Présentation de la Namibie

Données générales

Présentation du pays

• Nom officiel : République de Namibie
• Président de la République : M. Hage GEINGOB (depuis le 21/03/2015)

Données géographiques

• Superficie : 824.270 km2
• Capitale : Windhoek
• Villes principales : Windhoek, Rundu, Walvis Bay, Swakopmund, Grootfontein, Katima Mulilo
• Langue officielle : Anglais
• Langues courantes : Anglais, Oshivambo (langue maternelle de 49 % de la population), Afrikaans (11 %), Nama - Damara , Herero, Rukavango, Allemand (2%), Tswana
• Monnaie : Dollar namibien (NAD). 1 € : 14,67 NAD au 14/05/2017), parité fixe avec le rand sud-africain
• Fête nationale : 21 mars (Fête de l’Indépendance).

Données démographiques
(Banque Mondiale et PNUD, 2015)

• Population : 2 460 000
• dont Ovambo 49,8 %, Kavango 9,3 %, Damara 7,5 %, Herero 7,5 %, Blancs 6,4 %, Nama 4,8 %, Métis 4,1 % (estimations).
• Densité : 3 hab./km²
• Croissance démographique : +2,3 % par an
• Espérance de vie : 64,7 ans à la naissance
• Taux d’alphabétisation : 76,5%
• Religions : Chrétiens (85 %, dont environ 50% de Luthériens), Animistes (15 %)
• Indice de développement humain : 0,628 - 126ème pays sur 188 .

Données économiques
(BM, FMI)

• PIB : 13, 28 Mds USD courants (2018)
• PIB par habitant : 5619 USD courants (2018)
• Taux de croissance : 0,2% en 2016, 2,1 % en 2017 ; 1,5 % prévus en 2018 (Banque centrale)
• Taux de chômage : 29.6 % de la population active en 2014
• Taux d’inflation : 3,4% en 2015, 6,7 % en 2016 (Banque centrale) ; 6% en 2017 et 5,8% estimés pour 2018
• Solde budgétaire : - 6,0% en 2015/2016, -4,3% en 2016/2017.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
• agriculture : 6,7 % ;
• industrie : 30,4 % ;
• tertiaire : 62,9 %

Exportations de la France vers la Namibie (hors matériel militaire)
• 11,8 M€ en 2017 (+35,8% par rapport à 2016 )
Importations françaises depuis la Namibie (hors matériel militaire)
• 105,1 M€ en 2017
o Principaux fournisseurs : Afrique du Sud (60,8 %), Botswana (11,8%) et la Chine (7,9%)

Composition du gouvernement (9 février 2018)

Président de la République : M. Hage GEINGOB (depuis le 21.03.2015)
Vice-Président : M. Nangolo MBUMBA
Premier Ministre : Mme Saara KUUGONGELWA-AMADHILA
Vice premier ministre et ministre des Relations internationales et de la Coopération : Mme Netumbo NANDI-NDAITWAH

Ministre des Affaires présidentielles : M. Immanuel NGATIJZEKO
Ministre des Finances : M. Calle SCHLETTWEIN
Ministre de la Justice : M. Sackeus SHANGALA
Ministre de la Sûreté et de la Sécurité : M. Charles NAMOLOH
Ministre de la Défense : M. Penda Ya NDAKOLO
Ministre de l’Intérieur et de l’Immigration : M. Frans KAPOFI
Ministre de la Santé et des services sociaux : M. Bernhard HAUFIKU
Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Formation et de l’Innovation : M. Itah KANDJI-MURANGI
Ministre de l’Education, des Arts et de la Culture : Mme Katrina HANSE-HIMARWA
Ministre de l’Industrialisation, du Commerce et du Développement : M. Tjekero TWEYAMinistre du Développement urbain et rural : M. Peya MUSHELENGA
Ministre de l’Eradication de la Pauvreté et de la Protection sociale : M. Zephania KAMEETA
Ministre des Entreprises publiques : M. Leon JOOSTE
Ministre des Travaux Publics et des Transports : M. John MUTORWA
Ministre de l’Agriculture, de l’Eau et des Forêts : M. Alpheus !NARUSEB
Ministre du Travail, des Relations industrielles et de la création d’emplois : M. Erkki NGHIMTINA
Ministre de la Réforme agraire : M. Uutoni NUJOMA
Ministre de l’Egalité des Genres et de l’Enfance : Mme Doreen SIOKA
Ministre de l’Information et des Technologies de la Communication : M. Stanley SIMATAA
Ministre des Pêches et des Ressources Marines : M. Bernard ESAU
Ministre des Mines et de l’Energie : M. Tom ALWEENDO
Ministre de l’Environnement et du Tourisme : M. Pohamba SHIFETA
Ministre des Sports, de la Jeunesse et du Service National : M. Erastus UTONI

Présence française

Consulat de France : Consulat général de France à Johannesburg
Communauté française en Namibie : 239 immatriculés dont 28% de double-nationaux.

Éléments d’actualité

Politique intérieure

La SWAPO (South West Africa People Organisation), parti d’inspiration marxiste au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1990, reste largement dominant du fait de sa légitimé historique et rassemble environ 75% des suffrages à tous les scrutins depuis 1999.

