Relations bilatérales

Relations politiques

Dans les années 1980, la France avait refusé de s’aligner sur la politique de blocus et de soutien aux Contras, groupes « contre-révolutionnaires » soutenus par le président Reagan.

Visites

Le ministre délégué chargé du Développement s’est entretenu avec M. Samuel Santos, ministre nicaraguayen des Relations extérieures (6 février 2013), et avec M. Paul Oquist, conseiller spécial du président Ortega pour les Politiques nationales (19 novembre 2013). M. Santos avait également été reçu à Paris par M. Laurent Fabius le 23 mai 2013.

L’envoyé personnel du président de la République pour l’Amérique latine et les Caraïbes, M. Jean-Pierre Bel, en visite officielle au Nicaragua du 26 au 29 mars 2017, a été reçu par le président Ortega et le ministre des Affaires étrangères Denis Moncada.

Une délégation du groupe d’amitié France-Mexique-Pays d’Amérique centrale du Sénat s’est rendue à Managua en avril 2018.

Relations économiques

Les échanges économiques entre la France et le Nicaragua sont limités : en 2017, notre solde commercial est déficitaire avec 44,4 M€ d’importations (52,5 M€ en 2016) et 10,2 M€ d’exportations (stable par rapport à 2016).

Plusieurs sociétés disposent de bureaux de représentation à Managua (Alcatel, Air France, l’Oréal, Peugeot, Renault, Sanofi).

La France a reçu une délégation économique nicaraguayenne en novembre 2013 : M. Orlando Solorzano, ministre nicaraguayen de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce, s’était notamment entretenu avec M. Benoît Hamon, ministre de l’Économie sociale et solidaire.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Près de 1 300 élèves étudient à l’Alliance française de Managua et dans ses deux annexes à Léon et à Granada. Elle joue un rôle de centre culturel européen dans la capitale nicaraguayenne. Le lycée franco-nicaraguayen Victor Hugo de Managua scolarise actuellement 278 élèves.

Une dizaine d’étudiants nicaraguayens partent chaque année en France en tant qu’assistants d’espagnol et une quarantaine de Nicaraguayens fréquentent les universités françaises.

En savoir plus sur le site d’Institut français en Amérique centrale

Autres types de coopération

Les ONG françaises sont nombreuses et actives au Nicaragua, notamment dans les domaines de la sécurité alimentaire, de l’eau, des énergies renouvelables, de la prévention de la violence domestique et sexuelle, de l’urbanisme et du développement rural. Quelques collectivités françaises y sont également engagées. Proparco, filiale de l’Agence française de développement (AFD), poursuit le financement à hauteur de 100M€ de plusieurs projets à impact social important (accès aux télécoms, appui au secteur agricole notamment).

Mise à jour : 08.01.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE