Présentation du Nigéria

Partager

Présentation du pays

NIGÉRIA {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République fédérale du Nigéria
Nature du régime : République fédérale
Chef de l’État et du Gouvernement : Muhammadu Buhari (réélu le 23 février 2019)  

Données géographiques

Superficie : 923 773 km²
Capitale : Abuja
Villes principales : Lagos (22,8 millions d’habitants), Ibadan (5,8 M), Kano (4,9 M), Benin City (2,6 M), Port Harcourt (2,3 M)
Divisions administratives : 36 États fédérés
Langue officielle : anglais
Langues courantes : haoussa, yorouba, igbo, pidgin
Monnaie : naira (1 EUR = 453,8 NGN en juillet 2020)
Fête nationale : 1er octobre

Données démographiques

Population : 201 000 000 (Banque mondiale, 2019)
Densité : 230,44 habitants / km²
Croissance démographique : 3 % / an
Espérance de vie : 54,70 ans (2019)
Indice de fécondité : 5,32 enfants / femme (2019)

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le président Buhari a été élu en 2015 sur un programme en trois points : la relance de l’économie, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre la corruption. Il a été réélu le 23 février 2019 sur les mêmes thèmes avec 55,6 % des suffrages et un taux de participation historiquement bas (35,6 %). Son principal opposant était Atiku Abubakar du PDP (Parti démocratique populaire), vice-président de 1999 à 2007.

Les élections du 23 février ont également concerné le Sénat et la Chambre des représentants. Si le renouvellement des élus a été important, les équilibres restent les mêmes : l’APC (Congrès des progressistes – parti du Président Buhari) détient la majorité dans les deux assemblées.

Les élections visant à renouveler 29 des 36 gouverneurs et les membres des assemblées locales se sont tenues le 9 mars 2019. Ces élections ont également été marquées par une faible participation. L’APC dirige aujourd’hui 19 États, le PDP, 16, et une plus petite formation, l’APGA, est à la tête d’un État.

Dans le Nord-Est du pays (État de Borno en particulier), le groupe terroriste Boko Haram fait preuve, depuis l’été 2018, d’un dynamisme inquiétant, multipliant les attaques contre les populations civiles et les forces armées. Actif depuis 2008, il s’est scindé en 2015 en deux groupes, dont l’un –connu sous le nom d’ISWAP– est affilié à Daesh. L’insurrection a causé la mort de plus de 35 000 personnes. Au Nigéria, 2,6 millions de personnes ont dû fuir leur foyer en raison des activités du groupe.

La Middle Belt, région centrale du Nigéria, est le théâtre d’affrontements intercommunautaires et agropastoraux, tout comme le Nord-Ouest du pays (États de Zamfara, Sokoto, Katsina), où les populations civiles sont la cible d’attaques répétées de bandes organisées.

Dans le delta du Niger, face à la multiplication des sabotages d’oléoducs par des militants en 2016, le gouvernement a proposé des négociations qui ont permis d’apaiser la crise. La production pétrolière est revenue à 1,9 million de barils par jour en décembre 2016. Elle était de 1,74 million de barils par jour en 2019.

Politique étrangère

Le Nigéria a occupé la présidence de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont le siège est à Abuja, jusqu’en juin 2019. L’accord d’adhésion du Nigéria à la Zone de libre-échange continentale de l’Union africaine (ZLECAf), a été signé le 7 juillet 2019. En revanche la conclusion de l’Accord de partenariat économique régional Afrique de l’Ouest (CEDEAO + Mauritanie) avec l’Union européenne reste suspendue à l’accord du Nigéria.

Le Nigéria est membre de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), l’une des plus anciennes institutions régionales africaine (créée en 1964 et basée à Ndjamena). Cette organisation est le cadre politique de la force multinationale mixte (FMM) de lutte contre Boko Haram créée en 2015.

Engagé en faveur du maintien de la paix depuis les années 1960, le Nigéria était autrefois l’un des plus importants contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix (OMP) des Nations unies. Au tournant du XXIe siècle, le Nigéria envoyait des contingents au Libéria et en Sierra Leone, dans le cadre de la mission ECOMOG de la CÉDÉAO. La présidence nigériane s’est également impliquée dans la résolution diplomatique de la crise post-électorale ivoirienne. Le président Buhari a participé, en juillet 2020, à la médiation de la CÉDÉAO au Mali. En juin 2020, 300 policiers et militaires nigérians participent à des opérations de maintien de la paix, principalement à la MINUSMA.

Enfin, le Nigéria exerce une influence importante sur son environnement régional grâce à son poids démographique et économique et l’importance de sa diaspora (estimée à 17 millions de personnes dans le monde), sans oublier la puissance financière de ses banques et le rayonnement de sa production audiovisuelle (deuxième producteur de films au monde).

Situation économique

PIB (2019) : 448,12 Mds USD
PIB par habitant (2017) : 5190 USDpar habitant (Banque mondiale)
Taux de croissance (2019) : 2,2 % (Banque mondiale)
Taux d’inflation (2019) : 11,4 % (FMI)
Principaux clients : Union européenne, Inde (15,6 %), Espagne (9,9 %), Pays-Bas (9,7 %)
Principaux fournisseurs : Union européenne, Chine (26 %), Pays-Bas (11 %), États-Unis d’Amérique (10,5 %)
Part des secteurs d’activités dans le PIB : 25 % pour l’agriculture, 22 % pour l’industrie, 53 % pour les services

Le Nigéria est la première économie d’Afrique subsaharienne. Son PIB représente, en 2019, 25 % de celui du continent. Le Nigéria se place au 26e rang du classement mondial de 192 pays, entre l’Argentine et l’Autriche, devant l’Afrique du Sud (37e avec un PIB de 351,43 Mds USD) et l’Égypte (40e).

L’économie nigériane est fortement dépendante du secteur pétrolier. Le Nigéria est, en effet, le plus important producteur de pétrole du continent africain et le treizième au niveau mondial. Les recettes publiques issues du secteur pétrolier et gazier représentent 57 % des revenus de l’État fédéral. À la suite de l’effondrement des prix du pétrole, le pays était entré en récession en 2016, mais a renoué avec la croissance en 2017 et en 2018. La pandémie de Covid-19 a néanmoins terni les perspectives de croissance : le FMI estime que l’économie nigériane devrait se contracter de 5,4 % en 2020. En réaction aux effets de la crise sanitaire, le gouvernement nigérian a élaboré un plan économique, le C19RSP, dont le montant s’élève à 5,87 Mds USD, dont 5,18 milliards en financement extérieur. Le déficit budgétaire devrait atteindre 7,3 % en 2020, selon les projections du FMI.

Les inégalités au sein de la population nigériane demeurent très marquées. Si le Nigéria compte quatre milliardaires en dollars (Forbes 2019) et plusieurs dizaines de millionnaires, plus de la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour. La classe moyenne, qui a bénéficié du développement des secteurs secondaire et tertiaire, représenterait près de 20 % de la population (Banque mondiale, 2015). L’indice de développement humain (IDH) est en augmentation constante depuis le début du millénaire et atteint 0,51 point sur une échelle de 1. Le président Muhammadu Buhari a fait de la lutte contre la pauvreté une de ses priorités, s’engageant à sortir 100 millions de nigérians de la pauvreté en 10 ans.

Mise à jour : 08.2020

Informations complémentaires