurant le maintien d’une unité assez poussée. Il consacre le partage des ressources naturelles, le principe d’entraide en cas de conflit armé et surtout celui d’une libre circulation des biens et des personnes. Un accord sur la délimitation de la frontière maritime a pu être négocié en mars 2015 et signé en avril 2016. À la suite du passage de l’ouragan Irma, une coopération étroite entre la France et les Pays-Bas a été mise en place en faveur de la reconstruction de l’île. Un accord relatif à une coopération, en cas d’ouragan, de nos forces armées, par voies terrestre, maritime et aérienne, sur l’île de Saint-Martin, a été signé à La Haye en août 2020.

Une réunion quadripartite de coopération avec les représentants des gouvernements néerlandais et français, la collectivité de Saint-Martin et le gouvernement de Sint Maarteen s’est tenue à Paris le 28 juin 2018. Elle a abouti à une déclaration commune sur le renforcement de la coopération, en matière de reconstruction, de sécurité, de lutte contre la corruption, l’immigration illégale et la fraude. Une prochaine réunion devrait se tenir en 2023.

Mise à jour : 04.11.22

Informations complémentaires