Elle a encore renforcé sa domination lors des cinquièmes élections démocratiques de l’histoire du pays le 28 novembre 2014, engrangeant 80% des voix (74% en 2009) aux législatives, contre 4,8 % pour la Democratic Turnhalle Alliance (3,1% en 2009), et 3,5% pour le Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès (RDP, 11,1% en 2009), issu d’une scission de la SWAPO.

Les élections présidentielles de novembre 2014 ont été marquées par une victoire encore plus nette du candidat de la SWAPO, le Premier Ministre Hage Geingob (86,7% des voix). Incarnant l’aile modérée du parti au pouvoir (attention prêtée aux investisseurs étrangers, refus d’une réforme agraire sans indemnisation), M. Geingob est devenu, après son investiture le 21 mars 2015, le premier chef de l’Etat namibien non issu de l’ethnie majoritaire Ovambo (il appartient à la communauté Damara). A la fin de l’année 2014, la révision de la constitution a par ailleurs renforcé les pouvoirs du Président (nomination de huit députés sur 96) et créé un poste de Vice-Président. Le 26 novembre 2017, le 6ème Congrès de la SWAPO a porté à la présidence du parti l’actuel président namibien Hage Geingob avec 75 % des voix

Situation économique

La Namibie est l’un des territoires les moins densément peuplés au monde (seulement 2,5 hab/km² sur un territoire d’une superficie supérieure à celle de la France). Petite économie ouverte, elle fait partie des pays à revenus intermédiaires, avec un PIB/habitant de l’ordre de 5 652 USD, et doté d’un environnement des affaires relativement favorable (106ème place mondiale sur 190 dans le classement 2018 de « Doing Business »). Son activité repose principalement sur l’exploitation de ses ressources minières (diamant, cuivre, uranium, manganèse, zinc). Le secteur minier représente environ 10 % du PIB namibien, mais son influence sur l’évolution de l’économie namibienne est bien plus importante, puisque plus de 50 % des exportations namibiennes en sont issues. Des réserves de pétrole, dont l’ampleur reste à déterminer, ont par ailleurs été découvertes en 2011.
Le pays est toutefois confronté à des défis sociaux considérables : inégalités de revenus parmi les plus élevées au monde, forte prévalence du VIH/SIDA et un taux de chômage qui dépasse les 50 % en 2010 d’après la CCI namibienne.

Après une période de politique budgétaire et fiscale expansionniste, qui a mené à une forte augmentation de la dette publique, l’Etat namibien procède depuis 2016 à des coupes dans les dépenses publiques, notamment dans les infrastructures. Ceci, conjugué aux difficultés économiques des pays voisins (Afrique du Sud, Angola) et à la sécheresse, a engendré un fort ralentissement économique, la croissance passant d’une moyenne de plus de 5% à 0,2% en 2016. La note souveraine de la Namibie a par ailleurs été dégradée par plusieurs agences de notation en 2017.
Les échanges commerciaux bilatéraux sont historiquement modestes mais connaissent une progression constante ces dernières années du fait des importations françaises d’uranium

Politique étrangère

La Namibie entretient des relations denses avec ses voisins d’Afrique australe au sein de la SADC, avec les bailleurs internationaux ainsi qu’avec les pays qui l’ont soutenue lors de la lutte pour l’indépendance au sein du bloc communiste et non-alignés (Chine, Cuba, Iran, etc.). Sa diplomatie est tournée de façon prioritaire vers ses objectifs de développement et de recherche d’investissements.

La Namibie a également présidé d’août 2013 à août 2014 l’organe politique, de défense et de sécurité de la SADC (supervision des élections de sortie de crise en décembre 2013 à Madagascar par exemple) et participe actuellement à la force d’intervention de la SADC déployée au Lesotho depuis décembre 2017 (250 soldats envoyés). Elle prendra par ailleurs la présidence de la SADC en août 2018 lors du 28ème sommet de la SADC à Windhoek. Relations avec l’ONU et l’Union africaine.

Se considérant fille de la communauté internationale et de l’ONU, qui l’ont aidée dans sa lutte pour l’indépendance, la Namibie se veut un acteur engagé du multilatéralisme et des droits de l’Homme. Membre d’une quarantaine d’organisations internationales, elle contribue aux OMP (force de maintien de la paix namibienne au Darfour dans le cadre de l’UNAMID). Elle a rejoint en 2014 pour deux ans le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine.

Le 8 mai 2018, le Président Hage Geingob a annoncé que la Namibie signera prochainement le texte consolidé mettant en place la « Zone de Libre Echange Continentale Africaine » (AfCFTA), précisant que lep ays avait retardé la signature de l’accord afin de s’assurer que celle-ci était conforme aux exigences légales de son pays.

Si la Namibie entretient de bonnes relations avec l’UE (68 M€ lui sont été alloués dans le cadre du 11ème FED 2014 – 2020) et les Etats-Unis, elle développe ses relations avec de nombreux Etats non occidentaux, en particulier avec les BRICS.

Pays côtier et largement désertique, la Namibie a investi avec volontarisme tout le champ de la diplomatie environnementale et se singularise par l’ambition de sa contribution nationale dans le cadre de l’Accord de Paris (réduction de 89% des émissions de gaz à effet de serre et 70% d’énergies renouvelables d’ici 2030).

Mise à jour : 14.05.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE