Présentation du Nigéria

Données générales

NIGÉRIA {JPEG}

Présentation du pays

Nom officiel : République fédérale du Nigéria
Nature du régime : République fédérale
Chef de l’État et du Gouvernement : Muhammadu Buhari (réélu le 23 février 2019)


Données géographiques

Superficie : 923 773 km²
Capitale : Abuja
Villes principales : Lagos, Ibadan, Benin City, Kano, Port Harcourt
Langue officielle : anglais
Langues courantes : haoussa, yorouba, igbo, pidgin
Monnaie : naira (1 euro = 0,0025 NDN en octobre 2019)
Fête nationale : 1er octobre

Données démographiques

Population (FNUAP 2019, estimation) : 201 millions (soit 52 % de la CEDEAO) – dont 63 % ont moins de 25 ans
Densité : 217 habitants/km²
Croissance démographique : 2,6 %
Espérance de vie : 55 ans
Taux d’alphabétisation : 60 %
Religion(s) : christianisme, islam, religions traditionnelles
Indice de développement humain (2016) : 152e sur 188 pays

Données économiques

PIB (2018) : 397 Mds $ (soit 70 % du PIB de la CEDEAO)
PIB par habitant (2016) : 2 738 $ (OMC)
Croissance du PIB (2018) : 1,93 %
Chômage (au sens du BIT) (2016) : 14,2 %
Inflation (2018) : 12,1 % (FMI)
Principaux clients : Union européenne (36,6 %), États-Unis (12,8 %), Inde (17,9 %) (OMC 2017)
Principaux fournisseurs : Union européenne (43,5 %), Chine (18,7 %), États-Unis (8 %), Inde (4,9 %) (OMC 2017)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (nigerian stats) :

  • agriculture : 25 %
  • industrie : 22 %
  • services : 53 %
    Exportations de la France vers le Nigéria (2018) : 625,3 M€
    Importations françaises depuis le Nigéria (2018) : 3,7 Mds€

http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/nigeria

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://ng.ambafrance.org/-Francais- comptes Facebook : https://www.facebook.com/Embassy.of.France.in.Nigeria/ et twitter : https://twitter.com/franceabuja (@FranceAbuja)
Consulat : Lagos : https://ng.ambafrance.org/-Le-Consulat-General-de-France-a-Lagos-
Communauté française : 1 485 enregistrés (au 31 décembre 2017)
Communauté nigériane en France : environ 10 000

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Depuis son investiture le 29 mai 2015, le président Buhari a mené une politique centrée sur la relance de l’économie, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre la corruption. Il a été réélu le 23 février avec 55,6 % des suffrages sur un programme similaire et avec un taux de participation historiquement bas (35,6 %). Son principal opposant était Atiku Abubakar du PDP (Parti démocratique populaire).

Les élections du 23 février ont également concerné le Sénat et la Chambre des représentants. Le renouvellement est important mais les équilibres restent les mêmes : majorité de l’APC (Congrès des progressistes – parti du Président Buhari) dans les deux assemblées.
Ce scrutin – comme les précédents exercices – a été marqué par des défaillances qui tiennent pour partie au contexte sécuritaire et partisan local mais également à la Commission électorale nationale indépendante (problèmes dans la gestion et la communication).

Les élections visant à renouveler 29 des 36 gouverneurs et les membres des assemblées locales se sont tenues le 9 mars. Ces élections ont également été marquées par une faible participation. L’APC détient aujourd’hui 19 États, le PDP 16 et une plus petite formation, l’APGA, un.

Dans le Nord-Est du pays, le groupe terroriste Boko Haram démontre depuis l’été 2018 une capacité d’action inquiétante avec notamment la multiplication d’attaques perpétrées par l’ISWAP (ralliée à l’État islamique) faisant des centaines de morts parmi les forces armées nigérianes et générant une dégradation sensible des conditions de sécurité dans les États du Nord-Est en particulier dans l’État du Borno.

La Middle Belt, région centrale du Nigéria, connait une recrudescence des affrontements entre éleveurs et agriculteurs faisant de nombreuses victimes des deux côtés.

Dans le delta du Niger, face à la multiplication des sabotages d’oléoducs par des militants en 2016, le gouvernement a proposé des négociations qui ont permis d’apaiser la crise. La production pétrolière est revenue à 1,9 million de baril par jour en décembre 2016.

Situation économique

Avec un PIB de 397 Mds $ en 2018, le Nigéria est la 1re économie d’Afrique subsaharienne. Suite à l’effondrement des prix du pétrole, le pays était entré en récession en 2016, mais a renoué avec la croissance en 2017, confirmée en 2018. A son arrivée au pouvoir, le président Buhari a affiché sa volonté de diversifier l’économie afin de développer une croissance plus endogène. Le pétrole et le gaz ne représentent plus que 14,4 % du PIB, mais encore 90 % des exportations et 75 % des revenus budgétaires. Le pays a connu une transformation dans les secteurs des services et de l’industrie qui est à l’origine de l’émergence d’une classe moyenne qui est évaluée à près de 20 % de la population (Banque mondiale 2015). Le pays n’en reste pas moins un des plus inégalitaires du monde avec quatre milliardaires en dollars (Forbes 2019), plusieurs dizaines de milliers de millionnaires et près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jour.

Malgré la conjoncture adverse (glissement de la monnaie, inflation, contraction des réserves de changes), le gouvernement a relancé d’importants chantiers d’infrastructures et a mis en place un programme d’aide en faveur des plus défavorisés. Le président Buhari a également pris des mesures dans le secteur de l’énergie (soutien aux sociétés de production et distribution d’électricité) et dans le secteur agricole pour relever la production. Son objectif est de créer trois millions d’emplois par an pour faire face au chômage des jeunes qui pourrait représenter 80 % dans certains États du Nord du pays.

Politique étrangère

Le Nigéria a occupé la présidence de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont le siège est à Abuja, jusqu’en juin 2019. L’accord d’adhésion du Nigéria à la Zone de libre-échange continentale de l’Union africaine (ZLECAf), a été signé le 7 juillet dernier. En revanche la conclusion de l’Accord de partenariat économique régional Afrique de l’Ouest (CEDEAO-UEMOA) avec l’Union européenne reste suspendue à l’accord du Nigéria.

Le Nigéria est membre de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), l’une des plus anciennes institutions régionales africaine (créée en 1964 et basée à Ndjamena). Cette organisation a été choisie pour être le cadre de la force multinationale mixte de lutte contre Boko Haram.

Engagé en faveur du maintien de la paix depuis les années 1960, le Nigéria était autrefois l’un des plus importants contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix (OMP) des Nations unies. Le pays participe actuellement à trois des 14 opérations en cours. Ses contributions majeures sont déployées au sein de la MINUAD (Mission conjointe des Nations unies et de l’Union africaine au Darfour 180 hommes) et de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali – 230 hommes). En 2013, le Nigéria a été parmi les premiers États africains à déployer des troupes au Mali au profit de la MISMA (Mission internationale de soutien au Mali – 1 200 hommes), dont il assurait le commandement, puis de la MINUSMA.

Enfin, le Nigéria exerce une influence importante sur son environnement régional grâce à son poids démographique et l’importance de sa diaspora (estimée à 17 millions de personnes), sans oublier la puissance financière de ses banques et le rayonnement de sa production audiovisuelle (deuxième producteur de films au monde).

Relations avec l’Union européenne

Depuis 2004, l’UE entretient avec les autorités nigérianes un dialogue politique au titre de l’article 8 de l’accord de Cotonou. La programmation du 11e FED (Fonds européen de développement 2014-2020) prévoit une enveloppe de 511,5 M € pour le Nigéria dédiée aux secteurs de la gouvernance, de la santé et de l’électricité. L’UE apporte une aide importante dans la lutte contre Boko Haram : 120 M € d’aide humanitaire pour le Nord-Est du Nigéria en 2016, renouvelée en 2017, 123 M € pour un projet d’aide au développement dans l’État de Borno en 2017 et 55 M € de soutien à la force multinationale mixte qui seront abondés de 60 M € pour 2019-2020.

Mise à jour : 08.10.19

Informations complémentaires